Disparition de Dominique Kalifa (1957-2020), spécialiste des imaginaires sociaux

Dominique Kalifa ©️ Emmanuelle Marchadour, 2013 [Diacritik]
Suite à la disparition de l’historien Dominique Kalifa le 12 septembre 2020, les hommages se succèdent sur les réseaux sociaux et dans les médias : de Libération au journal Le Monde, en passant par le magazine en ligne Diacritik et France Culture. Proche collègue de Dominique Kalifa, l’historien Sylvain Venayre lui rend un bel hommage dans la revue L’Histoire. Thomas Dodman a fait de même sur le site French Culture de l’ambassade de France aux Etats-Unis.

Professeur à l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, où il avait succédé à Alain Corbin, Dominique Kalifa était notamment historien de la criminalité et de ses représentations à la Belle Epoque. Le dernier ouvrage collectif dirigé par Dominique Kalifa, Les noms d’époque, est paru en janvier 2020.

Update du 18 septembre : à voir aussi, le bel hommage de Quentin Deluermoz, Historien des ordres et désordres au XIXe siècle en France et en Europe et Hervé Mazurel, Historien du corps, des sensibilités et des imaginaires, paru dans l’article: Dominique Kalifa, la fascination de l’envers (Libération, 17 septembre 2020).

 

Appel à projets de médiation historique en ligne

Le portail suisse pour les sciences historiques Infoclio.ch lance un appel à projets pour son colloque qui se tiendra le 13 novembre 2020 sur le thème “Médiation culturelle et sciences historiques”. Délai: 10 octobre 2020.

Comment présenter l’histoire au grand public ? Comment participent la recherche, les institutions culturelles et les publics à cette médiation ? Les historiennes et les historiens peuvent-ils contribuer à ce que leur travail alimente le débat public de façon constructive ? Quels formats et quels contenus sont les plus adaptés ? Telles sont certaines des questions qui seront abordées lors du colloque. (more…)

Le programme du Centre SHC de l’année 2020-2021 est en ligne!

Le centre des Sciences historiques de la culture (SHC) de la Faculté des Lettres de l’Université de Lausanne a le plaisir de vous informer que son programme complet pour 2020-2021 est disponible en format PDF sur son site internet.

Après François Brunet, Pascal Ory, Nathalie Heinich, Eric Michaud, Georges Didi-Huberman, Ivan Jablonka, Marie-Eve Thérenty et André Gunthert, c’est Bertrand Tillier (historien des images, des objets médiatiques et historien de l’art français, actuellement professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), qui viendra donner un cours bloc au printemps 2021, intitulé « Les statues meurent-elles aussi ? Monuments publics, conflits de mémoires et médiatisation transnationale (XIXe-XXIe siècles) » les 3-4 mars, 24-25 mars et 14-15 avril 2021. Mercredi 14h15-17h45, jeudi 9h15-11h00.
En automne 2020, notre quatrième cours général d’histoire culturelle se déroulera le mercredi de 12h30 à 14h00; les dates seront communiquées ultérieurement.

Le groupe de travail BIBLHIS lance une enquête sur les bibliothèques d’historiennes et d’historiens

Le groupe de travail BIBLHIS, animé par Jonathan Barbier (LAssP/BnF), Jean-Charles Geslot (CHCSC/UVSQ) et Agnès Sandras (BnF) lance une enquête sur les bibliothèques d’historiennes et d’historiens. Tout chercheur ou toute chercheuse en histoire, quel que soit son statut (doctorant.e, enseignant.e-chercheur.se, professionnel des bibliothèques ou du patrimoine, etc.), est invité à y participer.
La présentation de cette enquête et le lien vers le questionnaire figurent sur le carnet de recherche BIBLHIS : https://biblhis.hypotheses.org/489

Concours | Prix TECHNÈS des jeunes créateurs

En collaboration avec les universités et les écoles de cinéma partenaires de TECHNÈS, cette initiative vise à encourager et à valoriser le travail de création des étudiants et jeunes diplômés.

Dossier du concours Technès [PDF]

Afin de valoriser le travail de création sous toutes ses formes, le « Prix TECHNÈS des jeunes créateurs » est destiné à récompenser tout type d’œuvre (film, webfilm, installation, forme immersive/ interactive, promenade audiovisuelle) qui aborde de façon audacieuse le rôle de la technique et les usages des technologies dans la création du sentiment d’absorption propre au contexte immersif. Il peut s’agir d’oeuvres dont le sujet aborde explicitement la question de l’immersion (absorption diégétique, écologie cognitive et affective, etc.) ou d’oeuvres dont la réalisation passe par l’utilisation d’une technologie immersive, qu’elle soit nouvelle ou non.

