D’un déguisement l’autre

Par Marie-Laurence Asselin

Une critique du spectacle :
L’Amant / d’Harold Pinter / mise en scène Raoul Teuscher / Théâtre des Osses à Fribourg / du 11 au 27 octobre 2013

© J. Bierer

Vie de couple soignée, vie professionnelle aisée. Tellement banal … sauf lorsque surgit dans la conversation un sujet qui change tout : l’amant. La fabuleuse mise en scène par Raoul Teuscher de la pièce L’Amant d’Harold Pinter nous fait goûter les joies du travestissement sous toutes ses formes.

Un couple normal qui discute tranquillement de l’adultère commis par Madame… Raoul Teuscher, metteur en scène et acteur dans la pièce, s’en donne à coeur joie en endossant le rôle de multiples personnages, tout comme sa partenaire Anne Vouilloz. Chacun des costumes leur colle à la peau : financier, femme en détresse, putain ou femme du monde se déchaînent sur une musique au rythme endiablé. Le décor se transforme à mesure que maîtresses et amants fantasmatiques se dévoilent, apparaissant et disparaissant en continu. Perruque blonde et souliers rouges, onomatopées projetées sur un écran, supports visuels simples, mais percutants : la technologie cinématographique sert l’avalanche des métamorphoses à vue. Le dispositif fait aussi réfléchir : il nous renvoie subtilement aux questions que chacun se pose sur la réalité du couple et le dessous des cartes, entre les désirs fous et la vie réelle.

La pièce de Pinter, qui a reçu le prix Nobel de littérature en 2005, est majestueusement interprétée par les deux comédiens. Soupir las, rires déments, déformations faciales : on rit de chaque détail de ce travail corporel de précision.

La pièce continuera d’être jouée jusqu’au 27 octobre au Théâtre des Osses, et les représentations afficheront probablement « complet », comme pour la soirée du 13 octobre. Au programme : pulsions et conventions ! A vous de ne pas choisir !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.