L’éducation et la figure de l’enfant chez Wittgenstein et Cavell

Nous avons appris à parler avec les mots des autres.

Ce numéro de la revue A contrario est né d’une conversation à propos de la figure de l’enfant chez le philosophe autrichien Ludwig Wittgenstein et chez le philosophe américain Stanley Cavell.

Comment ces deux philosophes nous permettent-ils de saisir le processus à l’œuvre dans la transmission du langage ?

En faisant dialoguer ces deux voix, les contributeurs de ce numéro nous invitent à mieux voir ce que le langage fait de nous en passant d’une génération à l’autre et, dans la perspective partagée d’une meilleure attention à notre langage de tous les jours, à mieux percevoir ce que le langage nous fait quand nous nous éduquons.

Dirigé par Yves Erard et Joséphine Stebler, tous deux de l’École de français langue étrangère, Pierre Fasula et Marco Motta, cet ouvrage est issu d’un colloque international organisé en mars 2016 par le Cours de Vacances de l’UNIL, en partenariat avec Paris I Panthéon-Sorbonne.

Yves Erard, Pierre Fasula, Marco Motta, Joséphine Stebler (dir.), L’éducation et la figure de l’enfant chez Wittgenstein et Cavell, A Contrario, n°25, Lausanne, BSN Press, 2017.

TOUTES LES NOTICES DE

Yves Erard

Joséphine Stebler

Partagez cet article sur les réseaux sociaux: Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Share on LinkedIn
Linkedin