Philipp Trein

Co-evolution of policy sectors : Health care and public health in five countries

Philipp Trein a fait ses etudes à l’Université de Heidelberg (Allemagne) et à l’Université de Charlotte en Caroline du Nord (Etats-Unis). En 2009, il a obtenu un Master en science politique et histoire moderne à Heidelberg. Entre 2010 et 2015, il a été doctorant FNS et assistant diplômé à l’IEPHI (UNIL). Ses recherches portent sur l’analyse des politiques publiques, politique de la santé et du fédéralisme.

Cette thèse analyse la co-évolution de deux secteurs dans la politique de la santé: celui de la santé publique (public health) et des soins aux malades (health care).En d’autres termes, elle se focalise sur la relation entre les dimensions curative et préventive de la politique de la santé et sur leur développement dans la durée. Une telle recherche est nécessaire car les problèmes de la santé sont complexes et ont besoin de solutions coordonnées. De plus, les dépenses de la santé ont augmenté sans arrêt durant les dernières décennies, et un moyen de les réduire à l’avenir pourrait consister en davantage d’investissements dans des mesures préventives.

En relation avec cette idée, ma recherche analyse les politiques de santé publique et les soins aux malades de cinq pays: Allemagne, Angleterre, Australie, États-Unis et Suisse. En m’appuyant sur la littérature secondaire, des statistiques descriptives et des entretiens avec des experts et des politiciens, j’analyse la relation entre les deux secteurs depuis la fin du dix-neuvième siècle. En particulier, je me focalise sur la relation des deux champs à trois niveaux: institutions, acteurs et politiques.

Mes résultats montrent des similitudes et des différences d’évolution entre les cinq pays. Lorsque la profession médicale est politiquement active et que le pays relève d’une fédération centralisée ou d’un gouvernement unitaire, les deux secteurs sont intégrés sur le plan institutionnel, ralliant les professions et groupes d’intérêt des deux secteurs à la cause commune. Par contre, dans tous les pays, les deux secteurs ont co-évolué vers une complémentarité malgré la politisation des professions et la centralisation du gouvernement.

Ces résultats sont intéressants pour la science politique en général car ils soulignent l’importance des professions de la santé pour le développement institutionnel et proposent un cadre pour l’analyse de la co-évolution des politiques publiques en général.