Les sections

Allemand
Site de section: http://www.unil.ch/all/home.html
Contacter l’association de section: FacebookMail

En savoir plus sur la section d'Allemand
La section d’Allemand de l’Université de Lausanne offre des enseignements très diversifiés aux étudiant-e-s de Lettres. Tout d’abord, il est important de savoir que chaque étudiant-e, en s’inscrivant dans cette branche, doit aussi s’inscrire dans une des trois possibilités suivantes, dans le but de définir son niveau et les enseignements qu’il devra suivre : non-germanophone, bilingue (c’est à dire les étudiant-e-s qui ont déjà fait un échange dans un pays germanophone ou qui ont de la famille germanophone par exemple) et germanophone (de langue maternelle allemande). La section d’Allemand propose beaucoup de disciplines différentes dans le cadre de cette branche, comme du médiéval, de la linguistique, de la traduction, de la littérature, ainsi que des cours basés sur les aspects socio-culturels des pays germanophones. Certains enseignements sont obligatoires et suivis par tou-te-s les étudiant-e-s, quel que soit leur niveau d’allemand (non-germanophone, bilingue, germanophone). Certains enseignements, comme ceux de grammaire ou de pratique de la langue allemande, sont obligatoires pour les étudiant-e-s inscrit-e-s en non-germanophone. Les autres complètent ces enseignements manquants par des séminaires de leur choix. Le nombre de crédits cependant est le même pour tou-te-s les étudiant-es d’Allemand.
Pour ce qui est des validations, il s’agit dans la plupart des cours de préparer une présentation orale et d’être responsable d’un « Protokoll », c’est-à-dire une récapitulation, un résumé, par écrit d’une séance. L’étudiant-e doit aussi s’inscrire pour des examens ou des travaux écrits, mais ceci dépend de chaque cours.
Le contact avec les enseignant-e-s est très facile et agréable. Il y a toujours quelqu’un pour aider si l’étudiant-e rencontre des problèmes au long de son cursus. L’ambiance elle-même dans la section d’allemand est très détendue. Il y a des voyages facultatifs organisés pour ceux qui s’y intéresseraient, ainsi que les fameuses fêtes de Noël et de fin d’année.

Bernadette Rüede, BA en Allemand et Anglais

L'association de section (STU.DE)
La STU.DE (Studentenverein der Deutschsektion) est une jeune association, née en 2013 de l’envie d’animer la section d’allemand et de renforcer le lien entre les étudiants des différents niveaux de Bachelor et de Master. Plus particulièrement, la STU.DE s’engage au niveau culturel. Ainsi, elle organise des sorties théâtrales en Suisse allemande à l’intention de ses membres. De plus, des visites de villes alémaniques sont agendées de temps à autre afin de découvrir la richesse de la culture suisse germanophone.

La STU.DE est aussi présente au niveau festif, puisqu’elle organise des fêtes telles que l’Oktoberfest ou la fête de carnaval. Finalement, la STU.DE soutient le corps enseignant dans l’organisation de fêtes de section réunissant enseignant-e-s, assistant-e-s et étudiant-e-s à l’approche de Noël (Weihnachtsfest) et de l’été (Sommerfest).

Vous êtes donc chaleureusement invité(e)s à participer à nos événements ou même à rejoindre notre comité. Nous nous réjouissons de vous accueillir au sein de la section d’allemand et de vous voir à notre fameux apéro de bienvenu pour les nouveaux étudiants qui aura lieu en octobre !

Anglais
Site de section: http://www.unil.ch/angl/home.html
Contacter l’association de section: Site webFacebookMail

En savoir plus sur la section d'Anglais
Que dire de notre merveilleuse section d’Anglais en 333 mots ? Tout d’abord, et c’est l’essentiel, c’est une section chaleureuse, ce qui, vous vous en rendrez vite compte, est plus qu’appréciable en période de stress. N’hésitez d’ailleurs pas à vous adresser à vos enseignant-e-s si vous vous sentez dépassés. Personnellement, je compare le semestre à une grossesse (mais peut-être que les jeunes mamans me contrediront). Au début, tout va bien, quelques nausées passagères mais rien d’insurmontable. Ensuite, cela devient très lourd sur les dernières semaines durant lesquelles vous n’aurez qu’une envie : accoucher de ces foutues validations. Puis, vous serez tellement euphoriques et émerveillés du résultat (si, si, je vous assure) que vous repartirez gaiement pour un nouveau semestre comme si le précédent n’avait était qu’une « piece of cake ».
En ce qui concerne les sujets d’études, cela se divise en deux grandes catégories : la littérature et la linguistique. Si l’un des deux vous débecte, ne craignez rien, après les trois premiers semestres, vous pouvez tout à fait en abandonner un. Les cours de littérature anglaise, américaine, médiévale et de genre vous emmèneront dans les mondes merveilleux de Mary Shelley et des sœurs Brontë ; de John Okada et de Toni Morisson ; de Beowulf et de Geoffrey Chaucer ainsi que ceux de Jane Austen et de Virginia Woolf et bien d’autres encore. Tandis que la linguistique vous permettra de vous poser des questions essentielles telles que « Est-ce que mon larynx vibre ? » ou encore « Pourquoi est-ce que le terme spincer n’est pas l’équivalent de Bachelor ? » Vous l’aurez compris, j’ai mes préférences ; mais beaucoup d’étudiant-e-s adorent la linguistique et ne font plus que cela !
Last but not least : les meilleures fêtes vous sont offertes par la section d’anglais principalement parce que notre vénéré DJ n’oubliera JAMAIS Wannabe !

P. S. : Vous parlerez franglish… mais on peut tout à fait vivre avec ça.

Julie Schütz, BA en Anglais et Histoire de l’art

L'association de section (English Students' Committee)
Le comité des étudiant-e-s en Anglais est composé d’étudiant-e-s de la section d’anglais qui s’impliquent dans la vie sur le campus ! Nous organisons plusieurs types d’événements : il peut s’agir de conférences interdisciplinaires en réponse à nos enseignements, à des films que nous projetons, ou plus généralement à la culture anglophone et son lien avec d’autres domaines de la Faculté des lettres. Le comité organise les fêtes qui réunissent à la fois étudiant-e-s et membres du staff. Les étudiant-e-s de la section d’Anglais, quel que soit leur niveau d’étude, peuvent donc participer à des activités variées, en se faisant membres du comité ou tout simplement en venant à nos évènements. Dans tous les cas, chers et chères étudiant-e-s, nous nous réjouissons de partager avec vous du savoir, de la bonne humeur, et beaucoup de créativité !

