Mémoire audiovisuelle suisse: images de grèves

Le cycle de projections « Images de grèves (1969-1979) » se déroule du 17 septembre au 2 octobre à Genève. Dans ce cadre, quatre films sur des grèves ouvrières des années 1970 en Suisse seront présentés: E noialtri apprendisti (1976), Ein Streik ist kein Sonntagschule (1975), Éléments de grève ou parlons, la machine est arrêtée (1976) et finalement Un mois de grève au pays de la paix du travail (2017). Les projections sont suivies de discussions avec un réalisateur ou une réalisatrice ainsi qu’avec des acteurs et actrices de grèves.

Affiche: Archives contestataires, Genève.

 

« En mai 1968, des étudiants défilent à Genève avec des pancartes sur lesquelles il est écrit «Guerre à la paix du travail». Ils veulent en finir avec l’effacement de toute conflictualité sociale qui caractérise le régime politique suisse depuis l’entre-deux-guerres. Quelques mois plus tard, s’ouvre un cycle de grèves ouvrières qui s’étend sur dix ans et rompt avec l’atmosphère socialement atone des décennies précédentes.

De cette contestation ouvrière «au pays de la paix du travail», il existe quelques traces cinématographiques que nous voulons montrer lors de ce cycle. Nous voulons contribuer à rappeler l’existence de luttes sociales que tout concourt à effacer des mémoires. »

Programme complet ici.

 

 

A l’occasion de ce cycle, un appel est également lancé. Les organisateurs et organisatrices recherchent en effet des images animées en lien avec des grèves ayant eu lieu en Suisse entre 1969 et 1980. Il peut s’agir de films amateurs très courts, même non montés, ou de productions plus élaborées. Si vous avez filmé des grèves durant cette période ou si vous connaissez des gens qui auraient pu le faire ou encore si vous avez connaissance de films sur des grèves, contactez cette adresse : infos@images-greves.ch

Les mutations du télévisuel en Suisse dans le long XXe siècle

Couverture d’un ouvrage de jeunesse de J. Pithon paru en 1949 aux éditions Payot. Le cours permettra en effet de s’interroger sur les représentations de la télévision dans les oeuvres fictionnelles.

Pour cette rentrée universitaire, le prof. François Vallotton propose un cours annuel de Master intitulé « Les mutations du télévisuel en Suisse dans le long XXe siècle : acteurs, dispositifs et imaginaires sociaux ». Cet enseignement souhaite revisiter les transformations multiples et constantes que la télévision a traversées depuis son émergence. Grâce à sa perspective historique, le séminaire permettra de reconsidérer l’idée selon laquelle le petit écran tendrait à disparaître.

Comme le dit François Vallotton, « en mettant l’accent sur la notion de télévisuel, [ce cours entend] ainsi mettre à distance une approche portant exclusivement sur le cadre institutionnel et programmatique de «la» télévision pour prendre en compte le large spectre des acteurs investis dans une réflexion et une expérimentation des potentialités de la communication et vision à distance ».

La formule se déclinera entre théorie, conférences d’invité.es, lectures et recherches personnelles.

 

 

Parution: Loin des yeux… le cinéma.

Le volume « Loin des yeux… le cinéma. De la téléphonie à Internet : imaginaires médiatiques des télécommunications et de la surveillance » est récemment paru aux éditions de l’Âge d’homme. Dirigé par les historiens du cinéma Alain Boillat et Laurent Guido, l’ouvrage interrogent les liens complexes entre le 7e art et les technologies de la communication.

Présentation:

L’ouvrage se présente comme une somme d’études consacrées à la représentation (audio)visuelle des télécommunications dans l’histoire du cinéma, des premiers temps aux séries télévisuelles contemporaines, c’est-à-dire à la manière dont le médium cinématographique exploite (sur le plan narratif et esthétique) et réfléchit (sur) des usages a priori différents d’autres médias (avec lesquels il noue toutefois certaines parentés). Téléphonie (fixe et mobile), radiophonie, télévision, télésurveillance et Internet (skype) sont examinés à travers l’image qu’en donnent les productions filmiques américaines, européennes ou japonaises, dans des genres divers (romance, thriller, horreur, science-fiction, etc.). L’approche diachronique et le vaste corps considéré permet d’inscrire les discours actuels sur le numérique dans une histoire longue, et de réhabiliter l’importance de la dimension sonore dans les études cinématographiques.

Histoire des médias: une sélection de podcasts

Nous relayons régulièrement sur notre blog des épisodes d’émissions radiophoniques d’histoire telles que la romande Histoire vivante et la française La Fabrique de l’histoire, bien connues du public.

