CROSSINGS: computational interoperability for intangible and tangible cultural heritage

Depuis que l’UNESCO a affirmé l’importance du patrimoine immatériel, en 2003, les efforts visant à modéliser le folklore, la tradition, l’expérience et d’autres formes de patrimoine culturel ont été rares.

© Alain Herzog (EPFL)

L’objectif principal du projet CROSSINGS est d’explorer le potentiel de mise en place d’une standardisation de l’exploitation du patrimoine culturel matériel et immatériel en instanciant un cas d’utilisation du patrimoine culturel immatériel pour le Hong Kong Martial Arts Living Archive (collaboration entre le Laboratoire de muséologie expérimentale de l’EPFL et l’Association internationale de Goushou).

Pour ce faire, un modèle ontologique du patrimoine immatériel sera développé, combinant les aspects haptiques, la pose et le mouvement avec les traits de la tradition et du folklore, et générant un graphique de connaissance lié pour le cas de l’utilisation du patrimoine immatériel du Kung Fu. La source de données résultante sera ensuite intégrée dans (DHTK), un gestionnaire de paquets développé par la Section des sciences du langage et de l’information de l’UNIL, qui permet l’accès à des collections numériques en ligne et leur exploitation.

CROSSINGS établira un cadre méthodologique intégré pour le patrimoine culturel matériel et immatériel.

Direction du projet
Sarah Kenderdine, professeure en muséologie digitale, Collège des humanités (EPFL)
Davide Picca, Maître d’enseignement et de recherche, Section des sciences du langage et de l’information

Équipe de recherche
Deux collaborateur·trice·s scientifiques

Durée du projet
2021-2022