Petit traité de la construction et du gréement des modèles de bateaux

Jules de Catus, Petit traité de la construction et du gréement des modèles de bateaux. Deuxième édition augmentée, Vevey : Imprimerie et librairie Loertscher & fils, 1889
NEDA 18146

Illustré de 4 planches dépliantes gravées.

Le baron Jules de Catus (1838-1910) a été le principal constructeur de bateaux actif sur l’arc lémanique à l’aube de la navigation de plaisance.

La richesse des nations

Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Yverdon : [F.-B. de Félice], 1781, 6 tomes
AZ 8708

Contrefaçon yverdonnoise de l’édition originale de la traduction française de cet ouvrage fondateur du père des sciences économiques modernes, parue à La Haye de 1779 à 1779.

Fleurs de rêve

Alice Chavannes, Fleurs de rêve, Lausanne : Imprimé pour Thékla Stilling, 1900
UPA 86605

Couverture illustrée signée du monogramme TS, pour Thékla Stilling (née Thékla Dor, fille d’un opticien veveysan), épouse du professeur Henri Stilling (Cassel 1853, Lausanne 1911), chirurgien et anatomiste de premier plan et bibliophile raffiné. Le style du dessin n’est pas sans évoquer le décor des livres de Marguerite Burnat-Provins, légèrement postérieurs.

Edition privée limitée à 40 exemplaires.

Essai sur la secte des illuminés

Jean-Pierre-Louis de Luchet, Essai sur la secte des illuminés, Londres : [s. n.] 1789
AZ 8392

L’adresse de Londres est fictive. Cette édition sort en fait des presses lausannoises d’Abraham-Louis Tarin, identifiable à son matériel typographique, probablement pour le compte du libraire-éditeur François Grasset.

Le Robinson français

[Anonyme], Le Robinson français, ou histoire d’une famille française habitant une île de la mer du sud…
Lausanne : Hignou aîné, 1822, 4 tomes

AZ 8376

L’auteur n’a pas pu être identifié ; l’ouvrage est parfois attribué à J. F. Wyss [sic!], allusion imprécise à l’auteur du Robinson suisse, Johann David Wyss.

L’illustration consiste en 16 planches lithographiés par R. Haag à Berne et 2 cartes dépliantes de l’île Robinson (aux tomes 1 et 3).

Un livre érotique imprimé à Lausanne en 1788

François-Amédée Doppet, Aphrodisiaque externe, ou Traité du fouet et de ses effets sur le physique de l’amour : ouvrage médico-philosophique ; suivi d’une dissertation sur les moyens capables d’exciter aux plaisirs de l’amour, [S. l.] : [s. n.], 1788
AZ 8362

François-Amédée Doppet, fils d’un fabricant de cire de Chambéry est né dans cette ville en 1753. En 1771, il s’enrôle dans un régiment de cavalerie, d’où il passe dans les Gardes-françaises. Il sert trois ans dans l’armée, avant d’entreprendre des études de médecine à Turin, au terme desquelles il est reçu docteur en médecine. De retour à Chambéry, il tente sans succès de s’attirer les bonnes grâces de la Cour de Savoie. Ne parvenant pas à ses fins, il décide de voyager, parcourt la Suisse et s’établit à Paris. C’est probablement durant un séjour à Lausanne que, sous couvert de son statut de médecin, il publia le Traité du fouet, ouvrage où il est question :

  • Du fouet et de ses effets sur le physique de l’amour ;
  • Des causes par lesquelles les flagellations excitent à l’amour ;
  • De quelques erreurs qu’il serait utile de détruire principalement dans les couvents ;
  • De la nécessité de changer les peines qu’on inflige à l’enfance et à la jeunesse.

On y trouve également un catalogue des substances aphrodisiaques.

Edition sortie des presses lausannoises d’Henri Vincent, identifiable à son matériel typographique (Pascal Delvaux, étude en cours). On connaît très peu de livres érotiques imprimés à Lausanne sous l’Ancien régime.

Un mytérieux message codé?

