Lucie Schoch

Journalisme sportif dans la presse quotidienne : différences et inégalités sexuées dans les carrières, pratiques et productions en Suisse romande

Assistante diplômée à l’Institut des Sciences du Sport de l’UNIL de 2006 à 2011, Lucie Schoch a soutenu sa thèse de doctorat en septembre 2011 (co-direction du prof. Fabien Ohl de l’ISSUL et prof. André Rauch de l’Université de Strasbourg). Elle poursuit actuellement ses recherches dans le cadre d’un post-doctorat à l’Université d’Otago (Nouvelle-Zélande).

Ce travail propose une analyse sociologique de la profession de journaliste de sport dans le contexte de la presse quotidienne généraliste suisse romande. Recourant à des entretiens, des observations ethnographiques et à l’analyse d’un corpus d’articles de presse, il porte sur la fabrication des informations sportives et se propose de mettre en évidence les effets des processus de production sur le contenu des textes journalistiques.

Les analyses montrent que les styles professionnels des journalistes résultent d’une combinaison complexe de mécanismes de niveaux structurel (les modalités de recrutement des journalistes, la division du travail, les contraintes organisationnelles des rédactions, etc.) et interactionnel (au sein des rédactions et sur le terrain), dans lesquels entrent en jeu des effets du goût et les expériences biographiques de chacun.

Au-delà de ces différences interindividuelles, les rubriques sportives se révèlent aussi être des organisations genrées. Ainsi, la majorité des hommes et des femmes est conduite non seulement à avoir des profils de carrière différents, mais aussi à adopter des pratiques journalistiques genrées et à produire des textes distincts. C’est ce qui explique que la récente féminisation du journalisme sportif, bastion masculin de la presse romande, semble avoir encouragé l’émergence d’un style journalistique nouveau.