Politiques de développement: quel rôle pour l’Etat? *

Sujet: rôle de l’Etat pour les actions et les politiques de développement

Les théories sur les politiques et les actions de développement n’ont pas toujours attribué la même importance aux actions de l’Etat. Peu considérées par le laissez-faire des économistes classiques, puis remises au goût du jour par les keynésiens et par les partisans des Etats développementistes, les actions de l’Etat ont connu des succès variables.

De nos jours, plusieurs opinions s’affrontent, créant une palette de nuances entre l’opposition farouche des néoclassiques et des néolibéraux et le soutien des institutionnalistes.

Questions de recherche

  • Comment les rôles de l’Etat et des politiques étatiques ont-ils été conceptualisés par les diverses théories du développement?
  • Quelles conceptualisations de l’Etat sont prédominantes aujourd’hui?
  • Quelles sont les caractéristiques des actions de l’Etat telles qu’elles sont promues aujourd’hui dans le domaine du développement international?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur l’Etat développementiste
La fiche sur l’école néoclassique
La fiche sur l’Etat en faillite

Les savoirs locaux et leurs relations avec les pratiques de développement *

Sujet: rôle des savoirs locaux pour le développement et intéractions avec les politiques de développement

Historiquement, les politiques de développement n’ont pas toujours pris en compte l’existence de savoirs locaux. En effet, jusque dans les années 1980, certaines approches ont eu tendance à prôner des politiques uniques, déduites à partir de modèles uniformisés du comportement et des sociétés humaines.

Depuis le début des années 1990, des approches participatives et bottom-up ont vu le jour. Mettant l’accent sur les savoirs et les pratiques locaux, ils les ont valorisés et ont souvent rendu les actions de développement plus efficaces.

Questions de recherche

  • Comment expliquer le changement d’attitude envers les savoirs locaux survenu à la fin des années 1980?
  • Quels sont les domaines dans lesquels une nouvelle approche a été adoptée?
  • Quels sont les avantages d’une approche de développement centrée sur les savoirs et les besoins des populations locales? Quels en sont les inconvénients?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur le post-colonialisme
La fiche sur le relativisme
La fiche sur E. F. Schumacher
La fiche sur Michel Foucault
La fiche sur Edward Said
Mercer, J., Kelman, I., Taranis, L., & Suchet-Pearson, S. (2010). Framework for integrating indigenous and scientific knowledge for disaster risk reduction. Disasters, 34(1), 214–239. doi:10.1111/j.1467-7717.2009.01126.x
Sillitoe, P., & Marzano, M. (2009). Future of indigenous knowledge research in development. Futures, 41(1), 13–23. doi:10.1016/j.futures.2008.07.004

Les OGM: panacée ou désastre pour les pays en développement? *

Sujet: les potentialités des OGM pour les pays en développement

Depuis la Révolution Verte, qui a été longuement débattue parmi les chercheurs en études du développement, de nombreuses innovations sont apparues dans le domaine de l’argiculture, parmi lesquelles on trouve les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM).

Des points de vue contrastés s’opposent au sujet des OGM. Certains soutiennent que, vus leurs rendements très élevés et leur résistance accrue, ils pourraient constituer le remède-miracle contre la faim dans le monde. D’autres, au contraire, sont convaincus que les OGM ne font qu’empirer les choses: créés grâce à la technologie occidentale, ils seraient très énergivores et ils rendraient les paysans du Sud dépendants des entreprises du Nord pour les sémences, les engrais, les pesticides etc.

Questions de recherche

  • Quelles sont les positions dominantes dans le débat contemporain sur les OGM et le développement?
  • Peut-on appréhender les OGM de manière univoque? Pourquoi?
  • Est-il réaliste de penser que les OGM représentent un mal absolu ou une solution miraculeuse? Pourquoi?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur le constructivisme
La fiche sur le malthusianisme
La fiche sur le post-colonialisme
La fiche sur E. F. Schumacher
Chaklatti-Rousseliere, S. (2010). L’impact des biotechnologies agricoles dans les pays en développement -Etude de cas sur le coton Bt. FACEF Pesquisa – Desenvolvimento e Gestão, 9(1). Consulté à l’adresse http://periodicos.unifacef.com.br/index.php/facefpesquisa/article/download/68/134
Houdebine, L.-M. (2006). Plantes génétiquement modifiées (PGM) et pays en développement. Cahiers Agricultures, 15(2), 227–231. Retrieved from http://www.jle.com/fr/revues/agro_biotech/agr/e-docs/00/04/17/4F/article.phtml

