Le projet Collart-Palmyre

Lancé en 2017 par l’Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité, le projet Collart-Palmyre vise à numériser l’ensemble des archives de Paul Collart relatives au sanctuaire de Baalshamîn (plusieurs milliers de documents : photos, fiches, notes, lettres, cahiers, plans etc.). Seront également numérisées et jointes à cette documentation une centaine de diapositives en verre provenant des archives privées de Luc Boissonnas, le petit-fils du photographe Frédéric Boissonnas qui avait participé aux premières campagnes de Paul Collart à Palmyre.

La conservation pérenne de ces informations, sous un format numérique accessible à tous les chercheurs intéressés, est une étape incontournable afin de préserver la mémoire du lieu et de ne pas priver les générations futures de leur passé commun. Cet héritage culturel sera la pierre d’angle de la reconstruction des identités dans ce pays aujourd’hui dévasté.

Implantation de la cella du temple sur le relevé photogrammétrique: modélisation 3D et blocs originaux après la destruction © ICONEM / DGAM
Intérieur du temple: modélisation 3D et blocs originaux après la destruction © ICONEM / DGAM
Vue de l’avant de la cella du temple: modélisation 3D et blocs originaux après la destruction © ICONEM / DGAM

Le projet a été présenté le 19 mai 2017 par Patrick Maxime Michel lors du colloque « Les archives au secours des temples détruits de Palmyre » organisé à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (AIBL) à Paris (actes du colloque). Le fonds Collart est aussi présent au sein du projet Patrimoine du Proche-Orient qui appartient à la collection Grands sites archéologiques portée par le ministère de la Culture français depuis plus de 20 ans.

Un partenariat est sur le point de se nouer avec le Future Heritage Lab, MIT-Boston (responsable du partenariat: PhD. Azra Aksamija). Le Future Heritage Lab se préoccupe de la formation des enfants et adolescents syriens réfugiés dans des camps et veille notamment à ce qu’ils ne soient pas complètement coupés de leur patrimoine culturel et de leurs racines. La vidéo de reconstitution 3D du sanctuaire de Baalshamîn sera mise à disposition du Future Heritage Lab pour être utilisée auprès de ces jeunes Syriens déplacés afin qu’ils découvrent virtuellement ce monument qu’ils ne verront plus jamais en réalité tel qu’il était avant la guerre.

Calendrier du projet

  • Septembre 2017 – février 2018
    Première phase. Numérisation des documents iconographiques et inventaire sommaire du contenu des archives.
  • Février 2018 – février 2019
    Deuxième phase. Constitution d’une base de données et numérisation des archives papier.
  • Octobre 2018 – février 2019
    Présentation des premiers résultats dans le cadre de l’exposition « Cités… à l’IMA ». Spatialisation des archives sur une plateforme en collaboration avec ICONEM. Développement d’un projet humanitaire et éducatif en collaboration Future Heritage Lab MIT Boston.
  • Dès février 2019
    Nourrissage de la base de données et valorisation de son contenu.

Membres de l’équipe

  • Anne Bielman, professeur ordinaire en histoire ancienne
  • Patrick Maxime Michel, chargé de recherches, responsable scientifique
  • Guillaume Conne, responsable de la communication
  • Cédric Cramatte, documentaliste
  • Julien Es-Borrat, assistant étudiant
  • Daniela Greger, assistante étudiante
  • Aude Lovey, assistante étudiante
  • Sarah Paudex, assistante étudiante
  • Steven Tamburini, assistant étudiant
  • Maximilien Dewarrat, civiliste
  • Janosch Schnider, civiliste