The English Students’ Committee is made up of students from the English department who get involved with campus life! We organize several types of events, for example interdisciplinary conferences related to our classes, films we show or more generally English-speaking culture and its link to other domains of the Faculty of Arts. We also organize parties that bring together faculty members and students. Students of the English department, independently of the year they are in can participate in these various activities, by joining the committee or simply coming to our events. In any case, dear students, we look forward to sharing our knowledge, our good mood and a lot of creativity with you!

Archéologie et Sciences de l’Antiquité
Site de l’unité d’Archéologie: http://www.unil.ch/iasa/home.html
Site de l’unité de Grec ancien: http://www.unil.ch/iasa/home/menuinst/grec-ancien.html
Site de l’unité d’Histoire ancienne: http://www.unil.ch/iasa/home/menuinst/histoire-ancienne.html
Site de l’unité de Latin: http://www.unil.ch/iasa/home/menuinst/latin.html
Contacter l’association de section: Site webFacebookMail

En savoir plus sur l'unité d'Archéologie
L’Archéologie fait partie de l’ASA (section d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité) qui est chaleureuse et familiale : tout le monde fait en sorte que tu te sentes à ta place, tu reçois facilement de l’aide et tu es rapidement intégré-e aux diverses activités de la section.
Les enseignements d’Archéologie sont riches et complets : un cours d’archéologie grecque, un cours de techniques et notions de bases et un cours d’archéologie provinciale et romaine dont le thème change chaque semestre. En première année, il n’y a pas de séminaire à faire ni d’examen, juste des QCMs à la fin de chaque semestre.
Tu touches au terrain dès la première année puisque le programme de propédeutique comprend un stage de fouille de minimum trois semaines entre juin et juillet.
Enfin, pas besoin d’avoir fait du grec ou du latin avant d’entrer dans la section : un complément est obligatoire pendant ton Bachelor.

Amélie Mazzoni, BA en Archéologie, Français moderne et Histoire

En savoir plus sur l'unité de Grec ancien
Bien que comptant peu d’étudiant-e-s, le Grec ancien propose deux cursus distincts : un premier pour les hellénistes, ceux qui ont fait leur gymnase-lycée en grec, un second non-helléniste pour toute personne souhaitant commencer cette discipline. Les enseignements de propédeutique pour les hellénistes sont constitués d’un cours de version/thème demandant un travail conséquent mais assurant de grands progrès, un cours de littérature accompagné d’un cours de préparation des textes étudiés, ainsi qu’un cours d’introduction à l’accentuation et à la métrique, un proséminaire d’introduction (commun à l’histoire ancienne) et un cours de lecture à vue. Très bien suivi-e-s par les enseignant-e-s et les assistant-e-s, les étudiant-e-s ont également la possibilité de suivre un appui informel pour se remémorer les points qui posent problème. L’année propédeutique se conclut par un examen oral de lecture à vue. Les non-hellénistes reçoivent à la place des cours de langue une initiation à la langue grecque et un cours consacré à la philosophie antique, notamment.
Ayant eu beaucoup de plaisir à suivre le grec au gymnase, j’ai souhaité continuer à l’Unil et n’ai pas été déçu : bien que le Bachelor soit beaucoup axé sur la langue, les cours de littérature ont toujours des œuvres et une approche intéressante. Puisque les textes sont préparés à l’avance, l’étudiant-e peut suivre plus activement le séminaire. La section organise régulièrement des lectures à voix haute d’extraits de l’Iliade, par exemple, où étudiant-e-s et enseignant-e-s se retrouvent pour un moment convivial et sympathique et termine l’année par un souper.

Jérémy Berthoud, BA en Grec ancien, Français médiéval et Français moderne

En savoir plus sur l'unité d'Histoire ancienne
Ce qui se laisse savourer en Histoire ancienne, c’est la diversité des enseignements. Il y en a pour tous les goûts. L’aptitude sur laquelle on se concentre est l’analyse des sources antiques. Avant l’université, la discipline historique est présentée comme des savoirs objectifs à assimiler. Ici, on revient aux ingrédients primaires – textes d’auteur-e-s antiques, documents archéologiques, céramiques, inscriptions mineures et majeures, documents iconographiques – pour essayer de s’approcher au plus près de la réalité historique et comprendre pourquoi cet exercice est aussi difficile. En première année, on a ainsi deux cours magistraux et un séminaire. Les cours portent sur la Grèce et Rome, un autre sur l’Egypte. Les séminaires proposent divers sujets comme la condition des femmes athéniennes ou la guerre des Gaules de César. L’articulation cours/séminaire lie le tout puisqu’il se centre sur les problèmes de fiabilité des sources, et est par conséquent un outil méthodologique indispensable pour une démarche d’historien.
Si par hasard tu trouvais aux cours des accents doux-amers qui ne te rassasieraient pas, tu peux toujours assister à une des conférences organisées par Hélios qui mêlent parfois à l’ancien un zeste de modernité avec par exemple une conférence sur Game of Thrones aux saveurs épiques. Quant aux examens, si tes enseignements sont travaillés à point, tu passeras l’épreuve finale comme un chef. Ces multiples facettes de l’Histoire ancienne feront assurément chavirer tes papilles, et quand, l’esprit repus, tu souhaiteras te garnir la panse, tu pourras rejoindre les membres d’Hélios dans de sympathiques apéros. Et le tout dans l’ambiance familiale de cette exquise petite section.