Chine et Brésil: des Etats développementistes? *

Sujet: la théorie de l’Etat développemental et les cas de la Chine et du Brésil

La théorie de l’Etat développementiste a souvent été employée pour appréhender l’action étatique dans des contextes de développement, surtout en Asie de l’est et du sud-est. Plusieurs caractéristiques de l’Etat développementiste ont été mises en avant par les chercheurs, comme une forte intervention dans l’économie ou un manque de droits civiques.
Aujourd’hui, certains Etats de pays en développement pourraient être qualifiés de développementistes, comme par exemple la Chine et le Brésil. Faisant tous les deux partie des, BRICS, ces deux Etats connaissent une forte croissance mais leurs contextes économiques et politiques présentent des différences.

Questions de recherche

  • La théorie de l’Etat développementiste a encore une valeur heuristique pour l’analyse des Etats contemporains?
  • Peut-on appréhender les Etats contemporains en Chine en au Brésil à travers la théorie de l’Etat développementiste? Pourquoi?
  • Quels sont les points forts de la théorie pour ces cas d’étude? Quels sont ses points faibles?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur l’Etat développementiste
Arbix, G., Martin, S. B., & Center, G. L. S. (2010). Beyond developmentalism and market fundamentalism in Brazil: inclusionary state activism without statism. In Workshop on States, Development and Global Governance, University of Wisconsin Madison March. Consulté à l’adresse http://law.wisc.edu/gls/documents/paper_arbix.pdf
Hochstetler, K., & Montero, A. P. (0). The Renewed Developmental State: The National Development Bank and the Brazil Model. Journal of Development Studies, 0(0), 1–16. doi:10.1080/00220388.2013.807503
Zhao, S. (2010). The China Model: can it replace the Western model of modernization? Journal of Contemporary China, 19(65), 419–436. doi:10.1080/10670561003666061

Corruption et développement *

Sujet: les liens existant entre corruption et développement et la manière de les appréhender

La corruption a souvent été indiquée comme un élément ayant un grand impact sur le développement en général, et sur la réussite ou l’échec des projets de développement en particulier. Pour cela, elle fait souvent l’objet de mesures préventives ou de sanctions spécifiques
Les problèmes de corruption ont été abordés et compris de manière très variée dans les différentes courants théoriques du développement. Par exemple, on a pu la voir comme le fruit d’un calcul des individus (théorie des choix publics), comme un élément culturellement ou socialement significatif dans certains contextes (relativisme) ou encore comme un frein à l’expansion du libre marché (école néoclassique).

Questions de recherche

  • Quels sont les impacts (potentiels) de la corruption sur le développement et sur les projets de développement?
  • Comment la corruption a-t-elle été abordée par les différentes théories du développement? Quels sont les points forts et les limites de ces théories?
  • Comment la corruption a-t-elle été intégrée ou combattue dans l’histoire des projets de développement? Avec quels résultats?
  • Quelle est votre vision des relations entre la corruption et le développement?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur le relativisme
Heymans, C., & Lipietz, B. (2011). Corruption and Development: Some Perspectives. Institute for Security Studies (ISS). Consulté à l’adresse http://dspace.cigilibrary.org/jspui/handle/123456789/31621

L’économie informelle et le développement *

Sujet: cas d’étude sur l’économie informelle dans le contexte d’un ou plusieurs pays en développement

Nombre de théories économiques en générales et de théories de développement en particulier se basent sur des analyses économiques centrées sur le secteur formel, c’est-à-dire le secteur légal et réconnu de l’économie des pays.

Cependant, le secteur informel (peu codifié et « illégal », inconnu par l’Etat) dans les pays en développement est souvent très étendu et représente une grande partie de l’activité économique des pays.

