Manon

Manon Zecca nous est apparue comme une interlocutrice idéale pour aborder les inégalités liées à la surdité à travers une approche intersectionnelle. En effet, elle a à la fois une expérience personnelle de ces discriminations en tant que femme sourde, une connaissance pratique à travers son parcours professionnel, et une lecture théorique critique via son parcours militant et sa formation. Après s’être prêtée à l’exercice de l’autoportrait, elle se penche sur la question des violences sexuelles qui visent les femmes sourdes de manière spécifique. Non seulement ces dernières en seraient davantage victimes que les femmes entendantes, mais elles seraient aussi discriminées par un manque de prise en charge adaptée à la surdité. Pour y pallier, Manon Zecca milite pour la mise en place de politiques publiques qui saisissent le problème en amont, à travers des mesures de prévention et de sensibilisation destinées aux personnes sourdes. Elle revendique aussi une meilleure prise en compte de la surdité dans le processus de dénonciation des violences, aux niveaux aussi bien judiciaires, sanitaires que sociaux. Elle dénonce le fait que l’absence de statistiques prenant en compte la situation des personnes sourdes (et en situation de handicap de manière générale) victimes de violences sexuelles mène à une invisibilisation de ce problème. D’entente avec Manon Zecca, l’entretien a été sous-titré afin d’être plus accessible aux personnes sourdes et malentendantes.

Chercheurs·euses : Alexis Alcaras, Leonie Brodmann, Emilie Vuilleumier