Sabina Widmer

Switzerland, Regime Change, and Armed Conflict in Sub-Saharan Africa in the Global Cold War, 1967-1979

Après l’obtention d’un master en histoire de l’Université de Berne en 2013, Sabina Widmer a été engagée comme doctorante FNS au sein du projet « La Suisse et la Guerre froide dans le Tiers-Monde. Le rôle politique et économique suisse dans les principaux conflits armés et crises en Afrique sub-saharienne et au Moyen-Orient, 1973-1983 » dirigé par Prof. Janick Marina Schaufelbuehl et Dr. Sandra Bott. Dans le cadre de ce projet, elle a rédigé une thèse, soutenue le 8 octobre 2018, sous la direction de Prof. Janick Marina Schaufelbuehl (IEPHI).

Cette thèse analyse la politique extérieure de la Suisse, pays neutre mais orienté vers l’Ouest, qui n’a jamais été une puissance coloniale, en Afrique subsaharienne entre 1967 et 1979. Elle discute les stratégies du gouvernement suisse durant la période tardive des guerres d’indépendance en Angola et au Mozambique (1967-1974), les guerres par procuration en Angola (1975-1976) et la guerre de l’Ogaden entre l’Ethiopie et la Somalie (1977-1978), guerres où les belligérants étaient soutenus par les deux parties du conflit Est-Ouest, ainsi que durant des changements de régime qui instituent des gouvernements alliés à l’Union soviétique. La thèse combine une analyse quantitative des relations commerciales et de la coopération au développement de la Suisse avec les quatre Etats africains avec une étude qualitative d’un large corpus de sources non publiées provenant d’archives publiques et privées suisses, ainsi que des archives diplomatiques étatsuniennes, britanniques, françaises et portugaises.

La thèse démontre que la politique de la Suisse en Afrique subsaharienne est déterminée par la volonté du gouvernement suisse d’améliorer son image internationale et la crédibilité de sa neutralité, ternies par les critiques de certains gouvernements africains envers ses relations politiques, économiques et financières étroites avec le régime d’apartheid en Afrique du Sud, le gouvernement illégal en Rhodésie et la puissance coloniale portugaise. L’élaboration de cette politique est considérablement influencée par différents acteurs économiques et de la société civile. Par un recours pragmatique à des gestes de ‘goodwill’ ainsi qu’à l’aide humanitaire et à l’aide au développement, le gouvernement suisse réussit à maintenir sa présence politique et économique en Afrique australe et dans la Corne de l’Afrique pendant les conflits armés, les changements de régime et la décolonisation, et à surmonter les critiques à sa neutralité. En même temps, il parvient à garder des relations étroites avec le bloc de l’Ouest. Dans l’ensemble, cette étude augmente nos connaissances du rôle de la Suisse durant la Guerre froide globale et éclaircit la position des pays neutres et des petits Etats durant les conflits en Afrique subsaharienne.