Manon Héritier, BA en Français moderne, Histoire ancienne et Histoire de l’art

En savoir plus sur l'unité de Latin
Le Latin entretient des liens étroits avec les branches qui composent l’ASA. Ainsi, de nombreux enseignements interdisciplinaires sont offerts et permettent d’aborder l’Antiquité avec un regard toujours neuf. La première année de Latin est composée d’un séminaire d’introduction, de deux séminaires et deux cours de littérature, d’un atelier de lecture cursive et d’un module de langue (linguistique, thème et grammaire). Quant aux examens, il y en a deux : un oral de littérature et un écrit de linguistique.
Le Latin est l’une des petites disciplines en Lettres, à l’ambiance conviviale, presque familiale : les étudiant-e-s organisent entre eux chaque année un ou deux soupers et plusieurs soirées, dont l’une avec les enseignant-e-s en fin d’année. Très disponibles pour les étudiant-e-s, les enseignant-e-s apportent avec plaisir leur aide et tout le soutien nécessaire. De plus, faisant partie de l’ASA, les étudiant-e-s de latin sont convié-e-s chaque année au Noël de l’ASA, l’un des grands événements de l’année.

Jérémy Berthoud, BA en Grec ancien, Français médiéval et Français moderne

L'association de section (Hélios)
Hélios est une association destinée à tou-te-s les étudiant-e-s en Archéologie et Sciences de l’Antiquité de l’Université de Lausanne, qu’ils/elles soient en Archéologie, Histoire ancienne, Grec ou Latin. Créée en 2007, elle est actuellement dirigée par un comité de sept étudiant-e-s. Elle a donné naissance, en 2014, à l’association Ars Animandi et entretient, depuis plusieurs années, des liens étroits avec Chronozones.
Comme son nom le met bien en exergue, ce cercle estudiantin a pour but de rayonner au sein de la section d’Archéologie et des Sciences de l’Antiquité afin de réunir les étudiant-e-s dans le cadre d’activités académiques et conviviales liées au monde de l’Antiquité. De ce fait, elle propose de nombreuses activités, ouvertes à tou-te-s, telles que des conférences (avec parfois la collaboration d’autres associations), des visites de musées et de sites archéologiques, des sorties au cinéma ou au théâtre et des déplacements collectifs pour certains colloques. Des activités plus festives sont également offertes sous forme de souper, barbecue, banquet, etc. Plus particulièrement, Hélios est connue pour organiser, depuis plusieurs années, la mythique soirée de Noël de l’ASA.
Tou-te-s les membres peuvent, selon leurs envies, prendre part à l’organisation des évènements proposés. Le comité d’Hélios encourage, en effet, les étudiant-e-s motivé-e-s à faire partie de cette association active, puisque, comme certain-e-s le disent très bien, son avenir dépend de vous !

Espagnol

Site de section: http://www.unil.ch/esp/home.html
Contacter l’association de section: FacebookMail

La section
¿La sección de español? ¡Simplemente la mejor!

Si tu hésites encore entre plusieurs branches, ce qui suit devrait te convaincre de choisir l’espagnol. Avec des cours de grammaire, d’expression orale et écrite ou de traduction mais aussi de littérature, de linguistique et de langue et littérature médiévales, le Bachelor permet de satisfaire autant un intérêt pour la langue que pour la littérature. Comme la section est de taille humaine, il n’y a pas de choix de cours mais des horaires imposés, sauf pour les cours de lengua española, ce qui conviendra bien aux éternel-le-s indéci-ses-s.
Le cours Introducción a la lingüística española permet d’acquérir les bases de l’étude de la langue ; il dure une année et se valide par un test de connaissance chaque semestre. Durant une période chaque semaine, Iniciación a la cultura hispánica donne un panorama historique de l’histoire et de la culture espagnole et hispano-américaine, il se valide comme le précédent. Les cours de lengua española sont aussi validés de cette manière, au contraire de l’Introducción a los estudios literarios pour lequel il y a un examen écrit en juin.
En deuxième partie de Bachelor il y a : expresión oral y escrita, lengua y literatura medievales, morfosintaxis del español (dit plus simplement grammaire), traducción, un cours d’histoire de la langue et un cours d’analyse du discours.
Après avoir travaillé dur, pourquoi ne pas se détendre un peu ? C’est là que l’association Hispánica! entre en scène. Elle représente les étudiant-e-s de la section d’espagnol, et est là pour répondre aux questions des nouveaux/-elles venu-e-s et bien sûr organise les traditionnelles fêtes qui attirent autant les étudiant-e-s que les enseignant-e-s.
Voilà toutes les infos à avoir avant de commencer…maintenant il ne reste plus qu’à aller aux cours et venir aux fêtes!

Alice Moraz, MA en Anglais et Espagnol (spécialisation en Dramaturgie et Histoire du théâtre)

L'association de section (Hispanica)
La sección de español está compuesta por docentes muy competentes, especialistas en sus diferentes áreas de enseñanza y con gran experiencia profesional. Las clases propuestas se pueden dividir en dos grandes disciplinas: literatura y lingüística, y se ofertan, por ejemplo, clases de gramática, expresión oral y escrita, traducción e incluso de literatura medieval. Así, los estudiantes tienen una amplia gama de opciones entre la variedad de las disciplinas propuestas. Los autores y los temas tratados se presentan desde perspectivas sincrónicas y diacrónicas, y no se limitan solo a España sino que también engloban toda América latina, lo que hace incluso más atractiva y diversa la oferta de enseñanza del departamento.
Además, es importante destacar la existencia de la asociación Hispánica, una organización de estudiantes de la sección de español de la universidad de Lausana. Sus objetivos son promover la vida cultural, social y literaria hispánica entre los alumnos. Con esta idea, al principio de cada año se organiza una fiesta de bienvenida para facilitar la integración de los recién llegados, se hacen fiestas por Navidad y una barbacoa al final del año para celebrar las diferentes etapas de la vida académica. En cuanto a la vida cultural y literaria, intentamos planificar salidas al teatro o al cine. También solemos organizar un café-cine literario en el que se proyectan películas y se discuten obras literarias de forma relajada alrededor de un café. Asimismo, se puede asistir a diversas conferencias durante el año académico. Los temas tratados son muy diversos, y se habla, por ejemplo, de temas tan distintos como la violencia y el terrorismo en la literatura y la variedad lingüística del judeoespañol.

