Qu’est-ce qu’un sol ?

Un sol, c’est bien plus que la terre qui salit les chaussures après la pluie ! Le sol est un objet naturel complexe façonné par les forces géologiques, atmosphériques et biologiques. Au cours des millénaires nécessaires à la formation d’un sol, la roche mère est désagrégée en particules minérales fines, qui constituent le matériel parental à partir duquel va se former le sol. Ce matériel parental est progressivement transformé sous l’action des facteurs climatiques, topographiques et biologiques.

La formation du sol, à proprement parler, débute lorsque la végétation envahit la surface du matériel minéral et produit une couche d’humus, issue de la décomposition des parties mortes de la plante. Cette matière organique est mélangée aux particules minérales sous-jacentes sous l’action des organismes des sols, dont les vers de terre sont un exemple particulièrement efficace. Ce faisant, naît l’horizon organo-minéral ; la couche de surface du sol de couleur marron foncé ou même noire. Il s’agit de la couche la plus fertile mais également la plus fragile du sol. Sa dégradation, suite, par exemple, à une érosion accélérée due à l’action du vent ou de l’eau sur sol nu, conduit à une diminution de la qualité du sol qui est très longue et difficile à corriger.

La pluie entraîne des petites particules d’argile, des éléments minéraux comme le fer et des matières organiques dissoutes et les dépose dans la partie plus profonde du sol. Ces processus forment l’horizon dit minéral, souvent de couleur brune voire rougeâtre. Il se trouve sous l’horizon organo-minéral et constitue une réserve d’eau et d’éléments minéraux pour la croissance des plantes. Un sol, c’est donc un assemblage d’horizons aux fonctions complémentaires résultant de la rencontre intime entre le monde minéral et le monde vivant.

Le sol est également une ressource précieuse : on estime sa vitesse de formation à seulement 0.1 millimètres par an. À cette vitesse, il faut un millénaire pour former une couche de sol de seulement 10 cm !