Carole Schaub, « L’architecture hôtelière comme média promotionnel: Montreux à la Belle Epoque »

De 1830 à 1914, la région de Montreux voit naître et croître à un rythme effréné une industrie touristique qui se matérialise par la construction d’un nombre considérable de grands hôtels et d’hôtels-pensions plus modestes. Ils forment alors une station dotée de toutes sortes d’aménagements liés aux transports et aux loisirs propres à satisfaire les attentes des étrangers toujours plus nombreux à séjourner dans la région.

Alliant texte et image, les réclames illustrées sont un moyen très efficace de faire connaître un hôtel. Réservées aux propriétaires aisés – ceux-là mêmes qui investissent régulièrement dans l’amélioration de leurs hôtels pour s’adapter aux modes et aux attentes de leur clientèle –, ces annonces publicitaires permettent de voir comment l’édifice hôtelier devient l’emblème d’un tourisme en constante évolution.

Clément Grandjean, « Réseaux sociaux et métier d’architecte. Louis Villard (1856-1937), bâtisseur de l’avenue des Alpes à Montreux »

Des hôtels, des gares, des immeubles d’habitation ou de commerce, des bâtiments industriels, des maisons individuelles par dizaines, mais aussi des bains publics, des kiosques ou des embarcadères… En quarante ans de carrière, l’architecte Louis Villard contribue massivement au développement de la ville de Montreux. 130 constructions, 50 transformations ou agrandissements, et au moins une vingtaine de projets restés inaboutis : de quoi laisser une trace durable sur la Riviera vaudois.

Faiseur prolifique, il manie avec aisance les styles et les programmes architecturaux en fonction des exigences d’une clientèle multiforme. L’étude de sa carrière et de son implication sociale permet de dessiner le portrait d’une profession en pleine mutation. Plus entrepreneur qu’artiste, Louis Villard a compris qu’il doit soigner ses relations sociales pour garantir la pérennité de son gagne-pain. A ce titre, l’exemple de l’avenue des Alpes à Montreux est révélateur.

Bruno Corthésy & Mathias Glaus, « L’illusion de la cohérence urbaine. L’ensemble Terreaux-Mauborget à Lausanne »

A l’angle nord-ouest de la place Bel-Air se dresse un ensemble de bâtiments qui représente un élément marquant du paysage lausannois. Situé entre la rue des Terreaux et la rue Mauborget, il forme un pâté de maisons aux gabarits remarquables à l’échelle de la ville et il constitue un repère urbain aisément reconnaissable, particulièrement visible dans l’axe du Grand-Pont.

A l’autre angle, sur la rue des Terreaux, une tour accroche également le regard depuis la place Chauderon. Le lieu demeure aussi une référence dans la mémoire collective par la présence d’une salle de spectacle, nommée Kursaal à son origine et Ciné qua non aux derniers temps de son activité. L’ensemble vient de faire l’objet, en 2013 et 2014, d’une vaste opération de rénovation et de transformation, qui comprenait notamment la création de logements dans les combles.

Si, au premier coup d’œil, ce pan de ville peut donner l’impression de former un ensemble cohérent, son observation détaillée et l’examen de son histoire l’assimilent plus à un assemblage contraint, parfois mal ajusté et révélateur d’aspects oubliés de l’urbanisme lausannois.

Denis Decrausaz, « Kuder & Müller, architecte à Strasbourg et Zurich au tournant du XXe siècle »

De 1892 à 1905, le bureau d’architecture Kuder & Müller, installé à Strasbourg et Zurich, participe au moins à une trentaine de concours et construit presque autant de bâtiments dans l’Empire allemand et en Suisse. Diffusée et commentée à l’époque par les médias, leur production est actuellement méconnue, car elle n’a jamais fait l’objet d’une étude monographique.

Pour répondre aux exigences d’une société en pleine mutation, Kuder & Müller emploient la copie, le collage, ou l’allusion à des formes historiques, savantes, ou pittoresques, toutes connotées. Qu’elle soit académique ou traditionnelle, leur production est aussi bien tributaire de la pratique architecturale du XIXe siècle qu’emblématique de l’horizon culturel de leur époque.