Questions de recherche

  • Comment le secteur informel est-il intégré par les modèles orthodoxes et hétérodoxes du commerce international? Quels sont les points forts, les limites et les conséquences de cette théorisation?
  • Comment le secteur informel est-il inséré dans les économies nationales des pays où il se situe, et dans l’économie globalisée?
  • Quelles influences le secteur informel a-t-il sur le développement? Pourquoi?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur le modèle de Heckscher-Ohlin

La fiche sur le marxisme

Cling, J.-P., Lagrée, S., Razafindrakoto, M., & Roubaud, F. (Eds.). (2013). L’économie informelle dans les pays en développement. Paris: Agence Frnçaise de Développement. Consulté à l’adresse http://www.proparco.fr/webdav/site/afd/shared/PUBLICATIONS/RECHERCHE/Scientifiques/conferences-seminaires/06-Conferences-seminaires.pdf

Le commerce équitable: réelle solution ou opération marketing? *

Sujet: cas d’étude sur le commerce équitable

Depuis les années 1960, le mouvement du commerce équitable est né, avec le but de promouvoir le développement à travers l’achat de produits produits de manière éthiquement acceptable, sans exploitation et en payant les travailleurs des pays en développement de manière convenable.

Jusqu’à présent, le commerce équitable s’est développé avec une série d’organisations, labels, magasins, et il s’est aussi diffusé dans ce que l’on pourrait appeler le mainstreaming du commerce équitable. Cette diffusion suscite plusieurs interrogations, d’autant plus que des dérives ont aussi pu être observées.

Questions de recherche

  • Comment le commerce équitable s’insère-t-il dans l’économie mondialisée?
  • Quelles sont les théories et les approches qui sous-tendent et/ou qui permettent d’analyser le commerce équitable? De quels présussposés partent-elles?
  • Quels sont les enjeux contemporains dans le domaine du commerce équitable?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur le développement alternatif

La fiche sur Ernst Friedrich Schumacher

La fiche sur le libre échange

Doherty, B., Davies, I. A., & Tranchell, S. (2013). Where now for fair trade? Business History, 55(2), 161–189. doi:10.1080/00076791.2012.692083

Démographie et développement: quelles interactions? *

Sujet: conceptualisation des interactions entre croissance démographique et développement

Depuis l’aube des sciences économiques et sociales, les vues s’opposent quant aux intéractions entre démographie et développement. Si certains auteurs voient la croissance démographique comme une ménace pour la prospérité (par exemple, Malthus) ou pour la production économique (théorie des rendements décroissants en agriculture), d’autres la voient comme une occasion de stress encourageant l’innovation et donc le progrès.

Ces débats ne sont pas encore clos, d’autant plus que certains pays en développement semblent n’avoir pas encore conclu leur transition démographique.

Questions de recherche

  • Comment les liens entre démographie et développement ont-ils été conceptualisés par les différentes théories du développement?
  • Quels sont les présupposés, les points forts et les limites de ces théories?
  • Quelles perspectives permettent de dépasser des visions simplistes sur la croissance démographique?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur Malthus

La fiche sur Ester Boserup

Leone, T. (2008). Population trends in developing countries. In V. Desai & R. B. Potter (Eds.), The Companion to Development Studies, 2nd Edition (pp. 378–384). Routledge.

Culture et développement: quelles interactions? *

Sujet: quelles relations y a-t-il entre la culture des pays en développement (et/ou des pays donateurs et des NGOs) et les processus de développement?

La culture a été comprise et valorisée différemment par les théories qui se sont succédées dans les études de développement. Pour les premières théoriciens (modernisateurs et dépendentistes) le rôle de la culture était très limité voir inexistant, la réalité étant essentiellement construite par les structures économiques (matérielles). Par contre, suite aux travaux d’Edward Said et aux tournants *post-colonialistes* et *post-modernistes*, la culture a pris de plus en plus de place dans les débats sur le développement.

On peut donc s’interroger aussi bien sur les influences de la culture des pays en développement (ou de certains groupes de personnes) vis-à-vis de la réception des aides au développement, mais aussi sur l’influence des cultures des donataires (pays, NGOs, autres groupes) sur la manière dont les projets et programmes de développement sont conduits et finalement sur leurs resultats.

Questions de recherche

  • Quelles approches théoriques peuvent être mobilisées pour aborder le rôle de la culture dans les programmes et projets de développement et les relations de la culture avec le développement?
  • Quels sont les points forts et les limites de ces approches?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur Edward Said

La fiche sur le post-colonialisme

La fiche sur le post-modernisme

La fiche sur le relativisme

La fiche sur le réalisme critique

Schech, S., & Haggis, J. (2008). Culture and development. In V. Desai & R. B. Potter (Eds.), The Companion to Development Studies, 2nd Edition (pp. 50–54). Routledge.

