Changement de Direction

L’Université de Lausanne a changé de direction le 1er août. Après dix ans, Dominique Arlettaz quitte le poste de Recteur pour laisser la place à Nouria Hernandez et à une nouvelle équipe de direction. Avant de souhaiter la bienvenue à cette dernière, nous avons souhaité faire le bilan de cette Direction du point de vue du Corps intermédiaire et après 10 ans de relation avec ACIDUL.

>>> lien vers le bilan sur notre site internet

Danger de la cotutelle

Des difficultés rencontrées par un doctorant en faculté de GSE nous amènent à vous rappeler à être très attentifs aux dispositions réglementaires qui cadrent les cotutelles de thèse.

Des différences dans la composition du jury du colloque de thèse mené à Lausanne et la défense menée dans une université française ont entrainé une série de problèmes réglementaires qui ont failli coûter la reconnaissance de son titre à notre collègue.

Une cotutelle de thèse est en équilibre entre les règlements de deux universités, et cela conduit souvent à des complications qui peuvent devenir sérieuses. Si la responsabilité du suivi réglementaire est partagée (décanats, direction de thèse, doctorant.e…), lorsque les choses tournent mal, c’est le.la doctorant.e qui en assumera les conséquences. Nous vous conseillons donc de vous renseigner très précisément sur les dispositions réglementaires qui cadrent votre cotutelle, de garder le contrôle sur les décisions et de faire vous-même le lien entre les personnes et les institutions, si cela est nécessaire. Vos associations de faculté, ou ACIDUL, peuvent vous accompagner pour cela.

Statut des premier.ère.s assistant.e.s

Une question centrale pour le Corps intermédiaire s’est posée en fin 2015: la responsabilité d’un cours ou de mémoires peut-elle être confiée à une première assistante ou un premier assistant?

Face à une délégation toujours plus forte de tâches d’enseignement aux assistant.e.s, le service juridique a fait savoir qu’il n’était pas possible de confier la responsabilité d’un enseignement uniquement à des assistant.e.s ou premier.ère.s assistant.e.s. Des solutions sont toutefois possibles: confier aux premier.ère.s assistant.e.s la co-responsabilité d’un enseignement, en accompagnement, d’un.e professeur.e ou d’un.e MER; ou sous réserve d’un engagement additionnel comme chargé.e de cours.

En Faculté des sciences sociales et politiques, plusieurs premier.ère.s assistant.e.s ont assumé la responsabilité d’un enseignement durant l’année écoulée malgré cette impossibilité légale.

Grâce aux démarches de l’Association du Corps intermédiaire (ACISSP), le Service RH a souligné que proposer rétroactivement une charge de cours afin de la reconnaitre et la rémunérer est exceptionnellement possible, ce qui devrait se faire prochainement pour les personnes concernées. Cependant, la solution finalement proposée par le décanat SSP et le SRH est de reconnaître rétroactivement la charge de cours sans pour autant la rémunérer. L’ACISSP et ACIDUL trouvent cette compensation insuffisante et demandent une solution plus adéquate pour les collaborateur-tice-s concerné.e.s.