L’étude

SwiTCH est une étude observationnelle qui cherche à mieux comprendre le vécu des familles suite à la naissance d’un enfant. Nous savons qu’un certain nombre de familles vivent l’accouchement comme une expérience difficile et notre but est d’estimer leur proportion et les éventuelles conséquences.

L’étude est menée au sein de la Faculté de Biologie et de Médecine de l’Université de Lausanne et du CHUV et s’inscrit dans le cadre d’un projet international de grande ampleur (une trentaine de pays issus de chaque continent): l’International Survey of Childbirth Trauma ou INTERSECT.

Méthodologie

L’étude est ce que l’on appelle une étude de cohorte longitudinale.

Elle est dite observationnelle car elle consiste uniquement à mesurer le nombre de personnes dans la population rencontrant des difficultés liées à la grossesse et l’accouchement, et à mettre ces difficultés en lien avec d’autres facteurs connus.

Elle est longitudinale car elle s’intéresse à l’évolution dans le temps des personnes faisant l’expérience d’un accouchement difficile, c’est pourquoi un suivi à différents moments-clés est nécessaire.

L’étude sert à évaluer l’état de santé et les besoins de la population générale dans un certain temps, afin d’améliorer la qualité des soins. Ce type d’étude ne comprend donc pas d’intervention médicale particulière ou de prise d’un médicament.

Déroulement

L’étude ne demande aucun déplacement, les participants seront amenés à remplir des questionnaires en ligne, à différents moments de l’étude.

Les questionnaires seront uniquement en français.

Participants

Afin de développer cette étude, il faut un large panel de participants, idéalement représentatif de la population des cantons romands (à l’exception de Genève et du Jura).

Cantons concernés par l’étude
  • L’étude s’adresse à toutes les personnes enceintes âgées de plus de 16 ans au moment de la participation et leurs partenaires.
  • La participation est proposée aux couples de futurs parents, sans discrimination de genres et d’orientations sexuelles.
  • La participation est également possible pour les personnes enceintes sans être en couple.

Actualités