Descoeudres Magali

Le développement de l’activité des enseignants novices en éducation physique et sportive à l’épreuve de situations émotionnellement marquantes

Titulaire d’un Master en Lettres (allemand, italien et géographie), puis diplômée du Centre de Formation des Maîtres d’Éducation Physique à l’Université de Lausanne, Magali Descoeudres a ensuite obtenu le Brevet d’Aptitudes à l’Enseignement Secondaire, ce qui lui a permis d’enseigner l’allemand et l’éducation physique et sportive (EPS) durant 17 ans au secondaire 1. Adjointe de direction (doyenne pédagogique, chargée du suivi des élèves et des nouveaux enseignants), l’intérêt pour la formation des enseignants s’accroît, ce qui la conduit à effectuer une thèse de doctorat ayant pour objet la dimension subjective du métier chez les enseignants novices en EPS. Chargée d’enseignement à la Haute Ecole Pédagogique du canton de Vaud depuis 2013 et membre du Laboratoire sur le Travail Enseignant et la Formation en Alternance (LATEFA), Magali Descoeudres a effectué des communications sur son sujet de thèse dans des colloque internationaux et rédigé quelques publications professionnelles et scientifiques. Elle a défendu sa thèse en mai 2019 sous la direction du Prof. Denis Hauw, ISSUL (Directeur de thèse).

Cette thèse vise à comprendre le développement de l’activité d’enseignants d’éducation physique et sportive (EPS) débutants à partir de situations émotionnellement marquantes. La littérature met en avant que le vécu des enseignants novices (EN) est soumis à des variations émotionnelles importantes. La première étude a pour but de dessiner une topographie des situations émotionnellement marquantes auprès de 139 EN en EPS, à partir d’un questionnaire qualitatif (chaque EN rapportant deux situations émotionnellement marquantes vécues) dont les données ont été traitées de façon inductive pour établir des types. La deuxième étude clinique, auprès de cinq EN au cours d’une année, vise à comprendre la part subjective du métier qui freine ou favorise le développement de leur activité, à l’épreuve de ces situations émotionnellement marquantes.

Le cadre théorique utilisé dans la seconde étude est celui de la clinique de l’activité (Clot, 1999) La méthode a consisté à suivre de manière longitudinale cinq EN en EPS durant une année scolaire. Trente-deux leçons d’EPS ont été filmées et les acteurs ont ensuite été confrontés aux traces de ces situations émotionnellement marquantes lors d’entretiens d’auto-confrontation simple et croisée. Les données ont été traitées grâce à la méthode de Bruno et Méard (2018), dans le but de repérer des invariants du développement.

Les résultats montrent que les EN en EPS vivent de nombreuses situations émotionnellement marquantes, en majorité à valence négative, et induisant, dans une proportion importante, une émotion de surprise. Ces situations se trouvent à la source de conflits intrapsychiques qui favorisent essentiellement un développement potentiel par l’efficience. Les résultats mettent également en avant l’importance de la dimension interactionnelle dans le processus de développement. Ils ouvrent aussi des pistes concernant les dispositifs actuels de la formation par alternance des enseignants d’EPS, notamment par une prise en compte de la dimension subjective du métier en formation.