Il existe bien d’autres radios, notamment web, qui s’intéressent aux sciences historiques. On peut citer Paroles d’histoire, Storia Voce, La Marche de l’histoire, Passions médiévistes ou encore l’émission québécoise Aujourd’hui l’histoire.

Français et Françaises écoutant à la radio une allocution de l’amiral Darlan, vice-Premier ministre de Vichy, en mai 1941. Cf. Radio Vichy vous parle.

Dans ce billet, nous proposons un florilège de podcasts ayant trait à l’histoire des médias et de la communication. En désordre et sans exhaustivité :

Pour aller plus loin, écouter Les émissions d’histoire à la radio, par La Marche de l’histoire du 28 juin dernier. On peut notamment y entendre Céline Loriou qui prépare une thèse sur les émissions d’histoire diffusées à la radio depuis 1945 et qui a publié plusieurs textes à ce sujet.

Bonne écoute!

Histoire de la culture cinématographique en Suisse

Un nouveau projet de recherche financé par le Fonds national suisse débute prochainement à l’Université de Lausanne. Dirigé par Laurent le Forestier, de la Section d’histoire et esthétique du cinéma, il s’intitule « Contribution à une histoire de la culture cinématographique en Suisse: étude des activités de la Cinémathèque suisse entre 1951 et 1981 ».

 

Le projet « entend étudier la manière dont la Cinémathèque suisse s’est progressivement construit une légitimité, tant nationale qu’internationale, entre 1951 (son inauguration à Lausanne a lieu fin 1950) et 1981 (date de son installation au Casino de Montbenon), alors même qu’elle était dépourvue de toute salle de programmation, ce qui réduisait ses activités. » (…)

« Par l’étude du cas de la Cinémathèque suisse, ce projet vise donc à contribuer, plus largement, à une histoire culturelle de la Suisse au XXe siècle, laquelle a jusqu’ici un peu laissé de côté le cinéma, hormis dans ses liens avec la politique. »

 

 

Cinéastes et féministes: Delphine et Carole, insoumuses

Callisto McNulty, petite-fille de la vidéaste Carole Roussopoulos, décédée en 2009, raconte dans son film Delphine et Carole, insoumuses l’amitié et l’engagement féministe de la réalisatrice et de l’actrice Delphine Seyrig, toutes deux Suissesses d’origine.

Callisto McNulty ainsi que les enfants de la réalisatrice, co-scénaristes du film, ont souhaité poursuivre le projet de documentaire sur la carrière et le féminisme de Delphine Seyrig initié par Carole Roussopoulos en 2007 et y intégrer la vision et la parole de la réalisatrice elle-même.

Ce documentaire produit par l’émission Histoire vivante de la RTS a obtenu le Grand Prix de Genève, Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH) en mars 2019 ainsi que le Prix du Public, Festival International du Film de Femmes – Créteil (France) 2019.

 

 

« Delphine et Carole, insoumuses. Le film qui donne envie d’être féministe », RTS Culture, 14 juin 2019.

Voir le Grand Format de la RTS sur la carrière de la cinéaste « Carole Roussopoulos, militer, rire et partir trop vite ».

La réalisatrice a déposé en 2007 ses archives vidéo et la documentation qui les accompagne à la Médiathèque Valais-Martigny. En 2018, une exposition « Carole Roussopoulos. La vidéo pour changer le monde » lui avait été consacrée.

CFP: Les femmes dans les industries du cinéma et de la télévision

La Conférence « Reclaiming the Screen: Addressing Overlooked Women in Film and Television » a lieu le 14 juin à l’Institut d’Histoire du cinéma et de la télévision de l’Université de Montford, à Leicester. Cette rencontre propose de discuter de la question de la sous-représentation des femmes dans la production, la culture et plus largement l’histoire de la télévision et du cinéma. Elle tend à fournir ainsi une visibilité à des femmes dont la valeur n’est pas reconnue aux sein de ces industries.

 

Portrait de la réalisatrice Agnès Varda derrière sa caméra sur le tournage du film ‘Sans toit ni loi’ en 1985 en France. (Photo by Micheline PELLETIER/Gamma-Rapho via Getty Images)

 

Dans le même registre, l’appel à communications est lancé pour la conférence « Doing Women’s Film and Television History: Forming Histories/Histories in Formation », qui aura lieu du 20 au 22 mai 2020 à l’Université de Maynooth, en Irlande. Il s’agit de la 5e rencontre organisée par le réseau Women’s Film & Television History UK/Ireland.

