Andrea Pilotti

Les parlementaires suisses entre démocratisation et professionnalisation (1910-2010)
Biographie collective des élus fédéraux et réformes du Parlement helvétique

Andrea Pilotti a obtenu sa licence en sciences politiques en 2005 et son doctorat en sciences politiques en novembre 2012. Après avoir été engagé comme assistant-doctorant FNS dans le cadre d’un projet sur les élites suisses dirigé par le Dr. André Mach et le Prof. Thomas David, il a été boursier FNS à l’Université de Sienne durant l’année 2011. Depuis janvier 2013, il est responsable de recherche à l’Observatoire de la vie politique régionale de l’Université de Lausanne.

Ce travail de thèse vise à analyser, d’une part, les principales réformes du Parlement fédéral adoptées au cours du XXe siècle et, d’autre part, l’évolution du profil sociographique pour six cohortes d’élus fédéraux (1910, 1937, 1957, 1980, 2000 et 2010), sous l’angle de sa démocratisation et de sa professionnalisation. La thèse comprend trois axes de recherche principaux.

Premièrement, nous nous penchons sur les deux réformes institutionnelles censées favoriser la démocratisation du recrutement parlementaire, à savoir l’adoption de la proportionnelle pour l’élection du Conseil national en 1918 et l’introduction du suffrage féminin à l’échelon fédéral en 1971. Nous abordons également les réformes du Parlement visant, depuis les années 1970, à sa revalorisation et à sa professionnalisation. Le deuxième axe porte sur la réalisation d’un portrait collectif des élus fédéraux pour la période 1910-1980, dans le but de vérifier l’impact des réformes des règles électorales (proportionnelle et suffrage féminin) sur le profil des députés et sénateurs. Enfin, dans le troisième axe, nous abordons les transformations du profil socio-professionnel des parlementaires pendant la période plus récente (1980-2010), en lien avec la professionnalisation accrue de l’Assemblée fédérale et les changements des rapports de force partisans.

Nos résultats permettent de mettre en évidence plusieurs éléments de continuité (prédominance de la catégories des indépendants, notamment des avocats, des chefs d’entreprise et des agriculteurs, et sous-représentation des salariés du secteur public ; fort ancrage local), ainsi que certains facteurs de rupture (présence accrue des femmes, moindre importance de la carrière militaire). D’autres changements dans le profil sont liés au processus récent de professionnalisation, contesté et inachevé, qui a favorisé néanmoins l’émergence de nouveaux profils sociologiques d’élus, en termes de formation, de profession (apparition du groupe des parlementaires professionnels) et de cumul des mandats économiques et politiques, avec cependant de fortes variations entre les partis et entre les deux Chambres.