Français

Site de l’École de Français langue étrangère: http://www.unil.ch/fle/home.html
Site de la filière Français médiéval: http://www.unil.ch/fra/home/menuinst/filiere-medievale.html
Site de la filière Français moderne: http://www.unil.ch/fra/home/menuinst/filiere-moderne.html

En savoir plus sur l'École de Français langue étrangère
L’expérience en Français langue étrangère me plaît beaucoup. Les enseignements de première année sont variés et intéressants ; il y a un multiculturalisme très marqué par le fait de partager certains cours avec les étudiant-e-s de Diplôme en français qui proviennent de différents pays. Cela permet des échanges qu’on ne trouve pas forcément dans d’autres enseignements ou sections.
Les enseignements de FLE de première année sont : « Introduction à la linguistique », « Introduction à l’histoire de la littérature française » et « Discours : analyses et pratiques ». Ils sont très bien structurés : les supports, les polycopiés et les présentations PowerPoint sont bien faits et compréhensibles et les enseignant-e-s sont compétent-e-s ; ils/elles expliquent bien et s’appliquent à ce que les étudiant-e-s comprennent. Ils/elles sont aussi gentil-le-s et disponibles.
Ce que je trouve beau et intéressant dans la discipline FLE, c’est qu’on étudie le Français sous différentes facettes : d’un point de vue linguistique (étude de la structure de la langue française) qui permet de découvrir et d’apprendre des aspects du français qu’on ne soupçonnerait pas ; une étude de l’histoire de la littérature française à partir du xviie siècle jusqu’à nos jours, avec ses auteur-e-s et ses thèmes principaux, les courants esthétiques et littéraires et les contextes historiques et culturels ; et un cours d’amélioration et d’approfondissement de ses propres compétences langagières (expression et production), où on discute aussi de thèmes d’actualité.
Je trouve que c’est une discipline qui convient pour des étudiant-e-s non francophones qui souhaitent étudier le Français à l’université.
En première année, les enseignements sont assez introductifs (et cela est partout la même chose puisque c’est une année propédeutique), mais la matière devient plus intéressante et approfondie par la suite. Il y a déjà une différence entre le premier et le deuxième semestre.

Camilla Buzzi, BA en FLE, Cinéma et Psychologie

En savoir plus sur la filière Français médiéval
Le Français médiéval fait partie, au même titre que le Français moderne, de la section de Français de l’Université de Lausanne. Etant une petite filière, le Français médiéval est très convivial. Les enseignant-e-s sont à l’écoute et les étudiant-e-s tissent assez rapidement des liens avec eux.
Les enseignements de propédeutique sont divisés en deux catégories : tout d’abord, les cours de littérature médiévale, comportant une introduction à l’histoire littéraire, commune au français moderne et débouchant sur un examen oral, une introduction à l’analyse de textes donnant lieu à un examen écrit et un séminaire sur une œuvre en particulier, en commun avec le français moderne et se clôturant par un examen écrit. Ensuite, il y a les enseignements de philologie médiévale : ce dernier module porte sur l’évolution de la langue française en partant du latin vulgaire et se structure ainsi : un cours d’introduction générale, un cours d’introduction à l’ancien français et un séminaire d’explication philologique (c’est-à-dire qu’on y étudie une œuvre dans une perspective purement linguistique). Tous ces enseignements se valident par de petits travaux écrits durant le semestre. En plus de l’ancien français, la langue d’oïl, qui a donc abouti au français moderne, l’étudiant explorera aussi la langue d’oc (ou le provençal), parlée dans le sud et qui laisse encore quelques traces aujourd’hui. Un cursus pour deux langues, en somme.
Personnellement, j’ai découvert la littérature médiévale dans le cadre du français moderne et j’ai immensément apprécié la joie, la simplicité et l’humanité qui en émanait. De plus, étudier un ancien stade de notre langue m’aide aussi à comprendre comment une langue évolue et me fait redécouvrir sous un nouveau jour les mots que nous utilisons quotidiennement : c’est pourquoi je consacre une partie de mon cursus à cette discipline.

Jérémy Berthoud, BA en Grec ancien, Français médiéval et Français moderne

En savoir plus sur la filière Français moderne
La première année, son premier semestre en particulier, peut paraître abrupte : de la linguistique, du français médiéval, de la « méthode », etc. Pas les parties les plus concordantes à l’appellation « Français moderne », se dirait-on ; pas les parties les plus attirantes, se dit-on. Aspirez à l’architecture : l’appréhension de langue française et de sa littérature demande de la patience. L’abstraction de la linguistique de première prend sa pleine résonnance au deuxième semestre et en deuxième année en interaction avec chaque autre enseignement. Les Lettres fonctionnent ainsi : un enseignement est une occasion et une excuse pour une pensée transversale. Des termes, des thèses, des outils s’accumulent dans un coin du cerveau pour se réactiver pleinement un ou six mois plus tard. Ça peut d’abord frustrer, mais qu’est-ce que c’est satisfaisant ensuite de réaliser que l’on commence à penser mieux, plus vite, pleinement.
Et puis le plaisir vient vite aussi, sans même d’architecture, pas d’inquiétude. Poésie, théâtre suivent directement pour que tout puisse s’imbriquer au plus vite, vers l’apprentissage d’analyses fructueuses et variées, passant par la préparation d’un séminaire dont on choisit l’auteur-e (parmi une sélection, bien sûr), poète ou dramaturge.
En première, il y aussi l’attrait social : la section est vaste, les étudiant-e-s nombreux, les auditoires sont grands. La section offre aussi l’occasion de développer ses méthodologies et certain-e-s enseignant-e-s mettent toute leur pédagogie à notre disposition pour faire nos premiers pas dans l’univers immense des Lettres et sciences humaines. On trouve très rapidement ses repères, ses habitudes, ses potes. Retrouvons-les à Zelig le jeudi venu ! Pour blaguer sur les notions vues en cours ou pour parler d’autres choses moins formelles, pour rigoler un coup.
Le Français moderne à l’Université de Lausanne demande des efforts, mais n’en faut-il pas pour aborder le génie de la langue ? Le Français moderne, c’est aussi une des plus grandes sections de la Faculté des lettres, bon pari pour rencontrer du monde avec qui passer les bas mais surtout les hauts !

