Bruno CORTHÉSY & Bruno SANTOS, « Le Corbusier à Lausanne. L’architecte Jacques Dumas, le cas d’un émule corbuséen. Le Centre universitaire catholique, la chapelle du Servan et l’école du Riolet à Lausanne »

Hormis ses œuvres de jeunesse, conc?ues dans sa ville natale, La Chaux-de-Fonds, et, en partie, de?savoue?es, Le Corbusier n’a pas re?ussi a? s’implanter dans son pays d’origine par la captation de commandes de grande envergure. Entre la fin de la Premie?re Guerre mondiale et sa mort en 1965, il ne laissera que trois ba?timents, d’ampleur variable, sur le sol helve?tique, la villa Le Lac (Corseaux, 1923), l’immeuble Clarte? (Gene?ve 1933) et le Muse?e Heidi Weber (Zurich, 1964-1967). Le refus de son projet pour le Palais de la Socie?te? des Nations a? Gene?ve en 1927 marquant, a? ce titre, l’occasion rate?e de s’imposer aux niveaux suisse et international. En revanche, apre?s la Seconde Guerre mondiale, le chaux-de-fonnier n’a pas manque? d’e?mules et sa de?marche de?termine une grande partie la production en Suisse romande. Parmi les architectes tributaires de la lec?on du mai?tre, Jacques Dumas (1930-2015) constitue un exemple particulie?rement remarquable par la reprise et la re?interpre?tation qu’il propose dans le canton de Vaud de la figure emble?matique du Style international.