Arnaud Desplechin

Étude de l’œuvre d’Arnaud Desplechin.

En 1992, à la sortie du film La Sentinelle, premier long métrage d’Arnaud Desplechin, le réalisateur est vu par la critique comme renouvelant le paysage cinématographique français. Dès ce moment, Desplechin a tenu ce statut privilégié et positif, notamment grâce à Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) (1996), qui a suscité l’enthousiasme de la presse.

Malgré ce soutien critique indéniable, rares sont les études approfondies de son travail. Ce numéro de Décadrages propose de parcourir l’œuvre d’Arnaud Desplechin, en mettant l’accent sur des films peu commentés, en raison peut-être de leur manque de visibilité, plusieurs d’entre eux n’ayant pas connu de sortie en salle. On y traite notamment de ses premiers films ou de la pratique de l’adaptation dans Jimmy P. (2013) ; on y aborde le rapport à la théâtralité dans le téléfilm La Forêt (2014) ou les références autobiographiques dans le documentaire L’Aimée (2007).

Ce dossier, codirigé par Laure Cordonier (Section d’histoire et esthétique du cinéma), est disponible en intégralité sur OpenEdition Journals.

Laure Cordonier, Raphaël Oesterlé (dir.), Arnaud Desplechin, Décadrages. Cinéma, à travers champs, n°28, automne 2014.

TOUTES LES NOTICES DE

Laure Cordonier

Partagez cet article sur les réseaux sociaux: Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Share on LinkedIn
Linkedin