Pierre- Paul Bianchi, BA en Français moderne et Histoire de l’art

Histoire

Site de section: http://www.unil.ch/hist/home.html
Contacter l’association de section: FacebookMail

La section
Tu veux travailler de façon autonome ? Tu souhaites développer ton esprit critique ? Tu rêves d’élargir tes connaissances sur les nombreux sujets qui te tiennent à cœur ? Alors rejoins- nous à la section d’histoire de l’Université de Lausanne !
Au cœur de l’Anthropole, c’est dans une ambiance conviviale et bienveillante que tu réaliseras ton cursus d’historien. Toujours dans un élan d’entraide, la section ne te laissera jamais seul devant les difficultés. Qu’il s’agisse de l’aide mutuelle que s’amènent étudiantes et étudiants, ou alors des différents soutiens mis en place par la section ; workshop, tutorats, apéros, etc., tout favorise ta réussite. Et si une expérience dans le milieu associatif t’intéresse, l’association des étudiants en histoire StoriAE est faite pour toi. Cette dernière est en charge de l’organisation de conférences, de visites culturelles et de projections, cinématographique ou documentaire, tant d’activités qui rendront ton cursus des plus vivant.
La section d’histoire offre des horaires souples et une grande indépendance dans la réalisation de tes différents travaux. Des séminaires aux cours en passant par les TP, elle te fera voyager à travers différentes époques ; médiévale, moderne et contemporaine. Les thématiques sont variées, de l’histoire économique à l’histoire sociale, de l’histoire politique à l’histoire culturelle. La première année de bachelor t’ouvrira les portes d’une méthodologie te permettant d’accéder à tes sujets d’intérêts. Un accent est mis sur la collaboration entre sections, facultés voire même universités, déjà au niveau bachelor et de plus belle dans la suite de tes études.
Tant de raisons de venir nous rejoindre à l’Université, et de partager avec nous débats passionnés et petites bières.

Julien Furrer, BA en Histoire et Science politique
Elodie Viret, BA en Histoire et Français moderne

L'association de section (StoriAE)
StoriAE est l’association des étudiant-e-s en Histoire de l’Université de Lausanne. Nos objectifs principaux sont l’animation de la vie de section et la défense des intérêts des étudiant-e-s.
Nous organisons plusieurs types d’événements au cours du semestre, afin d’amener les étudiant-e-s à se rencontrer. L’une de nos activités phares est l’organisation de conférences autour de thématiques historiques ou interdisciplinaires. Celles-ci sont souvent liées à l’actualité politique ou culturelle, et visent à sortir l’Histoire de sa ligne académique habituelle – comme nous l’avons fait pour la conférence autour de Game of Thrones en avril 2016.
Nous proposons une carte pour les étudiant-e-s en Histoire qui offre l’entrée gratuite ou réduite dans une dizaine de musées en Suisse romande et profitons de cette gratuité pour organiser des sorties dans les musées partenaires. Nous sommes déjà allés visiter le château de Chillon ainsi que le musée du château de Prangins.
Nous nous occupons également du désormais légendaire apéro de Noël de la section d’Histoire au cours duquel enseignant-e-s et étudiant-e-s participent à des jeux dans une ambiance sympathique et arrosée. L’occasion de se détendre, de rencontrer d’autres étudiant-e-s et de découvrir qui sont les enseignant-e-s en dehors des salles de séminaire.
StoriAE se réjouit chaque année de concocter toutes ces activités pour les étudiant-e-s en Histoire et si tu es motivé-e toi-même à nous rejoindre, nous t’accueillons avec plaisir.

Histoire de l’art

Site de section: http://www.unil.ch/hart/home.html
Contacter l’association de section: Site webFacebookMail

La section
Que les novices se rassurent, la première année d’Histoire de l’art propose une formation permettant d’acquérir toutes les bases nécessaires à la compréhension de l’art médiéval, moderne et contemporain. Pour chacune de ces périodes, un cours vous offrira l’opportunité de traiter l’essentiel de chacune de ces périodes. Deux séminaires seront aussi à effectuer, vous permettant de vous pencher plus précisément sur certaines figures emblématiques de ces périodes. Au cours de cette première année, vous apprendrez aussi à emprunter le chemin de la Diathèque pour scanner les images nécessaires à vos présentations.
A partir de la deuxième année, les sujets proposés se veulent plus ciblés, donnant ainsi un panel de choix très variés aux étudiant-e-s. Une petite sélection de séminaires proposés durant l’année 2015-2016 vous le prouvera aisément : De l’« Actualité de la création contemporaine Lausannoise » aux « années de maturité de Giotto » en passant par «les Hôtels en Suisse comme œuvre d’art total», impossible de trouver une quelconque redondance dans ce programme. Au delà de sa formation théorique, la formation en Histoire de l’art se veut aussi dynamique : il est courant qu’une visite de musée ou qu’un voyage culturel permette d’approfondir la réflexion sur la matière vue en cours.
Paragone, notre dynamique association de section, propose elle aussi une sortie culturelle par semestre, ainsi qu’une visite par mois à Lausanne, permettant de faire de nouvelles découvertes artistiques tout en passant un agréable moment entre étudiant-e-s. Paragone organise aussi la fête de Noël de la section, dont la réputation n’est plus à faire.

Anouk Schauenberg, BA en Français moderne et Français moderne

L'association de section (Paragone)
Paragone, c’est l’association des étudiant-e-s en Histoire de l’art. Les membres, allant de propédeutique au Master, proposent un appui dans les études de cette branche pour que votre cursus se déroule au mieux. Ils/elles s’investissent également dans la vie de la section et défendent les intérêts des étudiant-e-s.
Mais parce qu’étudier l’Histoire de l’art, ce n’est pas seulement les cours et la bibliothèque, l’association organise aussi des sorties culturelles à la découverte des villes suisses et leurs expositions, des conférences et les traditionnelles fêtes de fin de semestre (à ne pas manquer !).
Les membres se retrouvent tou-te-s les premiers mercredis du mois en salle 4147. Tout-e étudiant-e est le/la bienvenu-e, que ce soit par curiosité, pour s’investir ou proposer de nouveaux projets.

