Pierre Corneille, La Place royale

Comédie des amours adolescentes (avant la lettre)

Cinquième comédie de Corneille, La Place Royale (1637) est celle qui nous paraît aujourd’hui la plus moderne : sous les traits de l’ « amoureux extravagant » qui fuit tout engagement, nous croyons reconnaître la figure familière de l’adolescent. Mais lorsque Corneille signe l’Examen de sa pièce en 1660, il en dénonce la « duplicité d’action » et fustige une incohérence dans le caractère du personnage principal. Comment interpréter l’attitude paradoxale d’Alidor ?

Sous ses airs de comédie « imparfaite », cette pièce annonce l’avènement du héros authentiquement cornélien qui dépasse la contradiction entre la liberté et l’aliénation amoureuse.

Cette édition révisée et mise à jour de Marc Escola (Section de français) contient un dossier qui développe quatre thématiques : 1. La comédie selon Corneille ; 2. Esthétique du naturel et éthique du ridicule ; 3. Inconstants par humeur et indifférents par raison ; 4. Le Paris de la place Royale.

Pierre Corneille, La Place Royale, édition révisée et mise à jour de Marc Escola, Paris, GF-Flammarion, 2019.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux: Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Share on LinkedIn
Linkedin