Pamela

Pamela Ohene Nyako, assistante doctorante à l’Université de Genève, nous ouvre les portes de son intimité lors d’un entretien abordant divers aspects de son parcours de femme Noire en Suisse romande. Elle est également fondatrice de Afrolitt, une plateforme de rencontres autour de la littérature Noire à des fins thérapeutiques et de réflexion critique. A travers cet entretien, Pamela nous fait part notamment de son rapport au métissage, aux hommes ou encore à sa famille. Elle aborde également son amour pour la culture hip-hop et la littérature, sources d’émancipation et ayant des propriétés thérapeutiques pour elle. L’entretien biographique nous a permis, pour reprendre ses termes, de partir du corps pour revenir au corps. En effet, elle décide de consacrer une part substantielle de son énergie à prendre soin d’elle et de son corps, à se faire du bien. Ainsi, elle affirme : « Le fait d’être une personne qui subit des oppressions, le fait de juste prendre soin de soi c’est déjà révolutionnaire. (…) Et c’est Audre Lorde qui le disait : ‘Self-care is powerful’». Autrement dit, si la vie des personnes minoritaires est politique, prendre soin de soi constitue déjà un acte de résistance face à l’oppression. Visibiliser, affirmer et assumer son travail de care ou plutôt de self-care en tant que femme Noire, bien loin de correspondre à un retrait de la société, nous semble donc constituer un acte de résistance éminemment politique.

Chercheurs·euses : Olympe Challot, Damien Mioranza & Fahd Bamoi