Les femmes à la SSR: l’histoire d’une inégalité

Trop longtemps oubliées dans la mémoire collective et négligées dans les récits de l’histoire de la télévision ou du cinéma, les femmes ont pourtant toujours collaboré à la production audiovisuelle. Quelques initiatives tendent aujourd’hui à leur redonner la place qui leur est destinée dans l’histoire des médias.

A l’occasion de la grève des femmes de Suisse qui s’est déroulée le 14 juin dernier, la SSR a porté son attention sur l’histoire de ses collaboratrices. Les deux archivistes de la SSR, Irène Benz et Heidi Lüdi, ont déniché dans leurs fonds quelques contrats et documents iconographiques témoignant du statut particulier des premières professionnelles de radio et de télévision en Suisse et des inégalités qu’elles ont subies depuis la création de la SSR en 1931.

Présentation du texte rédigé par deux collaboratrices de la SSR, Irène Benz et Anna Sterchi :

« Licenciement en cas de mariage? Interdiction de prendre le volant? Un salaire maximal au moins deux fois plus bas que celui des hommes? Aujourd’hui, c’est inimaginable. Mais il n’y a pas si longtemps, c’était une réalité pour les collaboratrices de la SSR. A l’occasion de la grève des femmes nationale, le diffuseur national jette un œil dans ses archives. »

« Un salaire annuel de 6000 francs [représentait] une bonne rémunération pour une femme », estimait le directeur de la SSR dans les années 40. (SRG)

 

Lire le texte « Egalité à la SSR. Les femmes aux fourneaux plutôt qu’au bureau » sur Swissinfo.ch.