Colloque « 1945, le retour des films américains en Europe »

Colloque
« 1945, le retour des films américains en Europe : économie, politique, esthétique »
sous la direction de François Albera, Laurent Le Forestier et Carine Bernasconi

7-8 mars 2013

AFFICHE_1945

Durant la Deuxième Guerre mondiale, la libre circulation des films d’un continent à l’autre s’interrompit dans la plupart des nations. Le phénomène s’était déjà produit lors de la Première Guerre mondiale et avait eu de profondes conséquences par la suite : des cinématographies disparurent, certaines virent leur position menacée, d’autres devinrent dominantes. Au plan stylistique également. Au terme des cinq années de la guerre 1939-1945, au moment où la cinématographie dominante dans le monde – l’américaine – « revient » sur les écrans européens, que se passe-t-il dans les pays libérés ?

Cette production américaine de 1939 à 1945 représente environ 2000 films de fiction. Gone with the Wind, sorti aux États-Unis en décembre 1939, n’a été distribué en France qu’en mai 1950. L’industrie hollywoodienne adopta des stratégies différentes (imaginées durant le conflit déjà) selon les pays, afin d’écouler sa production dans les meilleures conditions commerciales. Les autorités politiques et militaires américaines incluaient cette question dans la politique d’aide économique pour la reconstruction de l’Europe, connue sous le nom de Plan Marshall. Le secrétaire d’État James F. Byrnes présenta le projet de ce plan d’aide en 1946, mais il n’entra en vigueur que deux ans plus tard. En France, entre-temps, les accords négociés à Washington par Léon Blum et Jean Monnet avec le secrétaire d’État Byrnes portèrent sur les mesures de contingentement touchant l’importation des films américains que l’industrie hollywoodienne voulait voir abrogées et que les États-Unis lièrent à l’effacement de la dette française et à l’octroi de prêts. Cette « compensation », consentie par les représentants français, rencontra l’hostilité d’une large partie de la profession cinématographique, qui voyait dans cette arrivée massive un danger pour la survie du cinéma français. Comment réagit-on ailleurs – en Italie, en Tchécoslovaquie, en Espagne ?

D’autre part, l’arrivée de films américains aussi novateurs que Citizen Kane ou The Grapes of Wrath, puis la série des « films noirs » dont certains renouvelaient les codes énonciatifs et narratifs, ne pouvait manquer de bouleverser les débats en cours sur les questions de la narration ou du réalisme en France, en Italie, et ailleurs.

Programme

Télécharger.

Voir aussi la page de la Section d’histoire et esthétique du cinéma.