Nicolas Meylan

Le burnout de l’élève : validation du School Burnout Inventory, identification de facteurs de risque et de protection et exploration des liens avec la consommation de substances

Nicolas Meylan est actuellement chargé d’enseignement suppléant à la Haute Ecole Pédagogique du canton de Vaud et psychologue assistant au Service Universitaire de Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent (CHUV). Ses travaux portent notamment sur la santé psychosociale à l’école, la psychopathologie de la scolarité et la consommation de substances à l’adolescence.

Syndrome de stress scolaire chronique, le burnout de l’élève ou burnout scolaire suscite un intérêt grandissant. Cependant, ce phénomène est rarement étudié chez les adolescents francophones et aucune recherche n’a encore été menée en Suisse. Au travers de ce travail, nous proposons donc d’étendre la recherche sur le burnout scolaire aux adolescents de Suisse francophone et d’apporter des précisions sur ses facteurs de risque ou de protection.
Pour ce faire, nous avons mené deux recherches empiriques impliquant 861 adolescents âgés de 14 à 18 ans et scolarisés en Suisse francophone. Ces adolescents ont répondu à des questionnaires évaluant le burnout scolaire, le stress, le soutien social, la consommation de substances et le parcours scolaire. Tout d’abord, les résultats montrent que l’Inventaire de Burnout Scolaire, version française du School Burnout Inventory, est un outil fiable et valide. Ensuite, il apparaît que le burnout scolaire touche jusqu’à 24% des adolescents et que ces derniers se caractérisent par une perte d’intérêt pour l’école, une grande remise en question quant au sens du travail scolaire ainsi qu’un sentiment élevé d’insuffisance à l’école. Il apparaît également que le stress lié au succès et à l’avenir scolaire augmente le risque de burnout alors que le soutien des parents et des enseignants le diminue. Par ailleurs, nous mettons en évidence que l’effet du soutien social sur le burnout scolaire est médiatisé par le stress, ce qui souligne d’autant plus le rôle protecteur du soutien social. Nos résultats montrent également que les niveaux de burnout scolaire varient en fonction de certaines caractéristiques du contexte scolaire mais aussi selon la sévérité de la consommation de substances. Enfin, les connaissances accumulées dans ce travail et leur mise en perspective dans un modèle d’intervention précoce permettent d’insister sur le rôle des professionnels de l’école dans la prévention du burnout scolaire.