3 février, troisième Assemblée participative

La troisième Assemblée participative aura lieu le 3 février à partir de 19h30 au Théâtre de Vidy. Le cycle de rencontres est ouvert à 250 personnes qui participent aux 4 rencontres (28.10.19, 2.12.19, 3.02.20 et 27.04.20). Cet événement affiche complet. Il est cependant parfois possible d’intégrer le cycle en cours de route. N’hésitez pas à contacter directement le Théâtre de Vidy pour tout renseignement sur les inscriptions.
Que vous puissiez participer ou non à la rencontre, vous pourrez de toute façon retrouver les vidéos des interventions sur le blog quelques jours après l’Assemblée.

La technique

Problématique de la troisième Assemblée

par Gabriel Salerno

Intervenants invités par Dominique Bourg
Mathieu Arnoux

Mathieu Arnoux est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Paris-Diderot et directeur d’études à l’EHESS. Ses recherches portent sur l’histoire économique de l’Europe (France, Angleterre, Italie) du XIIe au XVIe siècle : travail, techniques, marchés, ressources. Il est actuellement directeur du Laboratoire Interdisciplinaire des Énergies de Demain (UMR LIED, CNRS-Université Paris-Diderot). Il a été lauréat du Prix de l’Académie française – Prix Augustin-Thierry 2013, pour son ouvrage Le Temps des laboureurs : Travail, ordre social et croissance en Europe (XIe-XIVe siècle).

Bibliographie succincte

Todeschini Giacomo, Les Marchands et le Temple : La société chrétienne et le cercle vertueux de la richesse du Moyen Âge à l’Epoque moderne, traduit par Ida Giordano et Mathieu Arnoux, Paris, Albin Michel, 2017.

Arnoux Mathieu, Le temps des laboureurs : Travail, ordre social et croissance en Europe (XIe-XIVe siècle), Paris, Albin Michel, 2012.

Arnoux Mathieu, « L’événement et la conjoncture. Hypothèses sur les conditions économiques de la conquête de 1204 » dans Anne-Marie Flambard Héricher et Véronique Gazeau (eds.), 1204, La Normandie entre Plantagenêts et Capétiens, Caen, CRAHM, 2007, p. 227‑238.

Arnoux Mathieu et Theiller Isabelle, « Les marchés comme lieux et enjeux de pouvoir en Normandie (XIe-XVe siècle) » dans Anne-Marie Flambard Héricher (ed.), Les lieux de pouvoirs au Moyen Age en Normandie et sur ses marges, Caen, CRAHM, 2006, p. 53‑70.

Arnoux Mathieu et Monnet Pierre (eds.), Le technicien dans la cité en Europe occidentale, 1250-1650, Rome, Ecole Française de Rome, 2004.

Résumé de la conférence

Alors même que les exemples historiques tiennent une place centrale dans les discours relatifs au réchauffement du climat et aux nécessaires transitions qu’ils vont imposer aux sociétés humaines, les historiens et leurs travaux ne sont que faiblement mobilisés dans les débats sur ces thèmes, comme si les transitions à venir n’avaient rien à apprendre des transitions, anciennes ou récentes, du passé. Les historiens sont pourtant doublement qualifiés pour contribuer à ces discussions, à la fois parce qu’ils ont pu recueillir les traces, souvent ambigües et d’interprétation malaisée de ces épisodes de changement, et parce qu’ils ont pu aussi observer la timidité ou au contraire l’éloquence encore sensible qui marque les témoignages des contemporains.

Revenant sur une période définie dans son nom même comme un long moment de transition, le « Moyen Âge », l’intervention s’efforcera de montrer que les témoignages les plus éloquents sur les changements profonds et rapides qui affectèrent les XIe-XIIIe siècles et accompagnèrent la genèse d’une nouvelle société européenne,  on se concentrera sur les formes de narrations qui rendent compte des changements, en confrontant aux récits historiques une œuvre de fiction : le Roman de Renart. À partir de ce dernier, on essaiera de montrer comment d’un modèle de société ordonnée peut sortir une épopée de l’avidité et de la prédation.

Bernard Stiegler

Bernard Stiegler, philosophe, docteur de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, est président de l’association Ars Industrialis, directeur de l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Georges Pompidou, professeur à l’Université de Londres (Goldsmiths College), professeur associé à l’Université de Technologie de Compiègne et enseigne à l’école polytechnique de Zurich. Il a été directeur de programme au Collège international de philosophie, directeur de l’unité de recherche Connaissances, Organisations et Systèmes Techniques de l’Université de Compiègne, qu’il y a fondée en 1993, directeur général adjoint de l’Institut National de l’Audiovisuel en 1996, directeur de l’IRCAM en 2001 et directeur du département du développement culturel du Centre Georges Pompidou en 2006.

Bibliographie succincte

Stiegler Bernard, Qu’appelle-t-on panser ? : 1. L’immense régression, Paris, Les Liens qui Libèrent, 2018.

Stiegler Bernard, La technique et le temps : 1. La Faute d’Épiméthée – 2. La Désorientation – 3. Le Temps du cinéma et la question du mal-être – suivi de Le nouveau conflit des facultés et des fonctions dans l’Anthropocène, Paris, Fayard, 2018.

Stiegler Bernard, Dans la disruption : Comment ne pas devenir fou ? – suivi d’un entretien sur le christianisme, Arles, Babel, 2016.

Stiegler Bernard, La Société automatique : 1. L’avenir du travail, Paris, Fayard, 2015.

Meirieu Philippe, Kambouchner Denis et Stiegler Bernard, L’école, le numérique et la société qui vient, Paris, Éditions Mille et une nuits, 2012.

Résumé de la conférence

En 1971, dans The entropy law and the economic process, puis en divers autres textes, Nicholas Georgescu-Rœgen se réfère aux travaux d’Alfred Lotka, qui montre en 1945 que l’homme, à la différence des animaux, est doté d’organes exosomatiques, qui font que d’une part, son évolution est orthogénétique, et que d’autre part, son orthogenèse doit être fondée sur des savoirs qui permettent de combattre la dimension toujours potentiellement destructrice de ces organes artificiels.

Que faut-il en conclure pour notre époque, et comment cela constitue-t-il la véritable réponse aux questions que le GIEC, Antonio Guterres et Greta Thunberg adressent aux puissance publiques et privées ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.