Étudier le développement de la « santé personnalisée » pour saisir les enjeux de la santé de demain

On assiste aujourd’hui à l’essor de ladite Médecine 4P (préventive, personnalisée, prédictive et participative). L’ampleur de son développement au niveau national et international, les promesses qui la caractérisent comme les controverses qui la traversent (re-)configurent des enjeux cardinaux de la santé de demain. L’objectif du projet Sinergia partagé entre UNIL, UNIGE et UNINE Développement de la santé personnalisée en Suisse. Perspectives de sciences sociales (DoPHiS) est d’étudier ce développement à une pluralité de niveaux.

DoPHiS adopte une perspective interdisciplinaire et collaborative adaptée aux questions de recherche posées par les mises en œuvre concrètes de la Médecine 4P. Les chercheurs/euses en études sociales de la biomédecine (UNIL-SSP, PI Prof. Francesco Panese) analyseront en profondeur le développement en Suisse de nouvelles plateformes diagnostiques, thérapeutiques et de prévention notamment dans les domaines de l’oncologie, de maladies liées à des prédispositions omiques (gros volumes de données diverses permettant de caractériser des maladies ou des prédispositions) et du développement du biomonitoring à l’échelle communautaire. Les chercheurs/euses en économie de la santé, en systèmes d’information et en politiques sanitaires (UNIL-HEC, PI Prof. Joël Wagner) analyseront les évolutions des coûts, des normes de remboursement et plus largement du marché des données, autant d’éléments qui influencent des évolutions potentielles ou déjà avérées des politiques de la santé au niveau national et international. Les chercheurs/euses en droit de la santé (UNINE-IDS, PI Prof. Dominique Sprumont) étudieront l’institutionnalisation de la Médecine 4P au regard des normes, des règles et des lois, toujours au niveau local et international. Les chercheurs/euses en éthique pratique et en recherche participative (UNIGE-Didactique des Sciences, PI Prof. Bruno Strasser) analyseront quant à elles/eux les engagements collectifs et individuels, profanes et professionnels, dans ces nouvelles approches médicales en termes de consentement, de participation active et d’évolution de la vie sociale en lien avec la santé.

La collaboration étroite de ces quatre équipes de recherche permettra ainsi de mieux comprendre et, le cas échéant, d’orienter le développement de la Médecine 4P au croisement des théories, des infrastructures, des pratiques, des organisations et des normes autour desquelles s’associent ou s’opposent une pluralité d’acteurs : chercheurs/euses, clinicien·ne·s, patient·e·s, pouvoirs publics, industries, et potentiellement chacun·e d’entre nous.

Le projet DoPHiS, qui commencera en janvier 2019, réunit d’ores et déjà dans son équipe de nombreux/ses chercheurs/euses : Gaïa Barazzetti, Nolwenn Bühler, Luca Chiapperino, Alexandre Dosch, Nils Graber, Veronika Kalouguina, Dana Mahr, Géraldine Marks, Yannis Papadaniel, Philipp Trein et Martina von Arx.


Prof. Francesco Panese, Institut des sciences sociales, UNIL