Jadis raconte

par Maëlle Andrey

Jadis / d’Emmanuel Dorand / mise en scène Hassane Kassi Kouyaté / du 11 au 15 mars 2015 / Equilibre-Nuithonie / plus d’infos

© Nuithonie

« Jadis c’est qui ? Ben… Jadis, c’est moi. Jadis raconte. Jadis interprète les légendes de la mythologie antique » annonce Emmanuel Dorand, avec sa belle voix de conteur. Jadis c’est un personnage, mais c’est aussi ce merveilleux monologue intimiste, captivant et intemporel qui se joue en ce moment au Théâtre de Nuithonie, à Villars-sur-Glâne.

Dans l’étroite salle d’exposition de l’Espace Nuithonie, où une petite vingtaine de spectateurs prend place, l’ambiance est inévitablement intime.
Un énorme tas de terre remplit quasiment tout l’espace de la scène. D’entre les deux troncs qui dépassent de la masse brune, sort une main. Puis un bras. Un dos. Une tête. Plus qu’une tête. Un visage rond, familier, immédiatement attachant. Emmanuel Dorand est Jadis, un humble conteur, vêtu sobrement de beige. Il sort des entrailles de la Terre, « Mère universelle », pour faire renaître, le temps d’un monologue, les mythes et légendes, les monstres et dieux, les créatures et héros de la mythologie gréco-romaine. De ce terreau fertile, le comédien fait pousser Vénus, Apollon, Pégase, Ulysse, les neuf Muses, les Sirènes, Circé, les Titans, Orphée, les cyclopes, Narcisse (et tant d’autres) qu’il arrose de paroles et éclaire d’émotions, afin de leur permettre d’ancrer solidement leurs racines jusqu’aux profondeurs infernales et de s’élancer vers le ciel, dépassant l’Olympe.

Le jeune comédien, né à Calcutta en 1979 et arrivé durant son enfance en Suisse, a été formé par Gisèle Sallin, au Théâtre des Osses de Fribourg, et a notamment collaboré avec Ariane Mnouchkine. C’est en jouant le rôle d’Achille, célèbre héros de la guerre de Troie, dans Une Iliade de René Zahnd (jouée en France et au Burkina Faso), que l’envie de faire de la mythologie antique un « conte-monologue » est née. Pour ce faire, c’est vers Hassane Kassi Kouyaté (metteur en scène de ce même spectacle Une Iliade) que le comédien (également assistant metteur en scène, acteur, directeur de casting pour le théâtre, le cinéma et la télévision) se tourne, sans hésiter. Metteur en scène et comédien africain très actif sur les scènes suisses et françaises (on se souvient par exemple de Kouta joué à Vidy l’an dernier), directeur artistique de la Compagnie parisienne Deux Temps Trois Mouvements, Kouyaté s’est volontiers prêté au jeu du fribourgeois. De leur riche collaboration et formidable amitié et entente (ils disent eux-mêmes se sentir « sur la même longueur d’ondes ») éclot un solo touchant, prenant, passionnant.

Tels des enfants, attentifs, écoutant une histoire, les spectateurs sont attachés aux lèvres du comédien, pris aux tripes. Les sons et jeux de lumières viennent accentuer le côté émotionnel. Bercé, transporté, emporté par le flot des mots et par la voix enchanteresse (comme celles des mythiques sirènes) de Jadis, le public est hors du temps. Le regard du comédien est percutant. La diction précise et maîtrisée. Les mots chantants, vivants… De cette lourde terre brune jaillissent des histoires colorées, des personnages pétillants et légers qui planent sur le plateau, portés et dirigés par le jeu d’Emmanuel Dorand.

« Jadis c’est qui ? » Ben… Jadis c’est tout simplement une odyssée magique, poétique et intemporelle à vivre jusqu’au 15 mars à l’Espace Nuithonie.