Jean-Philippe de Loys de Cheseaux, Traité de la comète qui a paru en décembre 1743 et en janvier, février et mars 1744 : contenant outre les observations de l’auteur, celles qui ont été faites à Paris par Mr. Cassini et à Genève par Mr. Calandrini, A Lausanne et à Genève : chez Marc-Michel Bousquet & Cie, 1744
AZ 8626

Exemplaire enrichi d’un envoi de Loys de Cheseaux à sa soeur, « Madame de Chandieu Veuillens » [i.e Vulliens?], sous forme d’une lettre reliée à la suite du titre contenant un poème de six vers dont les initiales de chaque mot forment apparemment un message chiffré ; la clé de ce message n’a pas pu être trouvée.




Un réquisitoire contre la peine de mort

Edizione ultima dell’ anno MDCCLXIX, coll’aggiunta del Commentario alla detta opera del Signor di Voltaire, tradotta da celebre autore, A Lausanna : a richiesta universale, [1769]
AZ 8622

La parution, en 1764 à Livourne sous l’adresse fictive de Lausanne, de l’édition originale italienne du Traité des délits et des peines de Beccaria a connu un très grand retentissement dans l’Europe des lumières. Ce livre, où se trouve développée la toute première argumentation contre la peine de mort, est généralement considéré comme le fondement du droit pénal moderne. On ignore les raisons de l’utilisation, par Beccaria ou son imprimeur Giuseppe Aubert, de l’adresse de « Lausanne », adresse sous laquelle paraîtra également en 1766 la première traduction française de l’ouvrage, due à l’abbé Morellet.

Cette édition de 1769 sort des presses de Giuseppe Aubert à Livourne. Dotée d’un frontispice allégorique non signé dénonçant l’application de la peine de mort, elle contient la traduction italienne du Commentaire sur le Traité des délits et des peines de Voltaire.

Un violent pamphlet contre le Mariage de Figaro

Antoine-Joseph Gorsas, L’âne promeneur, ou Critès promené par son âne. Seconde édition revue, corrigée & précédée d’une préface à la mosaïque dans le plus nouveau goût, A Pampelune : chez Démocrite : Falot Momus, 1786
AZ 8716

Contrefaçon de l’édition originale parisienne, imprimée à Lausanne par Henri Vincent, identifiable à son matériel typographique (Pascal Delvaux, étude en cours) ; elle reprend l’adresse de « Pampelune » utilisée par le premier éditeur.

Cette satire assez violente, principalement dirigée contre Beaumarchais et Le Mariage de Figaro, comporte une foule d’allusions et de traits contre les personnalités et les modes de l’époque. Elle sera réimprimée en 1788, sous le titre Le Rabelais moderne.

Discours sur les moyens de bien gouverner

Innocent Gentillet, Discours d’estat sur les moyens de bien gouverner & maintenir en bonne paix un royaume ou autre principauté. Dernière édition corrigée et augmentée de plus de la moitié, A Lausanne : par Jehan Chiquelle, 1585
AZ 8547

Edition probablement imprimée à Genève, et non à Lausanne: Chiquelle obtient du Conseil de Genève le 15 juin 1585 l’autorisation d’imprimer ce livre ; il ne s’établira à Lausanne que l’année suivante.

Huguenot modéré, avocat à Grenoble et à Vienne, puis parlementaire, Innocent Gentillet (1535-1588) fuit à Genève après le massacre de la Saint-Barthélemy, puis rentre en France après l’édit de Beaulieu de 1576. Ses opinions protestantes le font à nouveau exiler à Genève en 1585.

Son Discours d’estat sur les moyens de bien gouverner, dans lesquels il condamne les idées de Nicolas Machiavel, soupçonné de vouloir introduire l’impiété et l’immoralité dans le gouvernement, a paru en 1576. Il y accuse les Italiens de l’entourage de Catherine de Médicis de s’en faire les propagateurs.