Quelles théories économiques pour quels contextes? *

Sujet: construction des théories économiques et adéquation entre les théories et les terrains de recherche / lieux d’application

La plupart des théories économiques, sociologiques ou des sciences sociales plus en général, ont été constituées par des chercheurs occidentaux, dans des institutions occidentales et des lieux typiquement occidentaux, c’est à dire « développés ». La forte relation entre les théories scientifiques et les sociétés qui les produisent a par exemple été abordée par Michel Foucault. Plus particulièrement, le fait que les théories économiques soient fortement connotées comme le produit d’une société particulière a été mis en évidence par Karl Polanyi.

Dans les études du développement, l’idée que les théories en provenance des pays développés étaient incapables d’expliquer et d’éventuellement résoudre le sous-développement est apparue dès les années 1970 (théories de la dépendance) et elle connaît une deuxième jeunesse avec l’essor des théories post. En effet, en analysant de plus près les réalités sur le terrain, il apparait que de nombreux concepts des théories économiques orthodoxes ne soient pas compris de la même manière selon les contextes.

Questions de recherche

  • Y a-t-il des exemples d’une bonne/mauvaise adéquation entre les théories économiques orthodoxes et les réalités des pays en développement?
  • Comment expliquer que les théories économiques orthodoxes ne semblent pas fonctionner dans tous les contextes?
  • Quels sont les points forts et les limites de l’adaptation de l’économie orthodoxe aux contextes pris en considération?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur Polanyi

Les fiches sur l’école classique et sur l’école néoclassique

La fiche sur E.F. Schumacher

Curry, G. N., & Koczberski, G. (2012). Relational Economies, Social Embeddedness and Valuing Labour in Agrarian Change: An Example from the Developing World. Geographical Research, 50(4), 377–392. doi:10.1111/j.1745-5871.2011.00733.x

Religion et développement: quelles interactions? *

Sujet: cas d’étude sur la relation entre la religion, les théories et les pratiques du développement

La religion a eu des rapports variés et parfois conflictuels avec le développement. En effet, bien que des motivations religieuses aient été à la base des actions des premiers « développeurs » (notemment, les missionaires), par la suite la religion a été délaissée ou combattue par les praticiens du développement (en tant qu’entrave à la modernisation) jusqu’à être à nouveau valorisée suite au succès des théories post.

Aujourd’hui, la religion retourne donc sur le devant de la scène, non seulement parce qu’elle est intégrée dans des conceptualisations post-modernes et post-coloniales, mais aussi parce que les acteurs religieux occupent un rôle de plus en plus important dans l’espace public, en partie suite à la diminution des moyens et des compétences des Etats.

Questions de recherche

  • Comment la religion a-t-elle été abordée dans les théories et les pratiques de développement depuis les années 1950 et jusqu’à aujourd’hui?
  • Quels sont les points forts et les points faibles de chacune de ces approches appliquée à la religion?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur le post-colonialisme

La fiche sur le post-modernisme

La fiche sur le réalisme critique

Deneulin, S., & Rakodi, C. (2011). Revisiting Religion: Development Studies Thirty Years On. World Development, 39(1), 45–54. doi:10.1016/j.worlddev.2010.05.007

 

Comment expliquer les phénomènes de surphêche à l’époque de la mondialisation? *

Sujet: explications de la surpêche à l’époque contemporaine

La surpêche est un phénomène qui existe depuis plusieurs décennies, mais qui a pris une ampleur exceptionnelle avec la mondialisation. Les risques posés par la surpêche (effondrement des populations de poisson) sont particulièrement graves sur le plan socio-économique, étant donné que le secteur représente une part importante de l’économie de nombreux pays en développement. De plus, les petits pêcheurs ont souvent des outils de travail rudimentaires et sont les premiers à être touchés par une diminution voire un effondrement du nombre de poissons.

Plusieurs théories peuvent être mobilisées pour expliquer la surpêche et ses conséquences. Elles ont des vues différentes sur les causes de la surpêche et sur les moyens qu’il faudrait mettre en place pour la contrer.