A noter que ce concours est ouvert tant aux étudiant·e·s qu’aux diplômés ayant terminé leur cycle d’études il y a moins de deux ans.

La date limite pour l’envoi des œuvres a été fixée au 25 septembre 2020. L’œuvre gagnante sera choisie en janvier 2021 par un jury international composé de membres des établissements partenaires de TECHNÈS.

Le prix remis au(x) créateur(s) de l’œuvre gagnante est de 1500 $ CA (1000 €).

Grâce au soutien des trois cinémathèques (française, suisse et québécoise), l’oeuvre gagnante se verra également offrir une diffusion publique.

Pour tous renseignements complémentaires : info@technes.org

“The Historians”, les séries décryptées par des historiens

The Historians – Saison 2 par Thalia Brero et Sébastien Farré (éd.), Georg, 2018

Les séries télévisées, phénomène culturel et social incontournable des quinze dernières années, accordent à l’Histoire une place de premier plan. Mettant en scène des guerriers vikings du IXsiècle aussi bien que des narcotrafiquants des années 1980, les intrigues situées dans un passé proche ou lointain représentent l’une des catégories les plus prisées du public.

Entre reconstitutions minutieuses et anachronismes assumés, ces relectures contemporaines offrent une vision sans cesse renouvelée du passé. Mais celle-ci fait-elle écho aux avancées de la recherche historique ? Que nous apprend-elle des rapports que notre société entretient avec les siècles précédents ?

Pour expliquer le succès de ces séries et la manière dont elles recomposent notre imaginaire, la Maison de l’histoire a lancé le cours public The Historians qui donne la parole, depuis 2016, à des historien.ne.s de l’Université de Genève. Les deux premières saisons ont fait l’objet deux ouvrages collectifs. Pour visionner les trois saison produites par RTS-Découverte en partenariat avec la Souris-Verte, c’est par ici.

Podcast « TV-rétro: un coup d’œil sur l’histoire du télévisuel en Suisse »

En novembre 2019,  Marie Sandoz et Roxane Gray, doctorantes  au sein du projet FNS Au-delà du service public: pour une histoire élargie de la télévision en Suisse, de 1960 à 2000 ont participé à l’atelier web-radio organisé par le programme doctoral CUSO en histoire contemporaine à l’Université de Neuchâtel. Ces journées ont abouti à la réalisation des deux premières émissions du podcast créé à l’occasion: « TV-rétro: un coup d’œil sur l’histoire du télévisuel en Suisse ».  

D’autres chroniques ont été réalisées dans le cadre de cet atelier web-radio. Elles sont à découvrir sur le site du podcast « Me racontez pas d’histoires ! », ici.

Bonne écoute!

TV-Retro, 1er épisode: Dans les coulisses de la Rose d’Or de Montreux

Si la ville de Montreux vit depuis 1967 au rythme du jazz, la renommée du Montreux Jazz Festival a pourtant éclipsé un autre festival de six ans son aîné. En 1961 est créé sous la houlette de la Ville de Montreux, de la Société suisse de radiodiffusion (SSR) et de l’Union européenne de radiodiffusion (UER) le festival de télévision la Rose d’Or.

Par Roxane Gray, novembre 2019. Pour écouter l’épisode, c’est par ici

TV-Retro, 2ème épisode: Les éditeurs de presse helvétiques face au changement technologique

La presse helvétique traverse actuellement une crise profonde qu’on associe au tournant numérique et que l’on qualifie volontiers d’inédite. Cette chronique propose de l’inscrire dans une perspective historique au travers d’archives sonores des années 1970 et 1980 enrichies d’un entretien avec l’historien de la presse suisse, Alain Clavien, de l’Université de Fribourg.

Par Marie Sandoz, novembre 2019. Pour écouter l’épisode, c’est par

ESPRit 8th International Conference and Doctoral Workshop | Athens

ESPRit ( European Society for Periodical Research) 8th International Conference and Doctoral Workshop

11-13 September 2019, Athens

Conference report: Emmanuelle Paccaud (emmanuelle.paccaud@unil.ch)

The ESPRit 8th International Conference and Doctoral Workshop took place at the Stavros Niarchos Foundation Cultural Center, incorporating the New Library of Greece, in Athens. The whole event provided a new insight into the state of research related to periodical studies. (more…)

Doctorat Honoris Causa décerné à Jean-Yves Mollier

Portrait de Jean-Yves Mollier (Uniscope no 643)

Le Professeur Jean-Yves Mollier reçoit le titre de Docteur honoris causa de l’Université de Lausanne.

