Festival Le Printemps des compagnies

Le Printemps des compagnies / du 22 au 31 mai 2015 / Théâtre des Osses (Fribourg) / plus d’infos

Le Printemps des compagnies

Les critiques :

Ouvertures livresques (Ma Solange, comment t’écrire mon désastre et L’Interrogatoire)

Par Nicolas Joray

  • Ouvertures livresques

    Place à « la création d’aujourd’hui » au Théâtre des Osses ! Sur les planches du centre dramatique fribourgeois, des livres : objets emblématiques de deux des spectacles donnant le coup d’envoi à cette première édition du Printemps Des Compagnies. D’un côté, quatre comédiennes se font les porte-voix modulables d’un ouvrage de Noëlle Renaude – ... suite

Éclairés jusqu’aux Osses (Le jour où j’ai tué un chat , Ma Solange, comment t’écrire mon désastre et Zazous Zaz)

Par Nicolas Joray

  • Eclairés jusqu’aux Osses

    Restobar, Studio, Atelier de construction : le festival qui se tient au Théâtre des Osses se targue d’investir « tous les lieux possibles » du centre dramatique fribourgeois. En ce dimanche, les lieux semblent programmatiques des spectacles qui s’y déroulent. Au menu : spectacle musical divertissant, épisode hilarant, agencement de listes épatant. Lumière tamisée. Il ... suite

Quand Chessex subit l’interrogatoire (L’Interrogatoire)

Par Jonathan Hofer

  • Quand Chessex subit l’interrogatoire

    Les lumières s’éteignent, l’Ogre raisonne et résonne. Pendant près d’une heure et demi, la confrontation fait rage, elle bouscule, elle chamboule. Le décor se déchire. Laisse place à la nudité, au rire, à la haine, au vide. La voix profonde séduit tout de suite. Le physique, d’une ressemblance frappante avec celui de l’auteur, impressionne par ... suite

Les brumes du soi et de l’Histoire (Les Ogres et Y penser sans cesse)

Par Nicolas Joray

  • Les brumes du soi et de l’Histoire

    Vendredi soir : voici venue la seconde salve de spectacles en ce dernier week-end du Printemps Des Compagnies. Parmi ceux-ci, tant Les Ogres de Anna Van Brée que Y penser sans cesse mis en scène par Nalini Selvadorey tentent une rencontre entre un soi et un moment de l’Histoire. Pour le premier, la Seconde Guerre ... suite

Une pensée pour eux (Y penser sans cesse)

Par Jonathan Hofer

  • Une pensée pour eux

    Dépaysé, meurtri, abandonné. Grandir dans un pays qui n’est pas le sien, dans une langue qui n’est pas la sienne. Y penser sans cesse s’ancre dans un paysage berlinois et, comme les stolpersteine, le texte fait ressurgir les mémoires des victimes de la guerre. Moitié supérieure d’un visage noir, robe noire, pieds nus, éclairages sous ... suite

Hilarant choc de civilisations (Röstigraben)

Par Deborah Strebel

  • Hilarant choc de civilisations

    Le festival « Le Printemps des Compagnies » a proposé à deux reprises un joyeux dîner-spectacle dominical. Alors que sur scène on essaie tant bien que mal de franchir la « Röstigraben », dans la salle on déguste justement une assiette de röstis. Comédie en deux actes, le premier d’une durée d’un quart d’heure et ... suite

Le juste prix (Haute-Autriche)

Par Deborah Strebel

  • Le juste prix

    Haute-Autriche présente un couple dont la vie est régie par la société de consommation. Leur bonheur préconçu tend à s’effriter avec l’arrivée d’un enfant. Assis côte à côte, Heinz et Anni semblent hypnotisés. Silencieux, ils observent droit devant eux et sont traversés par une série de sentiments que leurs expressions et gestuelles laissent parfaitement entrevoir. ... suite

Déjà l’automne des compagnies (Röstigraben, Ma Solange, comment te décrire mon désastre et Haute-Autriche)

Par Nicolas Joray

  • Déjà l’automne des compagnies

    En ce dimanche soir, le rideau tombe sur la première édition du Printemps des Compagnies. Cette journée de clôture a vu défiler notamment trois spectacles instituant chacun un rapport aux identités : jouant avec elles, pour le premier ; les multipliant, pour le second ; s’interrogeant sur leur oppression, pour le dernier. Drôle, riche et ... suite