Home

It is with great regret that we have taken the difficult decision to cancel the International Meeting ‘What social sciences can contribute to the study of (public) law’. Given the ongoing public health emergency in the Switzerland and other countries, there is too much uncertainty as to whether current restrictions on travel and social contact will be lifted in time for this to take place. We would hate to expose any participants to health or financial risks and thus we hope you will understand our decision. We will reschedule the meeting in 2021 and will get back to you soon with the new calendar.


C’est avec grand regret que nous avons pris la décision difficile d’annuler la rencontre internationale « quel apport les sciences sociales à la connaissance du droit (public). Etant donné la situation d’urgence sanitaire en Suisse et dans les autres pays, il y a trop d’incertitudes quant à savoir si les restrictions actuelles sur les voyages et les contacts sociaux seront levées à temps pour que cela puisse se faire. Nous n’aimerions pas exposer les participants à des risques sanitaires ou financiers et nous espérons donc que vous comprendrez notre décision. Nous reprogrammerons le programme en 2021 et vous communiquerons prochainement le nouveau calendrier.

 

French version below

The Swiss Graduate School of Public Administration (IDHEAP), Faculty of Law, Criminal Sciences and Public Administration of the University of Lausanne, invites young researchers to submit a paper as part of the meeting, “What social sciences can contribute to the study of (public) law”, to be held on 14–15 May 2020 at IDHEAP in Lausanne, Switzerland.

Theme

Since the beginning of the twentieth century, the study of law, its different epistemological frameworks, and its uses have led to important scholarly works, which have been more or less fruitful among different legal cultures. Nevertheless, particularly in European institutions, legal education is still largely oriented towards legal reasoning and questions surrounding legal rules and their application. This kind of education has direct effects on approaches and methods used by legal scholars. Meanwhile, social science have undergone substantial developments. The different disciplines, the founding and reinforcement of their methods, and the diversity of paradigms (positivism, critical, pragmatic, etc) have strengthened their scientific dimensions. From a legal standpoint, discussions around methods and approaches follow very different paths. However, the circulation of legal ideas, the development of financing instruments, and the innovation of new technologies have resulted in changes among legal scholars, and can be treated as an invitation to redraw the epistemological and methodological contours of legal research. Against this backdrop, legal researchers can learn from the methods of social science to study legal norms, legal institutions, and legal phenomena. They can also transform these different challenges to build new ways of thinking and new legal methods.

Aim

The aim of the meeting is twofold: first, to assess the current relationship between legal scholarship and social science (Day 1); and second, to invite young researchers to consider their approach and method of studying law (Day 2).


L’Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP), Faculté de droit, de sciences criminelles et d’administration publique de l’Université de Lausanne, invite les jeunes chercheurs à lui adresser leur contribution dans le cadre de la rencontre « quel(s) apport(s) les sciences sociales à l’étude du droit (public) », laquelle aura lieu les jeudi 14 et vendredi 15 mai 2020 à l’IDHEAP.

Thème

Depuis le début du 20e siècle, la conception du droit, sur son mode connaissance et son utilisation a fait l’objet de nombreuses réflexions. Celles-ci ont été plus ou moins fécondes selon les cultures juridiques. Il n’en reste pas qu’en Europe, la formation en droit est encore largement dominée par des enjeux de connaissance des règles de droit et l’acquisition de techniques de raisonnement pratiquées par les juristes. Cette formation a des conséquences directes sur les objets et la méthode de recherche pratiquée par les chercheurs. Au cours de la même période, les sciences sociales ont connu des développements substantiels. Le développement des différentes disciplines, la réflexion sur leurs méthodes et la diversité des approches (positiviste, critique, pragmatique…) ont renforcé leur dimension scientifique. Du côté de la recherche juridique, la réflexion sur la méthode et sur les approches paraît avoir suivi des chemins éclatés. Pourtant, la circulation des idées dans un monde de plus en plus interconnecté, le développement d’outils de financement de la recherche ou encore le développement des nouvelles technologies sont des facteurs susceptibles de redessiner les contours épistémologique et méthodologique de la recherche juridique. Dans ce contexte, les méthodes de sciences sociales disposent d’outils dont les chercheurs en droit peuvent déjà se saisir pour étudier les règles de droit et les institutions juridiques. Les chercheurs en droit peuvent aussi saisir ces changements pour développer de nouvelles façons de penser le droit et de nouvelles méthodes juridiques.

Objectif

La rencontre a un double objectif : Faire un état des lieux de l’ouverture des chercheurs en droit aux sciences sociales ; Inviter les jeunes chercheurs à s’interroger sur leur approche ainsi que sur leur méthode pour étudier des règles de droit ou des phénomènes juridiques.