Jean-Yves Mollier est né en 1947 à Roanne. Après une thèse en littérature française consacrée à Noël Parfait (1813-1896), homme politique, journaliste et écrivain, il achève une seconde thèse en histoire, à l’Université de Paris I, sous la direction de Maurice Agulhon, constituée d’un ensemble de travaux, parmi lesquels une monographie consacrée aux grands éditeurs Michel et Calmann-Lévy (1984).

C’est le début d’une série de travaux majeurs consacrés à l’histoire du livre et de l’édition, dont il est devenu un spécialiste internationalement reconnu. Jean-Yves Mollier a consacré plusieurs ouvrages aux plus grandes maisons du champ éditorial français. Il y souligne les liens étroits du secteur du livre et de la presse avec les sphères financières mais aussi avec le monde politique. Son approche aborde toute la chaîne du livre ainsi que les pratiques de lecture, notamment en milieu populaire. Ses recherches visent aussi à replacer l’évolution de cette culture de l’imprimé dans un contexte plus large marqué par l’élargissement des publics et les influences d’autres formes médiatiques. (more…)

Compte rendu | Ceux qui « font » le journal : journalistes secrétaires de rédaction et ouvriers typographes à l’interface de la matérialité de l’information en presse régionale

Compte rendu de l’intervention de Joël Langonné (IMT Atlantique/Univ. Rennes I) dans le cadre du séminaire « Histoire culturelle des producteurs d’images » au Centre d’histoire et de théorie des arts (CEHTA), École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris.

Par Emmanuelle Paccaud (Université de Lausanne) et Nathalie Sebayashi (EHESS)

[PDF du compte rendu]

Lors de cette séance, Joël Langonné (ingénieur de recherche, IMT Atlantique, Rennes I) a présenté sa thèse, soutenue en 2016. Ayant pour objet la presse régionale, et plus précisément le quotidien breton Le Télégramme et l’univers professionnel de ses collaborateurs, cette thèse se propose aussi d’étudier le journalisme régional au prisme du monde social.

Avant-propos : le journal régional, une affaire collective

Joël Langonné souligne d’emblée le fil conducteur de son travail, qui repose sur la dimension collective du journal, notamment entre typographes et journalistes secrétaires de rédaction (SR). C’est en ce sens qu’il décrypte les pratiques ordinaires du journalisme, bien qu’il soit question ici d’une médiation qui va bien au-delà du domaine du journalisme. Ainsi, la « pré-presse », phase d’entre-deux entre la rédaction et l’impression qui correspond à la fabrication du journal, répond à des règles de composition entre les typographes, qui « dessinent » le journal en mettant en forme l’information, et les secrétaires de rédaction. Tandis qu’un agencement entre professionnels et machines permet d’élaborer des processus éditoriaux, la multitude d’acteurs qui font quelque chose au journal font aussi quelque chose à sa publication : dans sa matérialité, le journal traduit ainsi les volontés des collaborateurs qui le façonnent. (more…)

« Cultures médiatiques et régimes informationnels » | Compte-rendu du cours-bloc de Marie-Eve Thérenty (Centre SHC, UNIL, automne 2018)

Par Emmanuelle Paccaud , Université de Lausanne (emmanuelle.paccaud@unil.ch)

Comment le support de la presse a-t-il évolué vers un métissage entre actualités et fictions, du 19ème siècle à nos jours ? L’histoire de cette hybridation était au cœur de l’enseignement passionnant de Marie-Eve Thérenty, Professeure de littérature française à l’Université de Montpellier III, invitée par le centre SHC à l’automne 2018. Spécialiste des relations entre presse et littérature, de poétique des supports et d’imaginaire des sociétés médiatiques, Marie-Eve Thérenty a proposé d’observer les formes hybrides de l’écriture journalistique, expérimentées sur des supports variés allant de la chronique journalistique aux plateformes numériques. Alternant histoire littéraire et histoire « transmédiatique », les trois cours-blocs se sont déployés autour de plusieurs études de cas : l’introduction de la « case-feuilleton » et le succès phénoménal du roman populaire Les Mystères de Paris par le canal de la presse à l’aube des années 1840 ; la surmédiatisation de « l’affaire du bébé Lindbergh » aux Etats-Unis et l’émergence d’une presse française consacrée aux faits divers dans les années 1930 ; enfin l’évolution du « brouillage » entre réalité et fiction autour de « l’affaire Grégory » en France à partir des années 1980. (more…)