Les stratégies des firmes multinationales automobiles dans les villes de l’élargissement européen : réseaux urbains et organisations en chaine globale de valeur

Thèse soutenue par Charles Albert-Bohan le 1er février 2016, Institut de géographie et durabilité (IGD)

L’Europe centrale fait à la fois figure d’interface et de plateforme sur le continent européen dans des jeux politiques et économiques. L’adhésion à l’Union européenne est porteuse d’espoir en termes de développement de territoires encore marqués par près de 50 ans de régime socialiste. L’intégration de ces territoires à la mondialisation a été insufflée avant tout par des acteurs économiques privés, les firmes multinationales, dès le milieu des années 1990.

Par leurs capacités d’investissements et leurs organisations en réseaux à l’échelle mondiale, ces firmes multinationales participent majoritairement à ce processus d’intégration qui repose donc avant tout sur des raisons opportunistes et rationnelles. Les firmes multinationales ont positionné ces territoires dans les activités les plus profitables à l’organisation de leur « chaîne globale de valeur » mondiale. On peut dès lors s’interroger sur l’ampleur et les formes d’intégrations à la mondialisation qu’apportent ces implantations d’entreprises multinationales en particulier pour les villes d’Europe centrale.

Dans une approche d’analyse empirique multi-niveaux, la thèse replace les villes d’Europe centrale dans la compétition mondiale des firmes multinationales du secteur automobile qui a particulièrement participé à l’intégration de ces territoires dans des stratégies industrielles mondiales. A un niveau micro, nous analysons les stratégies des firmes automobiles par leurs réseaux d’organisation financière dans une approche à la fois gestionnaire et quantitative. A un niveau méso/macro, nous positionnons les villes d’Europe centrale dans les systèmes de villes européen et mondiaux, selon le rôle attribué dans les chaînes globales de valeur.

À chaque étape de cette recherche, l’analyse prend en compte différentes échelles spatiales (urbaine, régionale, nationale, continentale) et plusieurs niveaux d’analyse (micro : les réseaux individuels d’entreprises, méso : les liens intra-urbains, macro : les attractivités interurbaines) afin de souligner les interactions multi échelles qui intègrent chaque espace considéré. Cela nous permet d’évaluer en particulier la place des relations de l’ex-UE15 avec l’Europe centrale dans le contexte des réseaux mondiaux. Les formes transnationales des réseaux des entreprises multinationales, se déployant dans un système de lieux identifiés (métropoles ou villes) sont replacées dans les logiques internationales d’accords bilatéraux, de réglementations régionales et de politiques d’attraction (comme fiscales) ou de soutien au développement (aides nationales ou européennes). L’approche empirique multi échelles, articule les différentes dimensions des stratégies de localisation des entreprises déployées dans leur approche du développement et de la stabilisation de leur chaine globale de valeur, avec les positions relatives des territoires et villes à différents niveaux d’intégration. Ainsi la thèse offre une vision originale de l’articulation des développements locaux des territoires face aux stratégies globales des entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *