L’Enclos des Lumières. Essai sur la culture littéraire en Suisse romande au XVIIIe siècle

Y a-t-il une singularité helvétique ? Que nous apprennent les écrits du XVIIIe en « Suisse romande » sur la conscience locale, sur les valeurs de ses habitants ?

Au début du XVIIIe siècle, dans l’espace qu’on appelle déjà « Suisse romande », une culture littéraire spécifique commence à se développer, dont les grandes figures sont représentées par Rousseau, Isabelle de Charrière ou Germaine de Staël. À leurs côtés, une large société d’entrepreneurs du livre, de savants, d’écrivants (d’écrivains parfois) et de lecteurs ont laissé une documentation très riche.

François Rosset (Section de français) nous plonge dans les écrits d’acteurs de la vie culturelle, des canulars d’un colonel neuchâtelois au journaux personnels de près de 5000 pages d’un militaire. L’étude de ce patrimoine imprimé et manuscrit permet de mieux comprendre comment se sont cristallisées les opinions esthétiques, morales et politiques dominantes et de mieux saisir l’origine des discours contemporains sur l’identité nationale suisse.

Des documents en rapport avec le livre sont accessibles sur la plateforme Lumières.Lausanne de la Faculté des lettres ainsi que sur www.egodocuments.ch

François Rosset, L’Enclos des lumières. Essai sur la culture littéraire en Suisse romande au XVIIIe siècle, Genève, Georg, 2017.

PROJET DE RECHERCHE ASSOCIÉ
ON EN PARLE DANS LES MÉDIAS
TOUTES LES NOTICES DE

François Rosset

Partagez cet article sur les réseaux sociaux: Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Share on LinkedIn
Linkedin