Histoire et esthétique du cinéma

Site de section: http://www.unil.ch/cin/home.html
Contacter l’association de section: Site webFacebookMail

La section
Dans la section d’histoire et d’esthétique du cinéma, entrer dans un auditoire est comme entrer dans une salle obscure. Chaque spectateur y entre en attendant avec impatiente le film dont il connait le déroulement mais dont il n’a encore rien vu.
Le film commence, le générique du début introduit les acteurs. L’ambiance du monde filmique est donnée ; complexe, riche et dense. Armé d’une curiosité inépuisable, on s’aventure visuellement et auditivement dans un espace dont l’éclairage low key ne rend pas tout visible. Cette mise en scène mystérieuse est accentuée par un panneau indiquant « Défense d’entrer ». La caméra s’introduit au delà de l’avertissement ; le spectateur devient figurant. Chaque acteur est suscité pour son domaine touchant l’histoire, la théorie ou encore la pratique.
Au début du film, les gros plans empêchent de voir tout ce qui se passe dans le hors champ. En effet, les champs contre-champs ne permettent pas de comprendre les positions des personnages. Mais le rythme du film tient le spectateur en haleine. Soudain, un plan de situation a un effet de déclique ; on comprend la place des protagonistes et les liens entre leur théorie. Petit à petit d’autres personnages interviennent ; la grandeur des plans gravit les échelons, le hors champs a moins de secrets et le mode d’éclairage se transforme gentiment en high key. On prend du recul par rapport à l’histoire, on se forge un esprit critique.
Le générique de fin essaie de souligner ce qui se passe derrière le film dont la compréhension est encore inaboutie.
Par soif de parler du film, d’en débattre et de le critiquer, on sort pressé de la salle obscure. Coûte que coûte, nous défendons finalement tous notre passion : le cinéma.

Clara Balsiger, BA en Allemand, Cinéma et Science politique

L'association de section (Film(ON)s)
Vous avez un scénario caché au fond de vos tiroirs qui ne demande qu’à être réalisé? Vous avez toujours rêvé de travailler sur un tournage, d’être acteur/-trice ou perchiste? Vous avez l’âme d’un-e organisateur/-trice d’événements et vous souhaitez voir plus d’activités en lien avec le cinéma sur le campus ?
L’association des étudiant-e-s en Cinéma, Film(ON)s, ouverte à tou-te-s les étudiant-e-s des différentes Facultés, vous donne l’occasion de vous lancer et de découvrir un aspect pratique du cinéma tout en rencontrant de nouvelles personnes qui partagent la même passion. L’association a été créée en 2008 au sein de la section universitaire. Elle s’est rapidement dirigée vers la réalisation de films ainsi que vers l’événementiel. Vous aurez ainsi la possibilité de concrétiser vos projets personnels, de réaliser des courts métrages dans le cadre de concours et festivals (48 Hour Film Project, Haut&Court, Fécule, etc.).
Plusieurs événements sont organisés tout au long de l’année, que cela soit en collaboration avec la section de cinéma ou avec d’autres associations de l’UNIL (Ciné-clubs UNIL-EPFL, L’auditoire, etc.).

Histoire et science des religions
Site de section: http://www.unil.ch/dihsr/home.html

La section
Bienvenu-e à toi, nouvel-le étudiant-e, dans la seule section multifacultaire des Lettres ! Tu auras la possibilité de découvrir des religions des quatre coins du monde, ainsi que les différentes méthodes et approches utiles à l’appréhension de ces phénomènes. Cette section propose des cours en partenariat avec d’autres Facultés : il en résulte donc un choix particulièrement élevé de cours. Ceci peut compliquer la confection de l’horaire, bien qu’il l’enrichisse également.
Si tu souhaites rencontrer d’autres étudiant-e-s partageant des centres d’intérêts similaires aux tiens, rendez-vous au cœur de section, au cinquième étage de l’Anthropole. L’endroit est toujours animé par les sympathiques membres de l’AESR, qui n’hésiteront pas à t’offrir une tasse de café ou un canapé, pour un repos bien mérité. Le comité est chargé de représenter les étudiant-e-s de la section, mais également de l’égayer. Ils organisent donc des sorties culturelles et des soirées pour Noël ou des grillades à Vidy, à la fin des examens.
Personnellement, j’ai choisi cette discipline, car elle me permettait de mélanger mon intérêt pour l’histoire, les sciences sociales et les diverses cultures. J’ai pris islam comme première religion étudiée, car je désirais avoir des connaissances plus scientifiques sur ce sujet, et ainsi pouvoir avoir une opinion plus informée sur les débats actuels. Je n’ai pas été déçue par les séminaires proposés : connaissances religieuses de base, analyse « du printemps arabe », découverte des mouvements féministes islamiques et du fonctionnement des groupes « terroristes », analyse de trajectoires migratoires marocaines et tunisiennes.
Ma deuxième religion étudiée est la pluralité religieuse et spirituelle dans les sociétés contemporaines. Cette dernière m’a permis de découvrir les nouvelles formes prises par le religieux dans notre société post-industrielle, suite au déclin de l’emprise du christianisme. J’ai apprécié l’actualité ainsi que la diversité des cours proposés dans cette section et ai décidé de la poursuivre en Master.

Alizée Brun, MA en Histoire et Histoire et Sciences des religions

Italien
Site de section: http://www.unil.ch/ital/home.html

La section
La section d’Italien est divisée en deux parties : italophones et non-italophones. Certains enseignements sont faits uniquement pour un certain groupe, alors que d’autres regroupent tou-te-s les étudiant-e-s. Pour les non-italophones, il est largement préférable d’avoir suivi des cours d’italien en Option Spécifique au gymnase, plutôt qu’en deuxième langue (alternative à l’allemand).
Le passage de la première à la deuxième année peut être relativement difficile ; il faut être conscient qu’il y a un assez grand écart dans les niveaux requis entre ces deux années. La deuxième année demande beaucoup de travail personnel et d’autonomie, pour certains séminaires en particulier Malgré la difficulté, les enseignements restent intéressants. Les validations sont soit continues, soit des examens écrits. Viennent s’ajouter aux enseignements d’histoire, d’écriture et de littérature de la philologie et de la linguistique.
En tant que non-italophone, j’ai suivi les enseignements suivants en première année : le cours d’écriture, qui consiste à rendre de façon régulière des textes écrits en classe ou à la maison (les niveaux d’orthographe et de grammaire requis sont assez hauts, mais il s’agit simplement d’avoir un panorama des différents styles de textes (argumentatif, narratif, descriptif, scientifique, etc.) et de s’y essayer, et non pas d’écrire une dissertation) ; les cours de texte poétique et de texte narratif, qui sont des cours théoriques, et pour lesquels il s’agit principalement d’apprendre par cœur les concepts introduits et qui se solde par une validation orale ; et le cours d’histoire, qui se termine également par une validation orale, cette fois à chaque fin de semestre. Les validations orales se déroulent en général dans un climat très convivial, les enseignant-e-s faisant tout pour mettre l’étudiant-e à l’aise, et il y a normalement trente minutes de préparation, ce qui a, à mon goût, toujours été amplement suffisant.

