La mission de Henri Monod à Paris en 1804. Contribution à l’histoire des relations franco-suisses au début de la Médiation

Première étude sur cette mission diplomatique jusqu’ici ignorée.

Le Canton de Vaud ne s’intègre pas facilement dans les nouvelles structures fédérales issues de la Médiation. Au début de l’été 1804, la crise atteint son paroxysme, quand éclatent simultanément plusieurs affaires graves, qui enveniment les relations entre Vaud et Berne.

À la tête du gouvernement vaudois, Jules Muret et Auguste Pidou n’entendent pas se laisser faire. Ils bénéficient de la sollicitude d’Honoré Vial, l’ambassadeur de France. Mais lorsque Louis d’Affry, ancien Landamman de la Confédération suisse, part pour Paris, les Vaudois soupçonnent qu’il a été mandaté par les Bernois pour solliciter l’appui de Napoléon contre eux. Pour contrecarrer cette ambassade suspecte, les Vaudois envoient secrètement Henri Monod sur ses traces.

Cette mission, jamais étudiée jusqu’ici, est analysée par Étienne Hofmann (ancien directeur de l’Institut Benjamin Constant) à partir d’une documentation inédite et en grande partie inexploitée.

Étienne Hofmann, La mission de Henri Monod à Paris en 1804. Contribution à l’histoire des relations franco-suisses au début de la Médiation, Genève, Slatkine, 2017.

TOUTES LES NOTICES DE

Étienne Hofmann

Partagez cet article sur les réseaux sociaux: Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email
Share on LinkedIn
Linkedin