Édith Boissonnas. L’écriture à l’état brut

L’œuvre poétique, la correspondance et la critique d’art d’Édith Boissonnas.

Poète, critique d’art, traductrice, Édith Boissonnas (1904-1989) a laissé une œuvre impertinente qui cherche continuellement dans le langage les attaches de l’élémentaire. Sa vision du monde est aussi subversive que le regard jeté sur la société par un enfant, un fou, un étranger.

Cette œuvre-témoin apporte une contribution décisive à l’histoire littéraire française du XXe siècle. Elle traverse le Collège de Sociologie, La Nouvelle Revue française, l’Art Brut, l’art informel, mais aussi l’expérimentation sous mescaline.

Les contributions réunies dans ce volume, dirigé par Dominique Kunz Westerhoff (Section de français, Centre des sciences historiques de la culture), Daniel Maggetti (Section de français, Centre des littératures en Suisse romande) et Muriel Pic, examinent certains des aspects les plus significatifs de l’écriture de Boissonnas : son travail sur le vers et la rime, sa conception utopique de l’art comme moyen d’accès à la vérité, ses relations plurielles avec Jean Paulhan, leur attachement commun à l’animalité, ses rencontres avec Caillois, Dubuffet, Michaux, Giacometti, et sa posture équivoque vis-à-vis de la Suisse.

Dominique Kunz Westerhoff, Daniel Maggetti, Muriel Pic (dir.), Édith Boissonnas. L’écriture à l’état brut, Genève, MetisPresses, 2019.

TOUTES LES NOTICES DE

Daniel Maggetti

Dominique Kunz Westerhoff

Partagez cet article sur les réseaux sociaux: Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Share on LinkedIn
Linkedin