Paul Collart

Issu d’une famille d’architectes connus, Paul Collart naît à Genève en 1902. Dès le début de ses études en Faculté des lettres à l’Université de Genève, il s’intéresse à l’histoire et à l’archéologie. En 1926, il est admis comme membre étranger à l’École française d’Athènes. De 1930 à 1935, il est nommé responsable des fouilles du site de Philippes, en Macédoine. De 1938 à 1940, il fouille à Baalbek au Liban. En 1953, l’Unesco lui confie l’inventaire des biens culturels de la Syrie et du Liban. Enfin, de 1954 à 1956, il organise à Palmyre le premier grand chantier archéologique suisse à l’étranger. Il y étudie notamment le temple de Baalshamin. En 1966, il réalise l’anastylose de plusieurs colonnes dans les portiques du temple, c’est-à-dire leur remontage à partir des blocs d’origine.

Il conduit parallèlement des recherches sur la Suisse romaine. Après après enseigné l’histoire ancienne et l’archéologie dans les universités de Genève et de Lausanne entre 1950 et 1963, il est choisi comme directeur de l’Institut suisse de Rome où il demeure de jusqu’en 1971. Figure scientifique reconnue sur le plan international, il poursuit jusqu’à sa mort, survenue en 1981, ses recherches dans le domaine de l’histoire ancienne et de l’archéologie.

Les archives Paul Collart

Après le décès de Paul Collart, ses descendants lèguent ses archives à la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne (à travers l’Institut d’archéologie et des sciences de l’Antiquité, ASA-UNIL). Les archives de Paul Collart contiennent notamment près de 3000 clichés illustrant des dizaines de sites archéologiques du pourtour méditerranéen, dont Palmyre et le temple de Baalshamîn.

L’Institut suisse pour la conservation de la photographie a digitalisé les négatifs originaux du Fonds photographique Collart et une base de données a été créée sur www.unil.ch/unimedia et sur tiresias.unil.ch pour garantir l’accès public à ces documents.