Projections

Projection, Cinémathèque suisse, 30 novembre 2018

Rose Lowder : cultiver les films

Vincent Sorrel

La pratique de Rose Lowder est intimement liée au maniement de sa Bolex, la caméra amateur devenant, dans ses mains, un « instrument de recherche visuelle ». Avec Roulement, rouerie, aubage (1978), la cinéaste suggère une relation entre la roue d’un moulin à aubes et l’intérieur de la caméra dont elle explore, au fil de son œuvre, les potentialités, jouant des phénomènes mécaniques comme naturels : vent, soleil, cristallisation, floraison, feuillaison, jachère… La caméra est écologique parce qu’elle n’a besoin que de la main pour collecter des images au rythme de prises de vues tournées avec la manivelle ou image par image…
Voir la captation+
Découvrir le projet « Histoire des machines et archéologie des pratiques : Bolex et le cinéma amateur en Suisse »+

Projection, Cinémathèque suisse, 28 novembre 2018

Peter Miller : réenchantements du regard

Stéphane Tralongo

L’artiste américain Peter Miller se livre à une inlassable exploration du dispositif cinématographique, qu’il se plaît à déconstruire élément par élément : la caméra, le projecteur, l’écran, la lumière, la salle, le public. Il s’intéresse à l’acte performatif de création des images fixes ou animées, en s’attachant à retrouver de la magie dans la captation de la lumière. Du cyanotype au CinemaScope, son approche des images interroge sans cesse les techniques, quitte à soustraire la machine du processus de création. Cette séance comprend des expérimentations comme Broken Horses (2007), réalisé avec une caméra Bolex, et l’ambitieuse galerie de portraits de cinéastes The Lookers (2009-2016), tournée en 35 mm. Elle finit par une projection-performance du film Bolex Baby (2004).
Voir la captation+
Découvrir le projet « Histoire des machines et archéologie des pratiques : Bolex et le cinéma amateur en Suisse »+