Post coronavirus lux, une digression philosophique

Mélies, Le voyage dans la lune

Par Davide Monopoli,

DE LA PHILOSOPHIE AVANT TOUTE CHOSE…

La philosophie est, dans son essence, orale : une pratique dialogique surgie de la parole vivante. Cela a pour objet l’éveil de cette étincelle qui est destinée à alimenter un feu plus grand. En Grèce ancienne, les amis de la sagesse s’entretenaient dans l’agorà : la place publique, le lieu de la rencontre et de l’échange qui fut en même temps le noyau social et politique des cités grecques. C’est pourquoi la philosophie est pensée, éthique et politique : parole au centre du discours, parole inventive qui éveille, parole qui fait lien. Bien que atypique et lointaine dans le temps, cette dimension singulière suggère des perspectives encore actualisables et partageables. — Et si la philosophie était justement ce qui rend la vie plus intéressante que la philosophie ?

LE SAVOIR AUX TEMPS DU CAPITAL

Dans la société moderne cette possibilité a été progressivement désamorcée : le pupitre et la chaire, le discours religieux et celui scientifique ont, quant à eux, polarisé le champ du savoir (jusqu’au triomphe du de la science, devenue enfin la véritable religion de notre temps) ; l’appareil scolaire a discipliné la population ; l’industrialisation a radicalement réorganisé la vie humaine, convertissant le travail artisanal en esclavage salarié, concentrant la force-travail dans des camps d’usurpation toujours plus vastes. Le processus de modernisation, à matrice scientiste et capitaliste, centré sur l’exploitation outrancière des ressources naturelles et humaines, a multiplié les modes d’assujettissement et perfectionné les dispositifs de contrôle : mécanisant la vie, colonisant la terre, empoisonnant la biosphère, subjuguant les peuples, fragilisant les minorités, réduisant les différences, isolant l’individu, fixant au fur et à mesure des normes de plus en plus opprimantes.

DE QUOI DEMAIN SERA-T-IL FAIT ?

Cela fait longtemps que le monde marche sur sa tête. Que la parole puisse circuler librement, que les communautés humaines les plus diverses puissent créer du socius, partager des projets, parler et décider ensemble quant à leurs droits et lois, c’est aujourd’hui encore quelque chose qui demande des formes inédites de cohabitation et la fin de toute collaboration. La société technologique et consumériste dans laquelle on est plongé et programmé, saisie à l’improviste de malheur — à bout de souffle — surprend la civilisation globalisée entière en suspendant les droits civils fondamentaux. Alors qu’un virus désigné fonctionne en catalyseur et que la pandémie médiatique assigne la demi planète à domicile — détruisant le tissu micro-économique-social local au profit de la logique globale — telle suspension offre, en effet, une chance qu’il faudra bien saisir : sorte de symptôme qui aiguise les symptômes, cela pourrait aider à évaluer attentivement les prochains pas ; cela pourrait surtout aider à choisir la place que l’on désire vraiment occuper dans un système radicalement en crise. Bref, cela pourrait nous aider à opter pour une autre fin du monde : la fin du monde prédatoire et aliénant, autodestructeur, que l’on a connu et alimenté jusqu’à maintenant. Si d’une part les gouvernements montrent plus que jamais leur inconsistance, hésitant entre la santé (publique et planétaire) et la croissance économique, entre la libre circulation des personnes et celle des marchandises, de l’autre le capitalisme financier ne perd pas l’occasion pour marchandiser la vie, pour multiplier les paris scélérats, pour élargir le domaine de la guerre aux humains — et serrer son étau. Afin de contraster la « philocratie » dominante, il faudra de multiples contributions, individuelles et collectives, poétiques et concrètes, hétérogènes au possible : par là, un changement profond pourra advenir, le seul qui va permettre l’invention imprévisible de nouvelles possibilités d’existence.

LE « MONDE D’APRÈS » QU’ILS DISENT…

La télévision anesthésie, l’ordinateur formate, l’information désinforme, la connexion débranche, les réseaux sociaux désagrègent le lien social. Entre ce qui agit le pouvoir et ce que l’on peut savoir, se diffuse sans trêve le rideau de fumée médiatique. On est constamment distrait et étourdi par la quantité inassimilable de news, et il est presque impossible d’interrompre ou juste de ralentir ce flux incessant, censé distraire le commun mortel de sa propre possible vie intérieure (qui ne peut mûrir autrement que par le biais du rapport dialogique avec l’autre). Dans un contexte où tout discours produit prétend donner des réponses — autrement dit a pour but d’imposer des règles de conduite — il vaut, peut-être, la peine de s’interroger sur la possibilité même de poser des questions. En effet, si on désire formuler une question — à l’école, au travail ou dans tout autre situation où les dispositifs de contrôle dirigent et gèrent les actions humaines — voilà qu’une telle demande nous expose au risque de l’équivoque : on effleure facilement le geste jugé subversif. Rare est l’occasion, pour le sujet de la modernité, de pouvoir demander et d’être écouté, en d’autres mots : de pouvoir interloquer. Rare est la rencontre qui forme et transforme. Et même la philosophie, entendue comme pratique vivante et revitalisante, comme exemple vivant, est une chose bien rare.

LA PHILOSOPHIE, MÉDECINE DE LA CIVILISATION ?

Contrairement à la philosophie ancienne, celle moderne est soumise au discours universitaire et à la production libraire qui dépend de celui-ci : il existe des professeurs de philosophie et des livres de philosophie. Des professeurs qui commentent les livres des philosophes et qui en écrivent à leur tour ; des livres qui traitent des philosophes, des livres qui traitent des livres des philosophes, des livres qui traitent des livres écrits à propos des livres… et ainsi de suite. Il ne faut pas s’étonner si la philosophie est souvent réduite à lettre morte.

Il y a d’ailleurs une autre façon de l’entendre et de la vivre. En dehors des livres, il est possible de partager la pratique, à la manière des Grecs : par le biais de la rencontre, de l’écoute et du dialogue vibrant. C’est ainsi que, aujourd’hui encore, la philosophie est à même d’offrir, à ceux qui désireraient se rapprocher de l’originalité d’un tel exercice spirituel, des perspectives existentielles fort inattendues. Cette digression propose une approche hétérodoxe au discours dit philosophique : il s’agit d’une invitation à la découverte des effets bénéfiques de la parole conviviale — et, en même temps, d’une invitation à l’éveil de la pensée. Il est là, avec toute probabilité, l’antidote le plus efficace contre la destruction programmée de la Terre et l’anéantissement de l’humanité.

POST SCRIPTUM : ASTRES ET DÉSASTRES

Peut-être, pendant cette période de confinement, certains auront remarqué à quel point le ciel, libéré des avions, est redevenu propre. Entre-temps pourtant, à notre insu, il a commencé à se remplir de satellites : en effet, plusieurs dizaines de milliers sont à l’agenda. Il s’agit d’un parmi les derniers futurs infernaux possibles : l’avenir d’une illusion. Or le futur que l’on cherche de nous vendre n’est que l’illusion d’un avenir : un futur sans avenir, voire un futur qui, probablement, appartient déjà au passé. Post coronavirus lux. Êtes-vous disposés à changer votre manière d’être dans le monde dans le peu de temps qui nous reste ? — Courage : encore quelques pas en arrière… et l’on parviendra, enfin, « a riveder le stelle ».

Davide Monopoli est l’auteur du livre : De l’hétérosophie. Pour une éthique de la joie dans un temps apocalyptique et cannibale (La p’tite Hélène, 2019)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.