Guy de Pourtalès, Nous, à qui rien n’appartient

Un écrivain voyageur méconnu.

En 1930, l’écrivain franco-suisse Guy de Pourtalès (1881–1941) s’embarque pour l’Indochine pour l’hebdomadaire Excelsior. Il en rapporte un récit de voyage lucide qui paraît dans le périodique peu après et en volume l’année suivante. Le personnage de Fletcher, rencontré sur le bateau qui conduit le narrateur en Orient, incarne le doute : pourquoi vouloir à tout prix implanter la culture occidentale chez les peuples colonisés?

En collaboration avec la Fondation Guy de Pourtalès, le Centre des littératures en Suisse romande de la Faculté des lettres publie une série de volumes représentatifs de la production de l’écrivain, dans des éditions critiques, conçues en exploitant le fonds d’archives conservé au Centre des littératures en Suisse romande. Commentés et annotés par des chercheurs spécialistes de Pourtalès ou des questions historiques et littéraires propres aux textes, ces livres au format de poche se veulent accessibles au public scolaire et universitaire.

Les autres titres parus sont La Pêche miraculeuse (2016), À mes amis suisses (2016), Montclar (2017) et Voyage en Extrême-Orient (2017).

Guy de Pourtalès, Nous, à qui rien n’appartient, édition de Franck Laurent, Stéphane Pétermann (dir.), Gollion, Infolio, 2017.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux: Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Share on LinkedIn
Linkedin