La nouvelle base de données « Subsides de recherche & formation » de l’UNIL

Destinée aux chercheurs/euses de l’UNIL, cette nouvelle base de données se veut un outil simple et efficace pour repérer des sources de financement des activités de recherche. L’application est actuellement en phase de test et sera probablement opérationnelle dès la fin de cette année.

© fotomek - Fotolia

© fotomek – Fotolia

C’est en 2011 que s’esquisse le projet de remplacer « Amarillo », une base de données pour les bourses et les subsides peu adaptée à une recherche ciblée de financement. Cependant, ce n’est que cette année qu’un tout nouvel outil sera testé et mis à disposition de la communauté universitaire. Issu d’une collaboration étroite entre la Direction (Claire Arnold, Grant office), les consultant-e-s de recherche des facultés, le Service d’orientation et carrières (SOC), la consultante externe V. Rufer-Secrétan et le CI, il a été conçu sur la base des besoins actuels des chercheurs/euses en matière de sources de financement.

En particulier, la base de données comprend trois volets :

  1. les fondations, proposant des informations à jour sur les organismes privés soutenant la recherche. La Direction (Claire Arnold, Grant office) a pris l’initiative d’écrire à plus de 500 fondations en Suisse afin d’avoir des données fiables. Une recherche par mots-clés permettra ainsi de sélectionner des organismes soutenant un domaine précis, en vue d’une demande spontanée.
  2. les appels à projet, listant les mises au concours ponctuelles pour le financement de projets. Le tri pourra être opéré selon des mots-clés, les montants et/ou les délais souhaités.
  3. les offres de financement, permettant de sélectionner des fonds pour différentes types d’activités de recherche (participation à colloque, étude de terrain, bourse de mobilité, publication, prix, summer school, organisation de colloques,…) en fonction du statut du chercheur/euse (doctorant, postdoc, MER et professeur-e-s), du montant, de la durée de l’activité, du pays de destination et/ ou du délai prévus.

Afin d’être facilement maniable et performante, l’application est multi-langue (français, anglais et allemand), et elle propose tant à l’utilisateur qu’au gestionnaire une interface simple rendant aisée et rapide la gestion, la sélection, l’exportation et l’impression des données. Il s’agit donc d’un outil qui méritera à être exploité !

Une brève présentation de l’application sera proposée en préouverture de la Journée de la recherche du 6 novembre (programme et inscription : http://www.unil.ch/journeerecherchessp/programme-2/.

Astrid Ruffa, chargée de missions-recherche