Clara Doucet-Thibault, BA en Allemand, Anglais et Italien

Langues et civilisations slaves et d’Asie du Sud
Site de l’unité de Langues et civilisations slaves: http://www.unil.ch/slas/home/menuinst/langues-slaves.html
Site de l’unité de Langues et civilisations d’Asie du Sud: http://www.unil.ch/slas/home/menuinst/asie-du-sudsouth-asia.html

Langues et civilisations d'Asie du Sud
Si tu es passionné-e par l’Asie du Sud (Inde, Pakistan, Sri Lanka) ou par les langues, cette section est faite pour toi. Tu auras la chance de pouvoir étudier la culture, les religions (bouddhisme, hindouisme et islam) ainsi que les langues (hindi, ourdou, sanskrit). Cette formation te permettra d’avoir une véritable vue d’ensemble sur ces pays. En bonus, tous les deux ans les étudiant-e-s ont la chance de participer à des voyages d’études où nous parcourons différentes régions de l’Inde pendant deux semaines avec trois de nos enseignant-e-s. En plus, si tu crains les auditoires bondés, tu n’auras pas ce problème avec nous. Nous ne sommes pas beaucoup, ce qui nous permet de tou-te-s nous connaître personnellement et d’avoir une relation privilégiée avec nos enseignant-e-s. On peut dire que c’est une sorte de grande famille, où l’entraide et la bonne humeur règnent. Nous organisons d’ailleurs chaque année un festival de films et faisons parfois des sorties. Concernant les validations, en première année elles portent principalement sur la langue choisie – soit hindi, soit sanskrit – et sur quelques enseignements plus généraux. Honnêtement, si le travail est régulier, il n’y aura aucun problème ; il faut juste être conscient que l’apprentissage d’une langue demande du temps. Dans la deuxième partie du Bachelor, il faut choisir une deuxième langue (ourdou, hindi ou langues moyennes indiennes). La difficulté est peut-être à ce moment-là de jongler avec deux langues, mais c’est tout à fait faisable. Parallèlement, on peut suivre plusieurs enseignements qui abordent des thématiques vraiment intéressantes, touchant aussi bien à la littérature, aux différentes religions qu’à l’histoire. Les validations sont généralement mixtes, donc soit un séminaire à présenter, une traduction à rendre ou encore tout simplement participer de manière active aux enseignements.

Priscilla Saillen, MA en Langues et civilisations d’Asie du Sud

Langues et civilisations slaves
Salut à vous, camarades que la Russie, sa langue musicale et sa culture inspirent et passionnent ! Etudier le Russe à l’UNIL, c’est s’aventurer dans des contrées vastes, colorées, au cœur d’une section profondément vivante. Les enseignant-e-s, êtres exceptionnels venus d’un monde lointain, nous appelant par notre prénom, nous initient à leur langue sans aucun prérequis, de l’alphabet cyrillique à Eugène Onéguine : grammaire, linguistique, littérature, puis Histoire et civilisation dès la deuxième année, voilà les branches qui sans doute vous feront croire à la légendaire âme russe : elles sont abordées de façon hautement originale et efficace. L’atmosphère de travail est chaleureuse et stimulante, la proximité entre les étudiant-e-s sans beaucoup d’équivalents à l’UNIL. Rejoignez-nous donc, et prenez part aux fêtes de section, que la vodka et les chansons animent lyriquement.

Hadrien Praz, BA en Allemand et Russe

Philosophie
Site de la section: http://www.unil.ch/philo/home.html
Contacter l’association de section: Site webFacebookMail

La section
Étudier la philosophie, c’est avant tout manifester de la curiosité et de l’étonnement face aux problèmes que la pensée se pose à elle-même. Pourquoi n’y a-t-il pas de « rond carré » ? Comment est-ce possible que 2+2=4 ? Quelle différence y a-t-il entre « être » et « devenir » ? Que signifie « faire de la physique », « faire du droit » ou même « faire de l’art » ? Qu’appelle-t-on une « connaissance » ? Qu’est-ce qu’une « couleur » ? Peut-on penser sans « langage » ? Qu’appelle-t-on « système politique » ? Pourquoi fait-on la guerre ? Ces questions ne sont pas neuves, d’autres avant nous ont travaillé à les poser et ont tenté d’y répondre. Si étudier la philosophie c’est aussi s’intéresser à ce que nos devanciers/-ères ont fait, la pratique et l’engagement philosophiques demandent que toutes ces questions soient reposées et travaillées aujourd’hui : non pas pour clore les débats – au sein de l’académie comme sur l’agora –, ni non plus, nécessairement, pour « progresser » (ce qui présupposerait déjà pas mal de choses), mais au contraire pour assurer la subsistance d’alternatives concrètes à l’opinion et au sens commun. La pensée se présente ainsi comme une activité tant individuelle que sociale davantage que comme une idéologie ou un dogme : la philosophie est une expédition, pas un pèlerinage. Les quatre chaires de la section de philosophie de l’Unil – antique et médiévale, moderne et contemporaine, générale et systématique, épistémologie et philo des sciences – recouvrent une grande partie des territoires philosophiques dont tu pourras dessiner les cartes. Pour t’y orienter, tu t’équiperas aussi de boussoles : historique, généalogique, systématique et épistémologique notamment. Tu verras qu’en t’équipant tu seras déjà parti à l’aventure.
Bon voyage !

