La résistance aux antibiotiques est un enjeux majeur de santé publique. Il est urgent de trouver des alternatives innovantes. Cette problématique est actuellement discutée dans plusieurs pays européens et aux Etats-Unis.

Pour relever ce défi, le projet Phagoburn, le premier essai clinique multicentrique sur la phagothérapie financé par l’Union européenne au titre du 7e programme-cadre pour la recherche et le développement, a été lancé le 1er Juin 2013 pour 36 mois.

PhagoBurn évaluera l’efficacité et la tolérance des bactériophages comme traitement des plaies infectées chez les grands brûlés par des bactéries de type Escherichia coli ou Pseudomonas aeruginosa.

Les infections à bactéries résistantes sont actuellement la cause prédominante de décès chez les patients grands brûlés. Dans les pays à revenu élevé, plus de 50% du taux de mortalité chez les grands brûlés est due à une infection.

La pathologie de la plaie combinée à une utilisation intensive d’antibiotiques expose les patients à un risque élevé de souffrir d’infections à bactéries multirésistantes, notamment à Pseudomonas aeruginosa ou à Escherichia coli. Le dernier antibiotique découvert contre ces espèces bactériennes remonte à plus de 20 ans et a été entravé par l’augmentation exponentielle des résistances. Dans ce contexte, ces infections à germes résistants sont à haut risque de devenir des pathologies orphelines sans traitement. Le combat contre les bactéries multirésistantes chez les grands brûlés nécessite donc le développement d’alternatives thérapeutiques innovantes.

Phagoburn : une alternative thérapeutique prometteuse par les bactériophages en complément à l’antibiothérapie.

Phagoburn se concentre sur une alternative aux antibiotiques très prometteuse : la thérapie par les bactériophages. Pour rappel, les bactériophages sont des virus qui infectent spécifiquement et tuent les bactéries au cours de leur cycle lytique (Voir Phagothérapie ?).

L’objectif principal de Phagoburn est d’évaluer l’innocuité, l’efficacité et la pharmacodynamique de deux cocktails de phages thérapeutiques pour traiter les plaies brûlées infectées.

C’est la première fois qu’un essai clinique aux standards de l’industrie occidentale évalue la tolérance et l’efficacité des bactériophages pour lutter contre les infections sensibles et résistantes aux antibiotiques. Pour atteindre cet objectif, l’étude clinique multicentrique est réalisée simultanément dans 3 pays européens : la France, la Belgique et la Suisse.

Afin d’être administrés aux patients dans cet essai clinique, les deux cocktails de phages ont été produits selon les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) répondants aux standards actuels de l’Agence Européenne des Médicaments (AEM), de l’agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM) en France, de l’agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) en Belgique et de Swissmedic en Suisse. La formulation des cocktails a été élaborée par Pherecydes Pharma, une société biotechnologique spécialisée dans la recherche et le développement de bactériophages lytiques à visée thérapeutique et la bioproduction suivant les BPF été réalisée par la société Clean Cells.

Cet essai de phase I/II, randomisé, contrôlé et en simple aveugle vise à évaluer la tolérance et l’efficacité de deux cocktails de bactériophages contre deux bactéries associées à des complications particulièrement graves chez les grands brûlés : Pseudomonas aeruginosa et Escherichia coli. Cela signifie que les patients inclus dans l’essai n’ont pas connaissance du traitement auquel ils sont soumis et qu’ils sont répartis dans les différents groupes de manière aléatoire, tout en étant comparés à un groupe contrôle recevant le traitement antibiotique de référence, la sulfadiazine argentique. Cet essai a pour but d’évaluer la tolérance et l’absence d’effets indésirables liés au traitement testé (phase I) et de démontrer son efficacité sur une population restreinte de patients (phase II). L’étude du devenir des phages dans le sang (la pharmacocinétique) est également prévue dans cette étude.

L’inclusion du premier patient a eu lieu en juillet 2015 à l’hôpital militaire de Percy, en France.

Au total, 220 patients seront inclus et répartis en 4 groupes de 55 patients comme suit :

* 55 patients infectés par E. coli et traités par la sulfadiazine argentique
* 55 patients infectés par E. coli et traités par le cocktail de phages anti-E. coli
*
55 patients infectés par P. aeruginosa et traités par la sulfadiazine argentique
* 55 patients infectés par P. aeruginosa et traités par le cocktail de phages anti-P. aeruginosa

Les résultats, attendus dans une année, permettront de fournir une base pour l’optimisation des directives réglementaires occidentales actuelles.

> En savoir + sur l’essai clinique (pdf)
logo-phagoburn

> Les partenaires du projet Phagoburn

> Swissmedic

> L’AEM

> L’ANSM

> l’AFMPS