© SeanPavonePhoto - Fotolia.com

Habitat touristique et agencement de l’espace urbain : le cas de Los Angeles

Recherche sur le concours des compétences des individus quant à leurs manières de faire avec les épreuves spatiales d’une mégapole touristique

Thèse soutenue par Léopold Lucas le 14 janvier 2014, Institut Universitaire Kurt Bösch / Institut de géographie et durabilité (IGD)

Vivre, c’est passer d’un espace à un autre en essayant le plus possible de ne pas se cogner déclamait George Pérec. Cet énoncé poétiquement géographique pourrait résumer d’une certaine façon le défi de connaissance saisi par cette recherche. L’enjeu consiste effectivement à envisager le fait d’habiter, entendu dans son acception du « faire avec de l’espace » de la part des individus, comme n’allant pas de soi, de mettre en exergue le caractère problématique que constitue la pratique d’un lieu pour un individu.

A ce titre, l’une des propositions de ce travail est de considérer tout lieu comme un assemblage d’épreuves spatiales face auxquelles les individus sont confrontés. La question se pose alors de savoir comment les individus font avec ces épreuves spatiales. L’hypothèse défendue dans ce travail est celle de la mobilisation, par ces derniers, de compétences – ressortissant d’une « capacité à » telle qu’exprimée par Wittgenstein dans le domaine linguistique, c’est-à-dire d’une « maîtrise technique » – et d’un capital spatial – que l’on peut faire synthétiquement correspondre à l’expérience accumulée par un individu en terme de pratique de lieux.

L’argumentation étaye l’hypothèse que les manières d’habiter touristiquement une métropole dépendent notamment de ces deux éléments interdépendants dont dispose tout individu de façon variable et évolutive ; leur importance, sans déterminer aucunement des pratiques spécifiques, participe d’une maîtrise accrue de l’espace, d’une facilité pour faire avec les épreuves spatiales, atténuant le caractère potentiellement contraignant de ces dernières. Il s’agit donc d’une enquête menant une réflexion tout à la fois sur la dimension actorielle des individus, mais également sur le lieu en tant qu’espace habité : travailler sur cette question revient à investir la question de l’agencement urbain d’un lieu, c’est-à-dire d’appréhender la façon dont une configuration urbaine (les épreuves spatiales coïncidant avec les principales caractéristiques de cette dernière) est habitée, et plus particulièrement en l’occurrence ici, est habitée touristiquement. Pour aborder empiriquement cette problématique, l’enquête se focalise donc sur les touristes : d’une part pour leur faible degré de familiarité avec le lieu pratiqué (faire avec cet espace ne relève donc pas d’une routine) et d’autre part parce que leur présence dorénavant massive au sein des métropoles a des effets sur l’agencement de ces lieux qu’il est nécessaire d’envisager.

Le laboratoire utilisé est celui de Los Angeles, cette aire urbaine de 18 millions de résidents : son étalement considérable, l’absence d’un centre-ville historiquement important, et la forte prégnance de sa métrique automobile étant des caractéristiques qui font de ce lieu un « exceptionnel normal » aux épreuves spatiales particulièrement proéminentes. La recherche avance à ce titre des arguments permettant d’en souligner un agencement, par les manières d’habiter des touristes, différencié du modèle classique de la métropole touristique : pour exprimer cette singularité, l’enquête étaye l’hypothèse consistant à qualifier ce lieu de métapole touristique.

Photo: © SeanPavonePhoto – Fotolia.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *