Un territoire à géographie variable. La communication littéraire au temps de Charles VI

Quelle posture l’auteur adopte-t-il pour s’adresser à un public ? Quelle image se donne-t-il de lui-même dans ses textes ? Quelle place occupe le lecteur ?

Depuis quelques années, on assiste à un regain d’intérêt pour les concepts d’auteur et de lecteur. Le règne de Charles VI est marqué par des changements décisifs, susceptible d’être analysés à la lumière des concepts modernes. Entre une écriture encore livrée aux mains des copistes et la conscience de plus en plus affirmée que l’auteur a de sa responsabilité d’écrivain, l’émergence de textes autographes et de la lecture silencieuse, individuelle, la fin du Moyen Âge constitue un territoire de communication aux enjeux étonnamment actuels.

Cet ouvrage, dirigé par Delphine Burghgraeve et Jean-Claude Mühlethaler (Section de français), dresse une cartographie des pratiques communicatives sous Charles VI. Il s’inscrit dans le cadre des recherches menées au Centre d’études médiévales et post-médiévales (CEMEP) de la Faculté des lettres. Des documents en lien avec l’ouvrage sont accessibles sur la base de données Clerc6.

Jean-Claude Mühlethaler, Delphine Burghgraeve (dir.), Un territoire à géographie variable. La communication littéraire au temps de Charles VI, Paris, Grenier, 2017.

PROJET DE RECHERCHE ASSOCIÉ
TOUTES LES NOTICES DE

Delphine Burghgraeve

Jean-Claude Mühlethaler

Partagez cet article sur les réseaux sociaux: Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Share on LinkedIn
Linkedin