Travaux d’étudiants

Cette page répertorie différents types de travaux d’étudiant·e·s conduits dans le cadre de cours et séminaires dispensés à l’UNIL.

Travaux approfondis

Larionov, Oleg, Les blogs BD : étude d’un phénomène au sein de la BD numérique en ligne, École de français langue étrangère, R. Baroni (dir.), Printemps 2018.

Pedrani, Nicola, L’introduction du chapitrage: une révolution pour la bande dessinée?, École de français langue étrangère, R. Baroni (dir.), Automne 2017.

Hoang, Ngoc Giang , La tension narrative dans la bande dessinée : l’analyse comparative des albums Le Lotus bleu d’Hergé et Jimmy Corrigan, The Smartest Kid on Earth de Chris Ware, École de français langue étrangère, R. Baroni (dir.), Automne 2017.

Fassora, Mattia, De l’épisode au chapitre. La révolution (À Suivre), École de français langue étrangère, R. Baroni (dir.), Automne 2017.

Timmerman, Simone, Les obscurités de la ligne claire, École de français langue étrangère, R. Baroni (dir.), Été 2016.

Stucky, Olivier, D’un Charlot l’autre. Représentation du corps comique dans Les Aventures acrobatiques de Charlot de Raoul Thomen, Histoire et esthétique du cinéma, A. Boillat (dir.), Automne 2012. Lire en PDF

Infographies

Ces infographies sont des travaux de validation réalisés dans le cadre d’un séminaire de Master sur les sérialités narratives dirigé par Anaïs Goudmand, Mireille Berton et Rahaël Baroni. Tous les travaux issus de ce séminaire sont accessibles en ligne sur le site du Pôle de narratologie transmédiale.

Jeanne Rocabert, Laura Weber, Le chapitrage dans la bande dessinée franco-belge.

Cléa Masserey, Chloë Chaudet, Ludivine Barro, Wonder Woman, analyse transmédiatique d’une icône féministe.

Enseigner l’oral par la bande (dessinée)

Atelier organisé par Raphaël Baroni, EFLE, Printemps 2021

Dans cet atelier, une quinzaine d’étudiants francophones et allophones ont appris à enseigner certaines caractéristiques du français parlé en s’appuyant sur la bande dessinée. Une partie du cours consistait à se fonder sur des planches d’auteurs contemporains (Bruller, Sattouf, Boulet, Larcenet, Trondheim, etc.) pour construire des séquences d’enseignement visant à s’approprier les spécificités lexicales, prosodiques et syntaxiques du français parlé. Après une phase de lecture et d’analyse linguistique, ces séquences devaient conduire à des activités de productions écrites ou orales visant à recontextualiser les phénomènes étudiés. Dans une approche communicationnelle, la bande dessinée était ainsi mobilisée en tant que document authentique facilitant l’apprentissage du français parlé grâce à deux caractéristiques majeures : d’une part, ce médium augmente la motivation à apprendre en mettant les apprenant·e·s en contact avec une forme culturelle populaire, humoristique et typiquement francophone ; d’autre part, il offre une médiation écrite et dessinée des usages oraux de la langue, ce qui facilite l’observation, l’interprétation et la mémorisation des phénomènes linguistiques.

La fin du semestre a conduit à envisager une approche plus actionnelle. Il s’agissait de produire en groupe, sous la forme d’ateliers, des bandes dessinées originales dans lesquelles les étudiants devaient raconter, sous une forme humoristique, leur vie quotidienne pendant le covid. Il s’agissait de mobiliser, dans une activité ludique et coopérative, les savoirs linguistiques acquis durant le semestre, afin de créer une histoire portée par des dialogues aussi réalistes que possible, imitant un usage oral, familier et spontané du français. Cet atelier a été piloté par Wendy Verjan Lozano dans le cadre de la validation d’un travail pratique lié au MA-SPEC « Pédagogie et médiation culturelle en sciences humaines ». Dans le cadre de cet atelier, Mme Verjan Lozano a, entre autres choses, permis aux étudiant·e·s de se familiariser avec un outil de création numérique mis à disposition par la Bibliothèque nationale de France : l’application BDnF téléchargeable gratuitement sur le lien suivant : https://bdnf.bnf.fr/

Wendy Verjan Lozano (planche témoin pour guider les productions de l’atelier)
Gabriele Boiani et Camila Ceccato
Inessa Mikhina et Inaki Dünner
Leonora Gkiotsa, Ana Paunovic et Garbiel de Sa Sobreira
Djellza Hoti, Victor Vermot et Paul Zignani
Cagri Cakir et Léonie Vermot
Santiago Arroyave
Atelier pratiques de la langue

Atelier animé de l’Ecole de Français langue étrangère animé par Justine Favre, EFLE, Automne 2021

Ce cours vise à mener ses participant·e·s du niveau A2 au niveau B1 du CECR (Cadre européen commun de référence pour les langues) tout en les préparant à des études universitaires en langue française. Il leur permet de développer leurs méthodes de travail et leurs stratégies pour progresser en français. Il leur apprend également à travailler de manière autonome dans un cadre universitaire, individuellement ou en collaboration, ainsi qu’à auto-évaluer régulièrement leurs apprentissages et progrès.

Dans le cadre du cours, les étudiant·es doivent participer à un projet long se déroulant sur tout le semestre. Ici, le projet était de créer individuellement une bande dessinée d’une 1 à 4 planches, sur une unité, une association ou un commerce du campus de l’UNIL. Avant de se lancer dans la création, les étudiant·es ont découvert la bande dessinée franco-belge par des lectures et des exposés en classe. Ils ont pu ainsi se familiariser avec le lexique et la théorie de la bande dessinée, tout en découvrant quelques auteur·es clés.

Dans un second temps, après avoir enquêté sur leur thème en prenant des photos des lieux et en discutant avec des responsables ou des employés de l’UNIL, ils ont travaillé avec l’application BdNF pour produire leur œuvre. L’objectif du projet était de se familiariser avec l’Unil, d’interagir avec d’autres membres du campus, de s’initier à la bande dessinée franco-belge, de produire un contenu explicatif et/ou narratif qui mêle codes visuels et textuels et de le présenter à la classe.

Stéphanie Alarcon (le programme TANDEM)
Gamze Basat Barzak (l’EFLE)
Saniye Sahin Can (le Centre multimédia)
Vlad Sandrovschi (la Section d’histoire)
Xuanzi Sun (les Ciné-clubs UNIL-EPFL)
Eri Takata (l’Epicentre)