Evolution des instruments d’encouragement du FNS

Le FNS a introduit récemment deux nouveaux subsides de recherche (PRIMA et les « Scientific Exchanges ») et a annoncé l’obligation d’annexer à la requête de projets un Plan de gestion de données. On souhaite ainsi vous offrir un bref aperçu des réformes en cours.

Data Management Plan (DMP)

© Fotolia – vege

Tout comme dans le cadre du programme européen Horizon 2020, dès octobre 2017, le FNS demandera aux chercheur·e·s d’introduire dans leur requête de subside pour un projet, un plan de gestion des données. Cette exigence est d’abord introduite dans le cadre de l’encouragement des projets et sera ensuite étendue à plusieurs autres instruments, en vue de promouvoir le partage des connaissances ainsi que de renforcer la transparence et l’impact des recherches. Concrètement, le FNS demandera aux chercheur·e·s de répondre à un certain nombre de questions sur la gestion des données : le DMP constituera une annexe à fournir lors de la soumission de la requête. Ce document sera obligatoire mais ne sera pas pris en compte lors de l’évaluation du projet. Il ne sera d’ailleurs pas transmis aux experts externes. Cependant, si le subside est accordé et si le DMP n’est pas considéré comme satisfaisant, ce document sera à compléter pour que le FNS débloque la somme accordée.

Le FNS couvrira les frais pour la préparation et le partage des données dans une base de données en libre accès et appartement à un organisme à but non lucratif. Il contribuera également aux frais liés à des workshops permettant des échanges de bonnes pratiques autour de l’Open Data Management.

Signalons, enfin, qu’à l’Unil, les chercheur·e·s pourront faire rappel à un réseau de soutien englobant plusieurs instances (UNIRIS, FORS, PlaTec, service juridique, chargés de missions-recherche au sein des Facultés,…) afin de réfléchir et élaborer un DMP.

Les nouvelles directives du FNS à ce sujet sont disponibles sur le site http://www.snf.ch/fr/pointrecherche/newsroom/Pages/news-170306-open-research-data-bientot-une-realite.aspx .

PRIMA

Ce nouvel instrument d’encouragement des carrières remplace les subsides Marie Heim-Vögtlin et s’adresse exclusivement aux chercheuses hautement qualifiée se situant entre 2 et 10 ans après l’obtention du doctorat, ayant des idées de recherche remarquables dans leur domaine et visant l’obtention d’un poste de professeure en Suisse. Comme le FNS n’accordera que 10-12 subsides Prima en 2018 et que les candidates ne pourront postuler que deux fois au maximum, il s’agit d’un instrument d’excellence qui semble laisser peu de place aux parcours atypiques.

Comme dans le cadre de Professeur boursier et Ambizione mais selon des critères spécifiques, la procédure de sélection implique deux phases et l’appui de l’institution de recherche s’avère important: la confirmation écrite doit être signée par le vice-recteur Recherche, garantir toutes les conditions pour la réalisation de la recherche et signaler les perspectives de carrière du/ de la candidat-e.

D’une durée de 5 ans, le subside comprend le salaire de la requérante, les fonds du projet, d’éventuels séjours de mobilité et offre aussi un réseau de mentorat.

Scientific Exchanges

Le FNS a regroupé les « Réunions scientifiques », les « International Exploratory Workshops » et les « International Short Visits » dans un seul et même instrument d’encouragement: les « Scientific Exchanges » (SE). La procédure de soumission des requêtes est ainsi simplifiée pour les chercheuses et chercheurs. Voici les principales caractéristiques de cet instrument qui vise la promotion des collaborations scientifiques et l’élargissement des réseaux de recherche :

  • ll n’y a pas de délais de soumission fixes, mais les requêtes doivent être déposées par un-e seul-e requérant-e au plus tard quatre mois avant la manifestation ou le début du séjour de recherche. La décision sera communiquée dans un délai d’un mois après le dépôt de la requête.
  • Le montant du subside doit s’élever à 2’500 CHF au minimum et à 25’000 CHF au maximum.
  • On peut déposer au maximum deux requêtes « Scientific Echanges » par an pour des activités différentes.
  • Pour les séjours de recherche en Suisse ou à l’étranger, il sera désormais possible de demander un subside pour un séjour d’une durée de 1 mois jusqu’à 6 mois.
  • Pour l’organisation de manifestations scientifiques, les doctorant-e-s sont également éligibles comme requérant-e-s. Il faut qu’il y ait en tout cas un lien entre le thème de la manifestation et le domaine de spécialisation de la personne requérante. En outre, le nombre de participant-e-s de l’étranger pris-e-s en charge par le FNS, est limité à 1-2 personnes par demi-journée de manifestation.

De plus amples informations sont disponibles sur le site du FNS : http://www.snf.ch/fr/encouragement/communication-scientifique/scientific-exchanges/Pages/default.aspx#Documents

En qualité de consultante de recherche, je me tiens à votre disposition pour tout renseignement sur les différentes possibilités de subsides.

Astrid Ruffa, chargée de missions-recherche (Décanat SSP)