Atelier

Looking for an English version of the workshop description ? Click here.

Le care comme méthode

Date : Vendredi 27 novembre 2020

Heure : 14h30 à 17h00 (CET)

Format : En ligne**

Langue : Anglais

Atelier mené par : Marianna Fernandes & Silvia Wojczewski

Avec des contributions de : Parvati Raghuram, Open University, UK

Inscriptions : ouvertes jusqu’au 10 novembre

La pandémie COVID-19 a mis au jour les inégalités flagrantes dans la répartition mondiale du care. S’appuyant sur des perspectives féministes et antiracistes, la conférence Geographies of Alternative Care: Spaces, Ecologies, and Methods (Université de Lausanne, 26-27 novembre 2020) souhaite ouvrir une discussion interdisciplinaire sur trois dimensions clés du care: le care de l’espace et par l’espace; le care à travers les espèces et les échelles ; le care en tant que méthode de recherche.

Le workshop de la conférence intitulé « Le care comme méthode »  portera sur cette troisième dimension. Alors que le travail reproductif et les chaînes mondiales du care sont au centre d’une grande partie de la recherche féministe, cet atelier déplace l’attention sur le care en tant que base politique et éthique pour faire de la recherche.

Par exemple, Hamilton et Neimanis (2018) proposent le compostage féministe  comme méthodologie afin d’intégrer soigneusement, de manière non-extractiviste, le féminisme ainsi que les théories et la pratique concernant la race, la colonisation, la sexualité, les capacités, la classe et d’autres asymétries de pouvoir, au domaine des sciences humaines environnementales. La critique féministe, comme le souligne Mayanthi Fernando, peut être une pratique de care pour soi-même, pour les autres et pour le monde (Fernando 2019). Le care dispose d’un grand potentiel de changement dans la façon dont la recherche est menée. Les outils de recherche inspirés du care peuvent inclure la coécriture entre le participant·e et le chercheuse/la chercheuse (Blasco & Hernandez 2019), ou une attention particulière au care du corps dans les contextes de recherche (Sutton 2010, Lorde 2012).

En supposant que, comme le dit Puig De la Bellacasa (2017), le domain du care implique des interventions politiques et éthiques non innocentes, qui affectent également les chercheurs et les chercheuses, la question des méthodologies permettant de s’engager dans ce domaine sans “lisser son potentiel perturbateur” s’impose. Au-delà de l’objectif de saisir l’état de l’art des méthodes dans la recherche sur le care, notre but est de discuter des implications théoriques et pratiques, ainsi que des risques et des possibilités, que l’on peut rencontrer en abordant le care comme une méthode.

En s’appuyant sur les méthodologies et les épistémologies propres à la recherche féministe (Harding 1987), l’atelier se concentrera principalement sur le care dans les pratiques de recherche et les instituts de recherche. Il se veut un espace d’auto-réflexion sur le positionnement dans la recherche (mais pas seulement) et sur la manière dont le care peut être perçu comme un outil méthodologique, ou une posture, pour faire progresser la recherche éthique.

L’atelier sera interactif et comprendra les exposés de deux chercheures ainsi que des moments où les pairs pourront proposer leurs retours. Il sera possible de publier les textes des participant·e·s sur le site web de l’événement. Nous invitons tout particulièrement les jeunes chercheurs et chercheuses (doctorat, post-doctorat) en géographie, anthropologie, sociologie, études de genre et autres domaines liés à apporter leur contribution. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 10 novembre. L’atelier se déroulera en anglais*.

Tree Mountain par Agnes Denes. Crédits.

Nombre de places : 20

Travaux préparatoires : Les participant·e·s sont vivement encouragé·e·s à lire deux courts textes qui seront partagés au préalable. Pour le bon déroulement de l’événement, nous proposons aux participant·e·s de partager un court travail d’auteur lié au thème “Les soins comme méthode” avant la date de l’atelier. Il peut s’agir d’un court essai (500 mots maximum), d’un poème, d’une image, d’un collage, etc.

Inscriptions : Les inscriptions sont désormais terminées. Merci pour votre intérêt.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse geographiesofcare@gmail.com.

Geographies of Alternative Care: Spaces, Ecologies, and Methods est organisé par Marianna Fernandes, Christophe Mager, Simone Ranocchiari, Miriam Tola et Silvia Wojczewski avec le soutien de Thaïs Hobi et Louisa Malatesta.

L’événement est soutenu par l’Institut de géographie et de développement durable (IGD) et la Plateforme interfacultaire en études genre (PlaGE).


 *Malheureusement, nous ne pouvons pas fournir de traduction à l’atelier. Notez cependant que la plupart des activités de la conférence seront traduites en anglais, français et espagnol.

**En raison de la crise sanitaire, la conférence aura lieu en ligne. L’inscription est nécessaire afin de recevoir le lien vers le programme.

Bibliographie

Blasco, Paloma Gay, and Liria Hernández. 2019. Writing Friendship: A Reciprocal Ethnography: Springer.

Hamilton, Jennifer Mae, and Astrida Neimanis. 2018. “Composting Feminisms and Environmental Humanities.” Environmental Humanities 10 (2): 501–27. https://doi.org/10.1215/22011919-7156859.

Harding, Sandra. 1987. “The Method Question.” Hypatia 2 (3): 19–35.

Lorde, Audre. 2012. Sister outsider: Essays and speeches: Crossing Press.

Puig De la Bellacasa, Maria. 2017. Matters of Care. Speculative Ethics in More Than Human Worlds. Minneapolis and Londo: University of Minnesota Press.

Sutton, Barbara. 2010. Bodies in crisis: Culture, violence, and women’s resistance in neoliberal Argentina: Rutgers University Press.

Siluetas Series par Ana Mendieta. Crédits.