Questions de recherche

  • Quelles approches théoriques peuvent être mobilisées pour expliquer les phénomènes de surpêche dans les pays en développement?
  • Quelles solutions sont proposées par ces approches?
  • Quels sont les points forts et les limites de ces approches dans l’appréhension de la surpêche?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur G. J. Hardin et la tragédie des biens communs

Berkes, F. (2006). From community-based resource management to complex systems: the scale issue and marine commons. Ecology and Society, 11(1), 45.Consulté sur: http://www.ecologyandsociety.org/vol11/iss1/art45/ES-2005-1431.pdf
Perry, R. I., Ommer, R. E., Barange, M., Jentoft, S., Neis, B., & Sumaila, U. R. (2011). Marine social–ecological responses to environmental change and the impacts of globalization. Fish and Fisheries, 12(4), 427–450. doi:10.1111/j.1467-2979.2010.00402.x

La théorie de la régulation: quelles potentialités pour le développement? *

Sujet: potentiel heuristique de la théorie de la régulation comme outil d’analyse et de pratique du développement

La théorie de la régulation est une approche d’économie hétérodoxe qui s’est développée à partir des années 1970. Elle se différencie aussi bien des théories orthodoxes que des approches critiques du développement comme la théorie de la dépendance.

Cette approche théorique semble un fort potentiel pour comprendre les dynamiques de développement et pour concevoir des pratiques de développement efficaces.

Questions de recherche

  • Quel est le potentiel de la théorie de la régulation appliquée aux études du développement? Quelles sont ses limites?
  • Dans quels contextes la théorie de la régulation a-t-elle été employée? Avec quels résultats?
  • Pensez-vous que cette approche puisse être utile dans n’importe quel contexte? Pourquoi?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur la théorie de la régulation

Quemia, M. (2001). Théorie de la Régulation et développement : trajectoires latino-américaines. Annuels, 57–103. Consulté sur: http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=SCPO_COLLE_2001_01_0057

Comment aborder les interactions entre genre et développement? *

Sujet: évolution des approches qui abordent les interactions entre genre et développement

Depuis les années 1970, les chercheurs et les praticiens dans le domaine du développement se sont de plus en plus intéressés au rôle des femmes dans le développement. Cet intérêt s’est appuyé sur plusieurs cadres théoriques, comme le WID (Women In Development, dont Ester Boserup a été une figure centrale), le WAD (Women And Development), le GAD (Gender Adn Development) et le Gender Mainstreaming.

La composante « genre » est encore aujourd’hui présente dans les discours et les pratiques de développement, et occupe une place centrale en relation avec certaines thématiques comme l’accès aux ressources et aux capitaux, la santé, les sujets en lien avec l’environnement.

Questions de recherche

  • Comment les études du développement contemporaines conceptualisent le genre et son rôle? Est-ce que ces conceptualisations se réflètent dans les pratiques du développement?
  • Comment expliquer que la mise en valeur de la dimension « genre » soit plus marquée dans certains domaines du développement et pas dans d’autres?
  • Quels sont les points forts et les limites des différentes approches sur le genre et le développement?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur Ester Boserup

La fiche sur le genre
Chant, S., & Sweetman, C. (2012). Fixing women or fixing the world? “Smart economics”, efficiency approaches, and gender equality in development. Gender & Development, 20(3), 517–529. doi:10.1080/13552074.2012.731812

OMC, Accords commerciaux et propriété intellectuelle: le cas des médicaments *

Sujet: étude de cas sur les accords commerciaux de l’OMC et leur impact sur la disponibilité des médicaments dans les pays en développement

Un des arguments principaux des tenants du libre échange est qu’il permettrait (pourvu que les partenaires commerciaux suivent la théorie des avantages comparatifs), d’avoir accès à des produits « exotiques », qu’on n’a pas intérêt à produire dans le lieu d’importation.

Le volet ADPIC des négociations de l’OMC coontient les accords sur la propriété intellectuelle. Paradoxalement, en étendant les brevets aux marchés des pays en développement, ces accords excluent toute une partie de la population mondiale de l’accès aux médicaments produits dans les pays développés. Dans ce cas, donc, les conditions dans lesquelles le libre échange se déroule restreignent l’accès aux produits au lieu de l’élargir.

Les réactions à cette situation sont différentes selon les pays.

Questions de recherche

  • Quel est le contenu des accords ADPIC? Sur quels présupposés se basent-ils?
  • Quel est l’impact des accords ADPIC sur l’accès aux médicaments dans les pays en développement?
  • Comment les pays en développement font ils face à la pénurie de médicaments? Quels sont les types d’adaptation?
  • Quels sont les points forts et les limites des accords ADPIC?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur le libre échange

La fiche sur l’école néoclassique

Guennif, S. (2012). Brevet et santé publique dans les pays du Sud: l’accès aux médicaments antisida. Études, (7), 41-51.

