Deux succès lausannois dans le programme NORFACE « DIAL »

Le réseau NORFACE (New Opportunities for Research Funding Agency Cooperation in Europe) est un consortium de 19 organismes nationaux de recherche, visant à promouvoir les collaborations scientifiques de haut niveau dans le domaine des sciences sociales. Il fait partie du programme Horizon 2020 de la Commission européenne.

En 2016, le Fonds National Suisse (FNS) a participé pour la première fois à ce consortium, qui a élaboré un 4ème programme commun de recherche, intitulé « Dynamics of Inequality Across the Life-course (DIAL) ». Ce programme a attiré plus de 150 requêtes, dont seulement 13 ont finalement été sélectionnées.

Deux des projets soutenus par NORFACE impliquent des chercheur·e·s de la Faculté :

Nicky Le Feuvre (Professeure à l’Institut des sciences sociales, membre du Pôle de recherche national LIVES et du Laboratoire capitalisme, culture et sociétés – LACCUS), dirige un projet intitulé « Dynamics of Accumulated Inequalities for Seniors in Employment » (DAISIE). L’objectif de ce projet est d’étudier les incidences des politiques visant à allonger la vie professionnelle sur différents groupes sociaux. Le projet mobilise un dispositif méthodologique « mixte », centré sur des entretiens biographiques. Il combine les apports croisés de la sociologie du travail, des parcours de vie et des études genre. L’équipe propose d’analyser de près les expériences des travailleurs et travailleuses âgées (55+ ans) en emploi dans différents contextes nationaux (Irlande, République tchèque, Royaume-Uni, Suède et Suisse) et dans différents secteurs d’activité (finances, santé, transports). Il vise à étudier la manière dont les politiques publiques et les pratiques RH des entreprises se combinent pour déterminer les expériences des seniors des deux sexes devant les incitations à se maintenir de plus en plus longtemps en emploi.

Daniel Oesch (Professeur à l’Institut des sciences sociales, membre de LINES, du Pôle de recherche national LIVES et de FORS) participe quant à lui au projet : « Critical Life Events and the Dynamics of Inequality: Risk, Vulnerability, and Cumulative Disadvantage (CRITEVENTS) », qui étudie l’impact de deux événements critiques de la vie – la perte d’un emploi et la séparation – sur la trajectoire de vie d’adultes et de leurs enfants. Ce projet sera mené avec des collègues des universités d’Amsterdam, d’Oxford et de Stockholm. Le but est de comprendre comment la perte d’un emploi et/ou la séparation conjugale contribuent à l’accumulation des désavantages dans le parcours de vie. L’intérêt porte sur les mécanismes qui expliquent l’effet inégal de ces deux évènements sur différents groupes de la population. Le projet analysera les données longitudinales de six pays : l’Allemagne, les États-Unis, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, la Suède et la Suisse. La comparaison permettra aux chercheurs d’identifier les réponses politiques qui amortissent l’effet du chômage et du divorce sur la vulnérabilité économique et le bien-être subjectif.

La visibilité donnée à ces projets par le programme NORFACE contribue au renforcement du rôle de premier plan tenu par l’Unil, notamment au travers des actions du Pôle national de recherche LIVES, consacré aux vulnérabilités dans le parcours de vie, en matière de recherches comparatives européennes sur les inégalités sociales.

 

Oana Barsin, chargée de communication au décanat SSP, avec les contributions de la Prof. Nicky Le Feuvre et du Prof. Daniel Oesch