Mourir à la cour. Normes, usages et contingences funéraires dans les milieux curiaux à la fin du Moyen Âge et à l’Époque moderne

Comment les funérailles se déroulaient-elles à la cour au Moyen Âge ?

La cour est un microcosme fortement hiérarchisé, dominé par la figure du prince. Comment s’implique-t-il dans la mort de ses courtisans, officiers, serviteurs ? Qui prend le deuil ?

Les études de ce recueil se penchent sur la mort des membres de la cour, qu’il s’agisse des courtisans, détenteurs ou non d’un office, des ambassadeurs et visiteurs étrangers, ou encore des simples serviteurs. Cette problématique est abordée durant les derniers siècles du Moyen Âge et traite en particulier des grandes cours de Bourgogne, de Savoie, d’Italie septentrionale (Piémont, Mantoue) et méridionale (Angevins de Naples).

Ce numéro des Cahiers lausannois d’histoire médiévale, dirigé par Bernard Andenmatten et Éva Pibiri (Section d’histoire), réunit des contributions d’historiens et d’historiens de l’art, spécialistes des cours. Il montre que la mise en scène de la mort curiale est le produit d’un équilibre, entre l’attachement aux ancêtres et l’expression d’une fidélité personnelle au prince. À sa manière, la mort du courtisan est un excellent révélateur des enjeux qui marquent l’avènement de la société de cour.

Bernard Andenmatten, Éva Pibiri (dir.), Mourir à la cour. Normes, usages et contingences funéraires dans les milieux curiaux à la fin du Moyen Âge et à l’Époque moderne, Lausanne, Cahiers lausannois d’histoire médiévale, n°55, 2016.

TOUTES LES NOTICES DE

Bernard Andenmatten

Éva Pibiri

Partagez cet article sur les réseaux sociaux: Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Share on LinkedIn
Linkedin