Technologies de l’information et de la communication pour le développement *

Sujet: comment appréhender la relation entre les technologies et le développement? Cas d’étude sur les ICT4D

Les relations entre les technologies et le développement ont été abordées de multiples manières dans les théories du développement. En effet, les technologies ont tour à tour été considérées une panacée pour la modernisation, un vecteur d’assujettissement pour la dépendance, un élément non uniforme et adaptable pour les théories post.

Les débats autour du rôle des technologies pour le développement se sont souvent cristallisés autour des techniques agricoles et, parfois, industrielles. De nos jours, une partie d’entre eux concernent les Technologies de l’Information et de la Communication pour le développement (TIC; ICT4D). Les ICT4D sont considérées dans leur aspect économique (croissance) mais aussi (et peut-être surtout) pour leur potentiel socio-politique et institutionnel (par exemple, pour améliorer les capabilités des individus).

Questions de recherche

  • Les ICT4D ont elles un potentiel socio-politique et/ou institutionnel? Lesquels?
  • Comment les ICT4D sont elles appréhendées par les théories du développement contemporaines? Sur quels présupposés ces analyses se basent-elles?
  • Quels sont les points forts et les limites d’une approche du développement basée sur les ICT4D?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur Schumpeter
La fiche sur le réalisme critique
Andersson, A., Grönlund, Å., & Wicander, G. (2012). Development as freedom – how the Capability Approach can be used in ICT4D research and practice. Information Technology for Development, 18(1), 1–4. doi:10.1080/02681102.2011.632076

L’agriculture dans les théories du développement *

Sujet: conceptualisations de l’agriculture dans les différentes théories du développement

Depuis la naissance des sciences économiques et sociales, l’agriculture a occupé une place de choix dans les questionnements scientifiques. Par exemple, elle a été utilisée comme point de départ pour des concepts économiques (comme la loi des rendements décroissants) et pour des théories démographiques (notamment, celle de Malthus et celle de Boserup).

L’agriculture a été pendant longtemps aussi au centre des études de développement, aussi bien en raison de son potentiel économique qu’au vu du grand nombre de personnes travaillant dans le secteur agricole dans les pays en développement.Selon les différentes théories du développement, l’agriculture a été envisagée de différentes façons.

Questions de recherche

  • Comment l’agriculture a-t-elle été appréhendée dans les différentes théories du développement?
  • Quels sont les présupposés de ces théories? Quels sont les objectifs de leur vision de l’argiculture?
  • Quels sont les points forts et les limites de ces approches? Comment pourrait-on les améliorer?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur Malthus

La fiche sur Ester Boserup

Ellis, F., & Biggs, S. (2001). Evolving Themes in Rural Development 1950s-2000s. Development Policy Review, 19(4), 437–448. doi:10.1111/1467-7679.00143

Protectionnisme et industrialisation par promotion des exportations: le cas des Tigres Asiatiques *

Sujet: étude de cas sur le modèle de développement des Dragons Asiatiques basé sur la promotion des exportations

Dans les années 1960 et 1970 (mais parfois aussi avant), les modèles de développement protectionnistes ont souvent été combinés avec une approche de type ISI (industrialisation par substitution aux importations, voir ici).

Cependant, depuis l’après 2ème guerre mondiale (pour le Japon) et dès les années 1960 (pour les Dragons Asiatiques) un nouveau modèle de développement est apparu, basé sur la promotion des exportations. Ce modèle s’appuie sur des politiques protectionnistes du marché interne et sur une promotion des échanges commerciaux d’exportation. Cette double stratégie commerciale s’est souvent appuyée sur des fortes interventions de l’Etat et sur des politiques favorables à l’accueil des investissements directs étrangers (IDE).