L’ouvrage, qui paraît d’abord en latin, puis en français et en anglais, connaît une diffusion considérable à travers toute l’Europe jusqu’au milieu du XVIIe siècle. Gentillet affirme que la source de la richesse d’un État vient de sa forte population. Il estime que les luttes intestines et les mauvaises lois sont contraires au développement de la population et condamne le luxe comme nuisible au bien-être national. (Informations tirées de Wikipédia)

Recueil de pièces relatives à la Révolution vaudoise de 1845

« Recueil de pièces relatives à la Révolution vaudoise des 14 et 15 février 1845 et à ses causes, avec plusieurs autres pièces relatives au jésuitisme et au méthodisme ». [Lieux divers], 1845
AZ 8412

Sept brochures recueillies et commentées (à la plume) en 1849 par Antoine Baron, premier archiviste du Canton de Vaud, qui a ajouté en tête une caricature de l’époque représentant un jésuite aux ordres d’un Français (?) faisant un pied de nez à un ours bernois enchaîné par le pacte de 1815 et sacrifié au peuple souverain.


Amours de Sainfroid et d’Eulalie

Les amours de Sainfroid, jésuite, et d’Eulalie, fille dévote : histoire véritable, A La Haye : chez Isaac vander Kloot, 1743
AZ 8700

Contrefaçon publiée à Lausanne par Marc-Michel Bousquet sous le nom d’emprunt d’Isaac van der Kloot, décédé en 1741, chez qui a paru l’édition originale de ce texte en 1729.

Reliure signée Smeers (Isidore Smeers, relieur belge établi à Paris, décédé vers 1896) en maroquin rouge avec triple filet doré encadrant les plats, caissons décorés aux petits fers, dentelle intérieure, le tout à chaud, tranches dorées, gardes de papier fantaisie au peigne.

Marc-Michel Bousquet, l’un des éditeurs les plus actifs à Lausanne au XVIIIe siècle, a publié successivement trois éditions de ce best-seller de la littérature grivoise des Lumières, en 1743, 1748 et 1760. Seule l’édition de 1748 manque encore aux collections de la BCU Lausanne.

Un travail d’orfèvre en taille-douce

Louis Jurine, [Planches de l’Histoire abrégée des poissons du lac Léman], Le Mont-sur-Lausanne : J. Genoud, 1976
NEDC 292

Réédition des planches parues en 1825 dans les Mémoires de la société de physique et d’histoire naturelle de Genève, augmentée d’un tirage en couleurs des planches 2, 3, 5, 8, 9, 10, 12, 13 et 15 réalisé à l’atelier de Saint-Prex sur les cuivres originaux conservés au Muséum d’histoire naturelle de Genève.

Tirage limité à 12 exemplaires hors commerce numérotés de I à XII, celui-ci offert à la BCU Lausanne par Jean Genoud.

Un des plus anciens textes imprimés en patois vaudois

[Anonyme] Lo conto d’au craizu : coq à l’âne dans le patoi [sic] du canton de Vaud
[Lausanne, vers 1803?]
NEDB 5596

L’auteur de ce conte serait, d’après le doyen Bridel, cité par Gauchat, un certain M. De la Rue, de Lutry. Il n’a pas été possible d’identifier celui-ci.

La date et le lieu d’édition (probablement Lausanne) ne sont pas déterminés avec précision. Les dates de 1780 ou 1785, parfois avancées, paraissent trop anciennes eu égard à la typographie, assez caractéristique des dernières années du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle ; l’existence du « Canton de Vaud » à proprement parler n’est par ailleurs pas antérieure à 1803.

Au temps des recueils de vues romantiques du Léman…

Jacques Rothmüller
Souvenirs du Lac Léman
Genève : Lith. de Spengler et Cie, [ca 1830] OBLA 2180

Contient 12 planches lithographiées par Spengler et Engelmann:
– 1. Coppet et Château de Mad. me de Staël
– 2. Bains Astor à Genthod
– 3. Port de Nyon et château de Prangins
– 4. Entrée du port de Morges
– 5. La Gordane près Rolle
– 6. Château de Wuflens
– 7. Ouchi et Lausanne
– 8. St. Pré
– 9. Tour du Peilx et Vevey
– 10. Bains Eynard à Beaulieu près Rolle
– 11. Nyon
– 12. Village et Château de Cran

Reliure avec décor à la plaque à froid, titre poussé à chaud « Souvenirs de la Suisse » sur le 1er plat, avec étiquette du relieur, Simier (Paris). Exemplaire incomplet du titre gravé.