Extrait de l’appel (délai fixé au 11 octobre 2019):

The theme of this conference – ‘Forming Histories/ Histories in Formation’ – aims to foreground issues pertaining to the production, curation and archiving of women’s histories in film and television as well as the methods for, and approaches to, producing and shaping these histories as they form. More particularly, much can be learned from the diversity of practices, experiences and narratives of women’s film and television history as they pertain to: national, transnational, world and global histories; neglected, peripheral or hidden histories; organisations such as museums, archives and universities; collectives, groups and movements such as #MeToo; local communities and community media; emergent forms and platforms; and historical approaches to women’s reception of film and television as well as historicising current practices and experiences of reception, fandom and consumption.

« Television as new media »: un récent article d’Anne-Katrin Weber

Notre collègue Anne-Katrin Weber, historienne de la télévision, vient de publier un article dans la revue Necsus – European Journal of Media Studies. Intitulé « Television as new media: Raymond-Millet’s ‘Télévision: Oeil de Demain’ (1947) and the politics of French experimental TV », le papier propose une réflexion critique autour de la notion de « nouveauté » dans l’histoire de la télévision.

 

 

En s’intéressant notamment aux représentations futuristes de la télévision que véhicule le film du réalisateur français, Anne-Katrin Weber montre comment Télévision: Oeil de demain ne rend pas compte de l’histoire longue du médium et invisibilise les développements technologiques et institutionnels qu’il traverse dans les années 1940. Les discours sur la nouveauté de la télévision participent notamment à masquer ses liens avec le régime d’occupation nazi durant la guerre, et donc à façonner la télévision comme un « nouveau médium », débarrassé du poids de son histoire récente.

Pour découvrir les différents travaux et activités d’Anne-Katrin Weber, visitez son site web!

DécadréE parle des femmes dans les médias

L’association « DécadréE : Un autre regard sur l’actualité » fondée en 2017 promeut une presse plus égalitaire qui ne réaffirme pas les stéréotypes de genre, de classe et racistes. Dans le cadre de son activité, DécadréE organise notamment des formations à l’écriture inclusive et des campagnes de sensibilisation aux traitements des violences sexistes.

Le web-journal de l’association dénonce le sexisme présent dans les médias et propose, via un large choix d’actualités sociales et culturelles et de réflexions publiées sous la forme d’articles ou de podcasts, une démarche constructive pour repérer les stéréotypes de genre et s’orienter vers une écriture plus égalitaire.

DécadréE a lancé en décembre 2018 la série de podcasts « Une héroïne dans ton genre ». Six podcasts sont actuellement disponibles et analysent les représentations des femmes dans l’audiovisuel ainsi que la place des femmes derrière les écrans.

 

Ecouter la série de podcasts:

Millenium et les Chatouilles : le viol au cinéma, 07 décembre 2018

The Princess Switch, The Holiday Calendar et A Christmas Prince – Les téléfilms de Noël, 29 décembre 2018

Sex Education, 4 février 2019

Rencontres 7e Art: où sont les femmes?, 20 mars 2019

Pearl: musclée et fière de l’être, interview de la cinéaste Elsa Amiel, 29 mars 2019

Female Pleasure: cinq héroïnes en combat contre le patriarcat, 02 avril 2019

Visitez le blog de l’Association for Media and History!

©Archives CNA, amateur film collections – Kodak cardboard box for 16mm film – stamp reads “Belgisch Congo Belge”

The International Association for Media and History (IAMHIST) tient un blog sur lequel on trouve de nombreux articles intéressants. Une série de billets regroupés sous le nom « A day at the Archives » proposent notamment de présenter de manière approfondie des centres d’archives pertinents pour écrire l’histoire des médias. Quelques exemples parmi d’autres, les textes sur le Centre national de l’audiovisuel au Luxembourg, les Kirk Douglas Papers à l’Université de Wisconsin ou encore sur les Films Archives de l’Irish Film Institue de Dublin.

Le blog propose également des analyses de films de cinéma, comme celle sur le long-métrage de Peter Jackson « The Shall Not Grow Old », ou de productions pour la télévision, telles que « Crusade in Europe », une adaptation des mémoires d’Eisenhower.

Il est impossible de mentionner ici tous les contenus de cette plateforme particulièrement riche et alimentée par des chercheurs et chercheuses de différents horizons. Nous citerons encore deux publications.

Radio Caroline North News 1967

« Why the British elites were determined to suppress ‘pirate’ radio » est une exploration de l’histoire des radios pirates en Grande-Bretagne durant les années 1960 menée par Richard Rudin, de la John Moores University de Liverpool. Et « ‘I don’t suppose you’ve read my monograph on cigars and cigar ash?’ A Rough Guide to Academic Publishing for Early Career Researchers in Film and Media Studies » par James Chapman de la University of Leicester qui fournit des conseils, outils et astuces très utiles pour celles et ceux qui débutent leur carrière académique.

Si écrire pour ce blog vous intéresse, voici l’appel à contributions.