Une nouvelle tête pour l’UNIL

En août 2016, une nouvelle rectrice ou un nouveau recteur prendra ses fonctions. Un événement aux conséquences potentiellement importantes pour les doctorant.e.s et le corps intermédiaire. La Commission qui s’occupe de sa nomination a reçu ACIDUL.

En novembre dernier, l’actuel Recteur Dominique Arlettaz a annoncé au Conseil de l’UNIL (CU) qu’il ne se représenterait pas pour un troisième mandat. En fonction depuis le mois de septembre 2006, son poste devrait être remis au concours ce mois-ci. Les cinq membres de la « Commission de nomination du recteur » ont rapidement été élus par le CU. Présidée par Boris Vejdovsky (MER Lettres), font également partie de la Commission Laura Bernardi (Prof. SSP), Isabelle Décosterd (Prof. FBM), Alessandro Villa (Prof. HEC) et Thierry Schiffmann (étudiant Lettres). Leurs travaux se finaliseront au plus tard début juin pour permettre le vote du CU lors de la séance du 11 juin 2015.

Devant la Commission de la future rectrice ou du futur recteur, ACIDUL a recommandé un.e candidat.e aux valeurs humaines, et a formulé une préférence pour une candidate, en signe de changement et de dynamisme. Durant une heure, trois axes imbriqués les uns aux autres ont été développés : les conditions de travail, la politique universitaire et la recherche scientifique.

Le dossier très sensible du harcèlement et du mobbing au travail devra être pris au sérieux par la ou le candidat.e. L’université est un environnement où le harcèlement et le mobbing peuvent facilement s’installer. Mais ce n’est pas une fatalité. En tant qu’employeur responsable, l’UNIL devrait informer et sensibiliser ses employé.e.s à ces questions.

Un cadre de travail satisfaisant s’accompagne aussi de contrats de travail de longue durée. ACIDUL persiste dans sa demande de réduction des contrats de travail de courte durée, ou encore, souhaite stopper la prolifération abusive des chargé.e.s de cours. Pour ce faire, la ou le candidat.e doit être capable d’un regard critique sur les sources de financement de la recherche scientifique, ACIDUL poussant à toujours plus de financements pérennes.

Les enjeux liés à la recherche scientifique sont actuellement nombreux. La future rectrice ou le futur recteur devra être particulièrement intéressé.e à la recherche scientifique notamment au sort de la relève académique. L’université doit respecter la diversité des pratiques de la recherche, et s’assurer que la multiplicité des sources et des durées de financement n’affecte pas le bon déroulement et l’accomplissement de thèses de doctorat de qualité. La ou le candidat.e doit défendre les intérêts de la recherche à l’université et, donc, avoir un point de vue clair sur le premier travail de recherche d’envergure situé à l’articulation de la fin des études et de l’entrée dans monde du travail. Les rankings et autres classements internationaux ne doivent pas remplacer les valeurs de l’université.

Les dossiers clivants tels que l’ouverture de l’UNIL ou le nombre d’étudiant.e.s doivent absolument être abordés avec les candidat.e.s lors de leur audition. La culture démocratique et participative de l’UNIL, chère à ACIDUL, exige que la ou le candidat.e, par son parcours académique, soit à même de la cultiver. ACIDUL s’oppose à toute entrave à la liberté d’expression et d’information, et souhaite une meilleure représentation de tous les corps dans les instances décisionnelles de l’université.

La procédure de nomination se terminera par l’aval du Conseil d’Etat vaudois. Celui-ci ratifiera la décision du CU prise le 11 juin, ou lui demandera de désigner un·e autre candidat·e.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.