Heritage-language speakers : Theoretical and empirical challenges on sociolinguistic attitudes and prestige

Quels facteurs sociaux conditionnent le développement des langues d’héritage ?

Ce numéro spécial de la revue International Journal of Bilingualism étudie le rôle des facteurs sociaux dans le développement des langues d’héritage, c’est-à-dire les langues minoritaires des migrants.

Quel est l’effet du prestige des langues minoritaires apparentées dans le contexte des langues d’héritage ? Comment les locuteurs de langue d’héritage voient-ils et évaluent-ils leurs propres pratiques linguistiques, en particulier par rapport à d’autres langues ?

Ce sont les questions examinées dans ce volume coédité par Anita Auer (Section d’anglais). Les contributions portent sur différentes situations linguistiques, comme par exemple les locuteurs du patrimoine d’Ambon Malay aux Pays-Bas, les locuteurs du grec chypriote à Londres, les locuteurs du francoprovençal, italien, coréen, polonais, russe et ukrainien à Toronto, les langues scandinaves en Amérique du Nord et les locuteurs de Shipibo (Panoan) à Lima (Amérique du Sud). L’étude des facteurs linguistiques et sociaux à travers des scénarios très différents permet de mieux comprendre l’évolution des langues d’héritage.

Jonathan Richard Kasstan, Anita Auer, Joe Salmons (eds.), Heritage-Language Speakers : Theoretical and Empirical Challenges on Sociolinguistic Attitudes and Prestige, International Journal of Bilingualism, Los Angeles, London, New Delhi, Singapore, Washington DC, Melbourne, Sage, vol. 22, n°4, 2018.

TOUTES LES NOTICES DE

Anita Auer

Partagez cet article sur les réseaux sociaux: Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Share on LinkedIn
Linkedin