Questions de recherche

  • Quelles sont les caractéristiques du modèle d’industrialisation par promotion des exportations dans les Dragons Asiatiques? Quels sont les présupposés théoriques et politiques de ce modèle?
  • Comment expliquer le succès de ce modèle dans le cas des Dragons Asiatiques?
  • Quels sont les points communs dans le développement des Dragons Asiatiques? Quelles sont les divergences?
  • Selon vous, quels sont les points forts et les points faibles du modèle d’industrialisation par promotion des exportations?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur le protectionnisme

La fiche sur le libre échange

Lemoine, F. (2008). Un vol d’oies sauvages. Intégration régionale et émergence des économies asiatiques. Annuels, 163–172. En ligne: http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=SCPO_JAFFR_2008_01_0163
Thiébault, J.-L. (2011). Comment les pays émergents se sont-ils développés économiquement ? La perspective de l’économie politique. Revue internationale de politique comparée, Vol. 18(3), 11–46. doi:10.3917/ripc.183.0011

Protectionnisme et industrialisation par substitution aux importations (ISI): le cas du Brésil *

Sujet: étude de cas sur le modèle de développement Brésilien basé sur l’ISI

Dans les années 1960 et 1970, la théorie de la dépendance est très influente dans le monde du développement. Elle soutient l’existence d’une exploitation massive des pays développés envers les pays en développement, exploitation qui engendre et augmente le maintient de ces pays en une condition de subordination économique et politique. De nombreux auteurs de la théorie de la dépendance, par exemple Raul Prebisch, prônent le décrochage et l’Industrialisation par substitution aux importations (ISI).

En réalité, des mesures protectionnistes ont été appliquées plus tôt que les années 1960 dans un bon nombre de pays. Par exemple, au Brésil, des politiques protectionnistes ont été combinées à l’ISI depuis les années 1930.

Questions de recherche

  • Quels sont les présupposés théoriques du modèle ISI?
  • Quelles approches théoriques et politiques sont contestées par les défenseurs du modèle ISI?
  • Quelles sont les différentes phases de mise en place du modèle ISI au Brésil?
  • Est-ce que le modèle ISI a des limites? Quelles sont ces limites?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur le libre échange

La fiche sur le protectionnisme

Hasenclever, L., & Fauré, Y.-A. (2003). Les défis du développement économique et social du Brésil contemporain (Documents de travail). Groupe d’Economie du Développement de l’Université Montesquieu Bordeaux IV. En ligne: http://econpapers.repec.org/paper/monceddtr/78.htm
Thiébault, J.-L. (2011). Comment les pays émergents se sont-ils développés économiquement ? La perspective de l’économie politique. Revue internationale de politique comparée, Vol. 18(3), 11–46. doi:10.3917/ripc.183.0011 . En ligne: www.cairn.info/revue-internationale-de-politique-comparee-2011-3-page-11.htm.

Comment mésurer le développement? *

Sujet: aperçu des différentes méthodes d’évaluation du développement.

L’évaluation du niveau de développement des différents pays est un sujet très souvent évoqué en études du développement. Loin d’être quelque chose d’anodin, c’est une mesure souvent normative et qui trouve toujours son origine dans une ou plusieurs approches théoriques et philosophiques du développement.

Par exemple, on peut se contenter de mesurer le PIB ou le PIB par habitant, on peut y rajouter des composantes sociales (notamment les capabilités de Sen) et créer un nouvel indice comme l’Indice de Développement Humain (IDH) ou encore on peut s’appuyer sur des dimensions philosophico-politiques, comme dans l’approche théorique proposée par Rawls.

Ces indices différent donc entre eux, tant dans la manière dont ils sont calculés que dans les présupposés desquels ils partent.

Questions de recherche

  • Quels sont les indices couramment utilisés pour évaluer le développement?
  • Comment sont-ils calculés?
  • Quels présupposés théoriques ont été pris en considération pour les construire?
  • Peut-on comparer ces indices? Si oui, quels sont ceux que vous utiliseriez? Pourquoi?

Pour commencer, consultez…

La fiche sur Amartya Sen et les capabilités

La fiche sur John Rawls

Bisiaux, R. (2011). Comment définir la pauvreté: Ravaillon, Sen ou Rawls? L’économie politique, 049, 6-23. doi:10.3917/leco.049.0006.

Gabas, J.-J., Ribier, V., & Vernières, M. (2013). Introduction. La mesure du développement : comment science et politique se conjuguent. Revue Tiers Monde, n°213(1), 7–22. doi:10.3917/rtm.213.0007
Hugon, P. (2013). La mesure du développement est-elle l’expression de rapports de pouvoir ? Revue Tiers Monde, n°213(1), 105–121. doi:10.3917/rtm.213.0105