Jamil Aliouli, MA en Informatique et Méthodes mathématiques et Philosophie

L'association de section (Orphi)
Il n’est pas toujours facile d’exprimer son avis, ses opinions ou simplement de partager quelques pensées philosophiques dans le cadre académique. Notre auteur-e favori-te n’est pas forcément abordé-e durant le cursus, notre livre préféré est inconnu au bataillon, ou les pauses ne suffisent simplement pas à échanger correctement avec les autres. C’est pourquoi l’OrPhi voit le jour en 2014 en offrant un cadre décontracté et structuré aux étudiant-e-s souhaitant partager ou approfondir leurs connaissances en philosophie. Nos événements s’adressent évidemment aux étudiant-e-s en philosophie ainsi qu’aux curieux des autres sections :

Le Cyclorphique
Le Cyclorphique est un cycle de conférences et présentations sur différents sujets autour de la philosophie, présentés par une variété d’orateurs/-trices. L’interdisciplinarité y est encouragée. Le concept du Cyclorphique est d’offrir un cadre où ceux qui le désirent, qu’ils soient étudiant-e-s, enseignant-e-s, doctorant-e-s, ou externes à l’université, peuvent venir partager leurs connaissances et leur intérêt pour une thématique propre à la philosophie.

Les Etudiants en Philo lisent
ce séminaire autonome s’adresse à tou-te-s les étudiant-e-s désireux de partager leurs connaissances philosophiques ou d’en acquérir de nouvelles, de manière parallèle et indépendante des enseignements de la section.

Le Café Philo
Venez prendre la parole! Un débat est organisé autour d’une question choisie le soir même parmi vos propositions. Le Café Philo se veut ludique, ouvert à tou-te-s et une occasion pour pratiquer le débat. Et si le temps imparti ne devait suffire, les joutes continueront autour d’un verre.

Le Festif
Apéro, barbecue, week-end à la montagne, les activités de l’OrPhi peuvent également être parfaitement festives, même si on essaie toujours d’y mettre une touche de philosophie. Différentes rencontres ont lieu tout au long de l’année, pour marquer le début et la fin des semestres, pour faire vivre la section et permettre à tou-te-s de se rencontrer dans un cadre détendu.

Sciences du langage et de l’information
Site de la section: http://www.unil.ch/sli/home/menuinst/enseignement/linguistique.html

Informatique pour les sciences humaines
L’Informatique pour les sciences humaines en première année de Bachelor se compose de trois modules : la programmation Internet, la conception logicielle et la base de données (connaissances informatiques pour le semestre de printemps). J’ai choisi cette branche par intérêt professionnel car elle pouvait m’apporter des connaissances non négligeables pour mon avenir. Mais le module dans lequel je me retrouve vraiment est celui de la conception logicielle où une grande part de créativité nous ait demandé dans les travaux ainsi qu’un certain sens de la rédaction, deux domaines qui me correspondent complètement. Je surprends relativement autrui lorsque je parle d’informatique dans un domaine, disons, aussi contrasté que celui des Lettres, cependant, je vous garantis que sa place y’est tout à fait justifiée malgré son petit côté mathématique. J’ai néanmoins réalisé qu’à long terme, cette branche ne correspondrait plus à ce que je recherche et qu’à l’instar des modules de base de données et de conception logicielle, celui de la programmation n’est vraiment définitivement pas ami avec ma personnalité. Cependant, si tout ce qui touche aux ordinateurs avec leur fonctionnement et leur contenu aussi riches que stupéfiants titille votre curiosité ou allume constamment la flamme de vos passions, je vous conseille cette section car la propédeutique est très intéressante et apporte des capacités qui peuvent être utiles dans bien d’autres domaines. Et puis les enseignant-e-s sont encourageant-e-s, sympathiques et à l’écoute de leurs étudiant-e-s, n’ayez jamais peur de leur demander conseil ou un peu d’aide, ils/elles sauront toujours vous prêter main-forte, expérience faite !
Audrey Beeler, BA en ISH
Linguistique
La linguistique générale, c’est l’observation et l’analyse des langues humaines du monde entier dans leur histoire, leur structure et leur utilisation. Non, le/la linguiste n’a pas besoin de parler toutes les langues qu’il/elle étudie, loin de là ! Vous n’allez donc pas apprendre de langue dans ces études. Il vous suffit de comprendre la base des grammaires ; c’est pourquoi le complément de formation en Latin est obligatoire pour étudier la Linguistique. Le Plan d’étude comprend des enseignements dans les approches suivantes : histoire des langues indo-européennes (linguistique diachronique) ; étude abstraite des sons, des mots, des phrases et des grammaires (phonétique, phonologie, morphologie, syntaxe) ; étude concrète de l’utilisation du langage en situation (pragmatique) ; concurrence de langues dans une même région/groupe social (sociolinguistique) ; ils sont répartis entre la première et la seconde partie du Bachelor. Il s’agit d’une petite section, vous n’aurez donc pas énormément de cours ; en moyenne, vous vous en sortirez à 10h par semaine. Il y a deux petits examens à la fin de la première année, et deux plus gros que vous pouvez placer librement durant la deuxième et troisième année, pour lesquels vous pouvez choisir l’enseignant-e et donc le sujet.
Vous voulez savoir pourquoi le latin pater et l’allemand Vater se ressemblent ? Vous trouvez curieux que les non-francophones aient tant de mal à reproduire les sons on, in et an du français ? Vous trouvez incroyable que la phrase «Êtes-vous de ceux que nous n’avons pas pu rendre turcs ?» puisse se traduire en un seul mot en turc ? Vous vous demandez comment une conversation de groupe s’organise ? Vous aimez réfléchir à toutes les implications du langage sur l’esprit humain ? En un mot : vous aimez les langues au sens général du terme ? Alors le Plan d’étude de Linguistique est fait pour vous ! Vous ouvrirez les yeux sur des choses incroyables qui se passent à l’intérieur de vous-mêmes, et découvrirez l’immense variété de fonctionnement des langues du monde : une ouverture d’esprit qui vous sera utile toute votre vie. Et puis, vous pourrez vous la péter avec des mots comme « tautosyllabique » et « point de complétude potentiel», commodément abrégé PCP.

P.S. : Türkleştiremediklerimizden misiniz ? (Okay, il y a un espace, mais c’est uniquement graphique.)

Pascal Guignard, BA en Anglais et Linguistique